LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< M'engager envers autrui, est-ce renoncer à ma ... Peut-il y avoir une liberté sans intelligence ... >>


Partager

Obéir, est-ce renoncer à sa liberté ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Obéir, est-ce renoncer à sa liberté ?



Publié le : 18/9/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Obéir, est-ce renoncer à sa liberté ?
Zoom

 

Obéir, c’est se soumettre à quelqu’un, accomplir sa volonté, ses ordres. Ainsi, de par l’obéissance d’une personne, peut-on dire alors que cette personne est « prisonnière « de la volonté de l’autre ? Que cette personne en obéissant renonce à sa liberté ? C’est ce à quoi on cherchera à répondre.
 

  • I) Obéir, c'est n'être pas libre


Obéir, cela peut se faire dans le temps comme cela peut se faire à court terme et le mot « obéir « évoque dès le départ l’idée de l’assujettissement d’un individu par un autre, le « total « renoncement de soi d’un individu pour un autre. Dans le cas où une personne obéit à long terme, parfois pendant toute sa vie donc en prend l’habitude, on peut dire que cet individu perd de ce fait sa liberté. Certains Grecs ou Egyptiens possédaient dans l’Antiquité des esclaves. Ceux-ci étaient plus considérés comme des biens matériels, des sous-hommes et non comme des êtres humains au regard de leur maître.

 



Mais je me réaliserai que ce que je veux, que mes intérêts. En aucun cas je ne serai soumis à la volonté d'un autre. Bref, je resterai libre.« Tant que les sujets ne sont soumis qu'à de telles conventions, ils n'obéissent à personne, mais seulement à leur propre volonté. «En obéissant à la loi, qui n'est qu'une déclaration de la « volonté générale «, je perds ma liberté naturelle de faire tout ce que je veux ou plus précisément tout ce que je peux , étant donné la force des autres qui peuvent s'opposer à mes projets. Mais je gagne précisément une liberté politique, qui me permet à la fois de n'obéir qu'à moi-même (puisque je peux me considérer comme l'auteur de la volonté générale, qui est une partie de MA volonté), et ne pas subir la volonté d'un autre (plus fort, plus rusé, plus riche). « On a beau vouloir confondre l'indépendance et la liberté. Ces deux choses sont si différentes que même elles s'excluent mutuellement. Quand chacun fait ce qui lui plaît, on fait souvent ce qui déplaît à d'autres, et cela ne s'appelle pas un État libre. La liberté consiste moins à faire sa volonté qu'à n'être pas soumis à celle d'autrui ; elle consiste encore à ne pas soumettre la volonté d'autrui à la nôtre.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 7646 mots (soit 11 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet "Obéir, est-ce renoncer à sa liberté ?" a obtenu la note de :

5.5 / 10

Corrigé consulté par :
  • rachou-215819 (Hors-ligne), le 15/10/2013 é 15H01.
  • Clement-215744 (Hors-ligne), le 14/10/2013 é 14H17.
  • mcmc-199579 (Hors-ligne), le 30/04/2013 é 30H12.
  • nekfeu (Hors-ligne), le 03/04/2012 é 03H17.
  • jcr (Hors-ligne), le 04/02/2012 é 04H20.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit