NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Si le monde n'a pas de sens, la métaphysique ... Y a-t-il un devoir d'être heureux ? >>


Partager

L'obligation morale peut-elle se réduire à l'obligation sociale ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : L'obligation morale peut-elle se réduire à l'obligation sociale ?



Publié le : 12/1/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

La morale nous est imposée de l'extérieur par la société. Elle est avant tout une obligation sociale. Mais, la morale n'est pas seulement une obligation sociale. Elle est un impératif catégorique qui a sa source dans un principe transcendant, rationnel que l'homme découvre en lui-même.


  • I) L'obligation morale peut se réduire à une obligation sociale.

a) La morale est une pression sociale.
b) La morale est une idéologie.
c) La morale opprime l'individu.

  • II) L'obligation morale ne peut se réduire à une obligation sociale.

a) La morale est un principe divin.
b) La morale se confond avec la conscience.
c) La morale est un impératif catégorique.

.../...



Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 2700 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "L'obligation morale peut-elle se réduire à l'obligation sociale ?" a obtenu la note de :

8 / 10

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé
Corrigé consulté par :
  • nono-274757 (Hors-ligne), le 28/03/2016 é 28H11.
  • Marie68-266687 (Hors-ligne), le 21/11/2015 é 21H13.
  • makina02-225867 (Hors-ligne), le 26/05/2015 é 26H18.
  • kankuro97-253296 (Hors-ligne), le 27/01/2015 é 27H16.
  • gap-253078 (Hors-ligne), le 25/01/2015 é 25H12.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Tous les impératifs ordonnent ou hypothétiquement ou catégoriquement. Les impératifs hypothétiques représentent la nécessité pratique d'une action possible comme moyen pour quelque chose d'autre qu'on désire (ou du moins qu'il est possible qu'on désire) obtenir. L'impératif catégorique serait celui qui représenterait une action comme étant par elle-même, et indépendamment de tout autre but, objectivement nécessaire. (...) Il y a un impératif qui nous ordonne immédiatement une certaine conduite, sans avoir lui-même pour condition une autre fin relativement à laquelle cette conduite ne serait qu'un moyen. Cet impératif est catégorique. Il ne concerne pas la matière de l'action et ce qui doit en résulter, mais la forme et le principe d'où elle résulte elle-même, et ce qu'elle contient d'essentiellement bon réside dans l'intention, quel que soit d'ailleurs le résultat. Cet impératif peut être nommé impératif de la moralité. (...) Quand je conçois un impératif hypothétique en général, je ne sais pas d'avance ce qu'il contiendra, jusqu'à ce que la condition me soit donnée. Mais si c'est un impératif catégorique que je conçois, je sais aussitôt ce qu'il contient. Car, puisque l'impératif ne contient en dehors de la loi que la nécessité, pour la maxime de se conformer à cette loi, et que la loi ne contient aucune condition à laquelle elle soit astreinte, il ne reste rien que l'universalité d'une loi en général, à laquelle la maxime de l'action doit être conforme, et c'est seulement cette conformité que l'impératif nous représente proprement comme nécessaire. Il n'y a donc qu'un impératif catégorique, et c'est celui-ci : Agis uniquement d'après la maxime qui fait que tu peux vouloir en même temps qu'elle devienne une loi universelle. (...) Les êtres dont l'existence dépend à vrai dire, non pas de notre volonté, mais de la nature, n'ont cependant, quand ce sont des êtres dépourvus de raison, qu'une valeur relative, celle de moyens, voilà pourquoi on les nomme des choses ; au contraire, les êtres raisonnables sont appelées des personnes, parce que leur nature les désigne déjà comme des fins en soi, c'est-à-dire comme quelque chose qui ne peut pas être employé simplement comme moyen, quelque chose qui, par suite, limite d'autant toute faculté d'agir comme bon nous semble (et qui est un objet de respect). Ce ne sont pas là des fins subjectives dont l'existence, comme effet de notre action, a une valeur pour nous : ce sont des fins objectives, c'est-à-dire des choses dont l'existence est une fin en soi-même, et même une fin telle qu'elle ne peut être remplacée par aucune autre, au service de laquelle les fins objectives devraient se mettre simplement comme moyens. Sans cela, en effet, on ne pourrait trouver jamais rien qui eût une valeur absolue. Mais si toute valeur était conditionnelle et par suite contingente, il serait complètement impossible de trouver pour la raison un principe pratique suprême. (...) L'impératif pratique sera donc celui-ci : Agis de telle sorte que tu traites l'humanité aussi bien dans ta personne que dans la personne de tout autre toujours en même temps comme une fin et jamais simplement comme un moyen. KANT

    » Accédez au corrigé

    Citations

    • DURKHEIM: "Quand la société réclame de nous ces sacrifices petits ou grands qui forment la trame de la vie morale, nous nous inclinons devant elle avec déférence."
    • ROUSSEAU: "Il est au fond des âmes un principe inné de justice et de vertu... C'est à ce principe que je donne le nom de conscience !" (Emile).
    • PASCAL: "La vraie morale se moque de la morale." 5Pensées).
    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit