NoCopy.net

Est-ce par son travail que l'homme prend conscience qu'il a une histoire ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Les erreurs ont-elles un sens ? Peut-on critiquer la démocratie ? >>


Partager

Est-ce par son travail que l'homme prend conscience qu'il a une histoire ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Est-ce par son travail que l'homme prend conscience qu'il a une histoire ?



Publié le : 19/3/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Est-ce par son travail que l'homme prend conscience qu'il a une histoire ?
Zoom

 

  • Le sujet invite à dépasser l'idée banale que le travail permet de s'apercevoir ( = prendre conscience que) de l'existence de l'histoire, pour nous suggérer que le travail engendre et l'histoire et la conscience, en un mouvement dialectique, cad réciproque.
  • Le travail est souvent présenté comme une servitude et l'expression d'une inégalité. Les salaires ne sont pas proportionnels au travail et la division du travail, de plus en plus complexe dans un système industriel de type capitaliste, engendre de nouvelles inégalités et opère de nouveaux partages. Pourtant le travail n'est pas seulement un moyen de survivance, coextensif à la culture, tout comme la technique qui le suppose ; le travail est une activité par laquelle l'homme se distingue totalement de l'animal. Mais est-ce bien par le travail que l'homme prend conscience de son histoire ? N'est-ce que par le travail ? Le travail, épuisant les forces de l'homme, n'est-il pas pour l'homme un obstacle à la prise de conscience de soi ? N'est-ce pas un paradoxe de vouloir penser le travail comme le moyen de prendre conscience de son histoire ?



Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Est-ce par son travail que l'homme prend conscience qu'il a une histoire ? Corrigé de 3534 mots (soit 5 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Est-ce par son travail que l'homme prend conscience qu'il a une histoire ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • costec (Hors-ligne), le 03/06/2011 é 03H15.
  • rastaboy38 (Hors-ligne), le 23/02/2011 é 23H16.
  • Laulau15841 (Hors-ligne), le 24/04/2010 é 24H17.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    • Le travail

    La notion de travail est explicitement présente dans le sujet. Mais la question porte sur le rôle que le travail joue dans la prise de conscience par l'homme de son histoire. Le sujet appelle une réflexion sur le travail comme moyen ou agent de cette prise de conscience. L'analyse de cette notion ne doit donc pas être faite purement pour elle-même.
    Il semble d'abord que si le travail est un moyen, c'est dans la mesure où il assure notre conservation. On ne voit peut-être pas en quoi le travail aurait rapport à notre conscience d'avoir une histoire : le chemin de la réflexion pour cerner le problème du sujet est relativement long. Mais, si le travail nous permet de nous conserver en vie (là, le temps du travail est répétitif, cyclique : c'est un temps biologique), il nous permet aussi de devenir nous-mêmes, de devenir ce que nous, hommes, voulons être (et là le temps peut trouver un sens, une dimension historique). Ainsi que l'a montré H. Arendt (La Condition de l'homme moderne), le travail n'est pas seulement labeur pénible nécessaire à la vie, il est aussi ouvrage, œuvre, expression de l'humanité de l'homme. Ce double sens du travail se retrouve dans la dialectique hégélienne du maître et de l'esclave (la dialectique étant le processus d'affirmation et de négation constituant le réel) : le travail est mû en un premier temps parla crainte de la mort, il amène celui qui craint la mort à se soumettre à celui qui la craint moins que lui et à le reconnaître comme son maître. Mais l'esclave, par son travail, découvre le sens concret de la liberté en l'incarnant dans le réel. Le travail est alors le facteur d'une prise de conscience de soi.

    • L'histoire

    L'autre notion explicitement présente dans le sujet est l'histoire. Cette notion peut s'entendre en deux sens : l'histoire, c'est la succession des faits passés, c'est aussi la conscience ou la mémoire, le récit ou la connaissance de ces faits. Ces deux sens sont liés; comme le dit Raymond Aron : « La conscience du passé est constitutive de l'existence historique. (...) Autrement les individus et les sociétés portent en eux un passé qu'ils ignorent, qu'ils subissent passivement» (cf. Dimensions de la conscience historique). La question du sujet porte justement sur le rôle que le travail peut jouer pour amener l'homme à ne pas subir le passé, à ne pas subir sa condition, mais à la saisir librement.

    • La conscience

    Autre notion présente dans le sujet, la conscience ou plutôt le fait de prendre conscience se trouve à la charnière des deux notions déjà repérées, le travail et l'histoire. On a vu que le travail, en un certain sens, conduit à prendre conscience de ses pouvoirs, de sa liberté. On a vu également que l'histoire n'a de sens que par la conscience que l'homme en prend. On a ainsi bien délimité le lieu de la problématique. On pourra aussi se rappeler que la conscience est relation - relation de l'homme au monde extérieur, relation de l'homme à lui-même : le sujet nous invite à penser l'implication réciproque qu'il y a entre ces deux dimensions, ces deux formes de conscience.
    Notions annexes : la technique, les échanges Bien des produits du travail sont des moyens techniques qui multiplient les possibilités humaines et intensifient la division sociale du travail et les échanges. La technique est un facteur de progrès important dans l'histoire de l'humanité, mais elle est aussi un facteur d'aliénation qui prive le travailleur de sa conscience, et en ce sens, elle est le témoin aveugle de l'histoire. Cependant, la division du travail à laquelle elle contribue est le lieu de luttes sociales et de prise de conscience de classe (cf. Marx) ; en ce sens, le travail, dans ses rapports à la technique, à l'économie et à la société est le lieu de l'histoire qui se fait. On pourra tirer parti de l'analyse marxiste du travail pour opposer à la perspective ouverte sur le sujet par la dialectique hégélienne du maître et de l'esclave le fait social du travail.

    • La liberté

    L'analyse des notions de travail et d'histoire nous a fait rencontrer le thème de la liberté. Celui-ci n'est pas au cœur du sujet, mais il en est un élément et un horizon à ne pas perdre de vue.

     

    • ÉLABORATION DU PLAN


    Le plan proposé est dialectique : l'analyse des notions montre que le sujet peut se prêter à ce traitement (le fameux : «thèse - antithèse - synthèse»). Mais on remarquera que ce plan n'est pas extérieur à la pensée qui s'y développe. De plus, on montrera qu'en fin de compte, le travail ne peut être considéré comme un facteur suffisant pour que l'homme prenne conscience de son histoire.

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    Est-ce par son travail que l'homme prend conscience qu'il a une histoire ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit