LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Le pouvoir comme institution rationnelle ? Distinguer deux notions : déisme et théisme ? ... >>


Partager

La notion de souveraineté ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : La notion de souveraineté ?



Publié le : 13/2/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

La notion de souveraineté ?
x

Veuillez selectionner une image pour le sujet :
La notion de souveraineté ?




1 - Il faut distinguer la souveraineté du pouvoir. La souveraineté est un principe de droit politique. Elle désigne la source, et non l'exercice du pouvoir, et c'est d'elle que le pouvoir tire sa légitimité. Dire, par exemple, que dans une république, le peuple est souverain, cela ne signifie pas qu'il exerce le pouvoir (en France, il ne l'exerce pas) mais que c'est en son nom que le pouvoir s'exerce (par le moyen, par exemple, du suffrage universel). Il est alors possible d'admettre l'existence de pouvoirs qui ne sont pas du tout souverains : ainsi, chez Rousseau, les pouvoirs exécutif et judiciaire ne font qu'appliquer les décisions de la volonté générale souveraine, le pouvoir législatif étant seul souverain, puisqu'il est l'expression de cette volonté générale.2- II ne faut pas non plus confondre « souverain » et « roi » (ce que le langage courant fait très souvent), puisque le souverain peut être le peuple ou la nation. Par exemple, à partir de 1789, Louis XVI ne cesse pas d'être roi (il ne sera déchu qu'en 1792), mais il n'est plus du tout « souverain », la souveraineté ayant été, par la Déclaration des droits de l'homme (article 3), transférée à la nation. Lois et volonté générale Si l'homme a besoin d'être lié par des lois, la force ne fait pas le droit. Comme le souligne si justement Rousseau : « Le plus fort n'est jamais assez fort pour être toujours le maître, s'il ne transforme sa force en droit et l'obéissance en devoir » (Du contrat social, I, 3). Le droit du plus fort légalise la violence de la domination, mais il ne saurait la légitimer.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1464 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "La notion de souveraineté ? " a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • Marineb-262533 (Hors-ligne), le 09/10/2015 é 09H12.
  • romain0911-219815 (Hors-ligne), le 17/11/2013 é 17H16.
  • nanette94-208285 (Hors-ligne), le 07/05/2013 é 07H15.
  • loveradio (Hors-ligne), le 05/02/2012 é 05H17.
  • grugeur (Hors-ligne), le 13/12/2011 é 13H09.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit