NoCopy.net

Que nous apprend sur l'homme le sentiment de la faute ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Y a-t-il une valeur de l'exemple en morale ? La pluralité des cultures est-elle un obstacl ... >>


Partager

Que nous apprend sur l'homme le sentiment de la faute ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Que nous apprend sur l'homme le sentiment de la faute ?



Publié le : 12/1/2004 -Format: Document en format FLASH protégé - Ecoutez ce PODCAST:Ecoutez ce PODCAST

Ce corrigé vous sera utile pour ces autres sujets voisins

Que nous apprend sur l'homme le sentiment de la faute ?
Zoom

Le sentiment de la faute semble nous indiquer que l’homme est un être capable de choix : il ressent son échec comme une faute parce qu’il sait qu’il aurait pu faire en sorte que cette action soit couronnée de succès. Plus encore, ce sentiment de faute se rapporte à un sentiment moral, car dans la faute, l’homme ne considère pas seulement qu’il a raté son coup, il ajoute à cela l’idée qu’il a fait quelque chose de mal, là où il aurait pu faire le bien. Le sentiment de la faute semble donc être une sorte de message venant d’ailleurs, un ailleurs qui nous signalerait par là notre manquement au devoir moral. Mais tout le problème consiste donc à savoir si tel est véritablement le cas, ou si le sentiment de la faute n’est à cet égard qu’une illusion.



c) En tant qu'elle désigne le moment subjectif de la faute, la culpabilité est inséparable de l'avènement de l'homme comme conscience de soi. Le sentiment de la faute ne peut apparaître dans une culture où la culpabilité est encore collective (comme la Grèce ancienne) et est contemporain de la promotion de la conscience comme instance suprême. C'est par là que le sentiment de la faute devient conscience de faute.II - Culpabilité et responsabilitéMais ce processus de scission intérieure n'est qu'une condition nécessaire, et non suffisante, de l'avènement de la culpabilité, en ce que cette dernière requiert encore, comme l'a montré Paul Ricoeur, « l'intériorisation de l'expérience du mal, et, par conséquent, la promotion d'un sujet moral responsable » (P. Ricoeur, Le Conflit des interprétations, Le Seuil, 1969, p. 421).a) La culpabilité implique l'aptitude à m'imputer mes actes ; être coupable, c'est se reconnaître responsable, accepter de répondre de ses actes, parce que le sujet s'identifie à ses actions. S'imputer un acte signifie nécessairement s'en reconnaître l'auteur, c'est-à-dire s'identifier à l'ensemble de sa conduite présente ou passée. Comme l'a montré Paul Ricoeur dans une remarquable analyse consacrée à la culpabilité : cette auto-imputation vaut pour l'avenir : j'assume les conséquences de mes actes ; c'est là la dimension prospective de la responsabilité. Mais elle vaut également pour le passé, que la culpabilité assume rétrospectivement.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Que nous apprend sur l'homme le sentiment de la faute ? Corrigé de 939 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Que nous apprend sur l'homme le sentiment de la faute ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • titih (Hors-ligne), le 06/10/2011 é 06H15.
  • Kalqsch (Hors-ligne), le 09/05/2011 é 09H15.
  • julien6775 (Hors-ligne), le 25/04/2009 é 25H21.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    Que nous apprend sur l'homme le sentiment de la faute ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit