Obéir est-ce renoncer à sa liberté ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Naissons-nous libres ou avons-nous à le deven ... L'homme peut-il renoncer à l'interrogation mé ... >>
Partager

Obéir est-ce renoncer à sa liberté ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Obéir est-ce renoncer à sa liberté ?



document rémunéré

Document transmis par : ???


Publié le : 23/11/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Ce corrigé vous sera utile pour ces autres sujets voisins

Obéir est-ce renoncer à sa liberté ?
Zoom
  • obéir : Verbe transitif indirect (latin oboedire, de audire, écouter). * Se soumettre à la volonté de quelqu'un, à un règlement, exécuter un ordre : Obéir à ses parents, à la loi. * Céder à une incitation, un sentiment, etc. : Obéir à ses instincts. * Répondre au mouvement commandé, fonctionner correctement : Les freins n'obéissent plus. Mes jambes refusent d'obéir. * Être soumis à une force, une action, une règle par une nécessité naturelle : Les corps obéissent à la pesanteur.
  • renoncer : Abandonner un droit, une idée, se défaire, se dessaisir, se démettre.
  • liberté : Ce mot, en philosophie a trois sens : 1° Libre arbitre. Pouvoir mystérieux de choisir entre les motifs qui me sollicitent sans être déterminé par aucun d'eux. 2° Liberté de spontanéité. S'oppose non plus au déterminisme mais à la contrainte : état de celui qui agit sans être contraint par une force extérieure. 3° Liberté du sage. État de celui qui est délivré des passions et agit à la lumière de la raison.

Obéir consiste à faire ce que veut, ce que commande un autre. L'obéissance suppose un état de contrainte, parfois de soumission, et dans certains cas d'aliénation.
 
 • Renoncer, c'est abandonner quelque chose, ou la prétention à quelque chose.
 
 • Dans son acception courante, le mot liberté désigne le pouvoir de faire ce que l'on veut. Est libre la personne qui dispose d'elle-même comme elle l'entend, sans contrainte ni entrave.
 



Quand on obéit à un parent, à un professeur ou à un patron, on a bien en effet l'impression de perdre sa liberté, puisqu'on ne fait pas ce qu'on veut, mais ce que veut l'autre. L'antagonisme entre l'obéissance et la liberté n'est pourtant qu'apparent. La loi, qui m'empêche d'agir selon mon bon plaisir, ne protège-t-elle pas certaines de mes libertés ? De même, si je suis les conseils du médecin, ce n'est pas par pure soumission, mais bien parce que ce que veut le médecin (ma guérison) est aussi ce que je veux. À quelles conditions puis-je donc obéir tout en restant libre ?


Introduction

  • I. Constitution du problème : l'obéissance est un renoncement libre à la liberté.

1. Obéir supprime la liberté.
2. Obéir est un acte libre.
3. Obéir : renoncer librement à la liberté.

  • II. L'aliénation de la liberté dans l'obéissance.

1. L'obéissance serait consentie par respect des autorités.
a) Le respect des autorités.
b) Critique de cette idée.
2. L'obéissance serait acceptée en échange de quelque bien.
a) L'idée d'une soumission volontaire.
b) Critique de cette idée.
3. Les raisons qui conduisent les hommes à aliéner leur liberté.
a) Le rôle de l'idéologie véhiculée par le pouvoir.
b) La paresse et la lâcheté.

  • III. L'obéissance comme condition de la liberté.

1. L'obéissance n'est pas un renoncement à la liberté si l'ordre donné vise l'intérêt de celui qui obéit.
a) Analyse d'un exemple simple : une équipe de football.
b) Les leçons de cet exemple : bien commun et compétence.
2. L'obéissance, condition de la liberté.
a) L'obéissance est nécessaire à la réalisation de mes buts personnels.
b) Réhabilitation de la vertu d'obéissance et de la contrainte.
c) L'obéissance libératrice.
3. L'obéissance qui respecte les règles de la démocratie n'est pas un renoncement à la liberté.
a) L'idée de démocratie.
b) La démocratie permet de concilier la vertu d'obéissance et l'affirmation de la liberté.
c) Les limites de la démocratie.


Conclusion



Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Obéir est-ce renoncer à sa liberté ? Corrigé de 8896 mots (soit 13 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet "Obéir est-ce renoncer à sa liberté ?" a obtenu la note de :

6.3 / 10

Corrigé consulté par :
  • danmore-233494 (Hors-ligne), le 14/03/2014 à 14H08.
  • Carul-227975 (Hors-ligne), le 10/02/2014 à 10H14.
  • dernierromeo-230072 (Hors-ligne), le 05/02/2014 à 05H23.
  • samsam972-226396 (Hors-ligne), le 26/01/2014 à 26H14.
  • madisa-228904 (Hors-ligne), le 26/01/2014 à 26H12.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Mais tout autre être raisonnable se présente également ainsi son existence, en conséquence du même principe rationnel qui vaut aussi pour moi ; c'est donc en même temps un principe objectif dont doivent pouvoir être déduites, comme d'un principe pratique suprême, toutes les lois de la volonté. L'impératif pratique sera donc celui-ci : Agis de telle sorte que tu traites l'humanité, aussi bien dans ta personne que dans la personne de tout autre, toujours en même temps comme une fin, et jamais simplement comme un moyen. » Kant, « Fondements de la métaphysique des moeurs ». Obéissance et liberté civiles D'après Rousseau, le problème de la création de l'État légitime peut s'énoncer ainsi : « Trouver une forme d'association qui défende et protège de toute la force commune la personne et les biens de chaque associé, et par laquelle chacun s'unissant à tous n'obéisse pourtant qu'à lui-même et reste aussi libre qu'auparavant.

    Ajouté par PROF

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    «Renoncer à sa liberté, c'est renoncer à sa qualité d'homme, aux droits de l'humanité, même à ses devoirs» Rousseau

    Ajouté par webmaster

    Rousseau, Du contrat social. "Renoncer à sa liberté c'est renoncer à sa qualité d'homme, aux droits de l'humanité, même à ses devoirs. Il n'y a nul dédommagement possibles pour quiconque renonce à tout. Une telle renonciation est incompatible avec la nature de l'homme, et c'est ôter toute moralité à ses actions que d'ôter cette liberté à sa volonté ."

    Ajouté par webmaster

    Renoncer à sa liberté, c'est renoncer à sa qualité d'homme, aux droits de l'humanité, même à ses devoirs., ROUSSEAU, Du contrat social, I, IV.

    Ajouté par webmaster

    « Renoncer à sa liberté, c'est renoncer à sa qualité d'homme, aux droits de l'humanité, même à ses devoirs. » Rousseau, Du contrat social, 1762.

    Ajouté par webmaster

    (...) la liberté consiste à n'obéir qu'aux lois; mais dans cette définition le mot -obéir s'y trouve, tandis que l'indépendance consiste à vivre dans les forêts, sans obéir aux lois, et sans reconnaître aucune sorte de frein., RIVAROL, Politique, I, II.

    Ajouté par webmaster

    Elle -(l'Angleterre) nous a enseigné, et prouvé par l'exemple, que liberté et autorité ne sont pas des notions contradictoires, qu'on peut obéir aux lois de son pays sans sacrifier sa dignité, que liberté ne signifie pas nécessairement désordre, ni autorité tyrannie., André SIEGFRIED, l'âme des peuples, IV, 3.

    Ajouté par webmaster

    Nous sommes nés dans un royaume: obéir à la divinité, voilà la liberté. [ La vie heureuse ] Sénèque

    Ajouté par webmaster

    J'aurais pu rester dans mon coin, au chaud, au sec, à l'abri, je ne pouvais pas (...) Je dis au corps, ouste, debout, et je sens l'effort qu'il fait, pour obéir, comme une vieille carne tombée dans la rue, qu'il ne fait plus, qu'il fait encore, avant de renoncer., S. BECKETT, Textes pour rien, p. 116.

    Ajouté par webmaster

    La liberté est la propriété de soi; on distingue trois sortes de libertés : la liberté naturelle, la liberté civile, la liberté politique; c'est-à-dire la liberté de l'homme, celle du citoyen et celle d'un peuple., G.-T. RAYNAL, Hist. philosophique, XI, XXIV.

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    Obéir est-ce renoncer à sa liberté ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo