La passion est-elle une excuse ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Les transformations historiques de la société ... Le point de vue de la conscience immédiate et ... >>


Partager

La passion est-elle une excuse ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : La passion est-elle une excuse ?



Publié le : 5/1/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

La passion est-elle une excuse ?
Zoom

Pour démarrer

Pourquoi la passion pourrait-elle être une excuse ? Lorsque l'on a une bonne excuse, c'est que l'on peut faire référence à une cause qui ne vient pas de nous, c'est-à-dire ni de notre jugement ni de notre volonté : avoir une excuse, c'est ne pas être responsable. Or la responsabilité ne peut être conférée qu'à quelqu'un qui est à la fois libre et qui possède tout son jugement, toute sa raison. Il faut donc que analyser en détail le rapport entre passion, jugement (raison), liberté, volonté et moralité. Ne faut-il pas distinguer la "faute" (morale) de l'"erreur" (de jugement) ? Puis-je moi-même invoquer ma passion comme une excuse, ou l'excuse n'a-t-elle de valeur que si c'est quelqu'un d'extérieur qui estime que ma passion peut excuser mes actes ? Pourquoi ?

L'inclination dominante et difficilement maîtrisable peut-elle constituer une raison alléguée pour expliquer ou atténuer une faute ? La passion met-elle à distance la liberté du pour-soi ?
Pourquoi la passion pourrait-elle être une excuse ? Lorsque l'on a une bonne excuse, c'est que l'on peut faire référence à une cause qui ne vient pas de nous, c'est-à-dire ni de notre jugement ni de notre volonté : avoir une excuse, c'est ne pas être responsable. Or la responsabilité ne peut être conférée qu'à quelqu'un qui est à la fois libre et qui possède tout son jugement, toute sa raison. Il faut donc que analyser en détail le rapport entre passion, jugement (raison), liberté, volonté et moralité. Ne faut-il pas distinguer la "faute" (morale) de l'"erreur" (de jugement) ? Puis-je moi-même invoquer ma passion comme une excuse, ou l'excuse n'a-t-elle de valeur que si c'est quelqu'un d'extérieur qui estime que ma passion peut excuser mes actes ? Pourquoi ?

Conseils pratiques

Ne sortez pas du sujet, qui doit être centré sur l'idée de la consubstantialité de l'existence et de la liberté. Dans cette perspective, la passion ne constitue jamais une justification ou une excuse.

L’homme, cet « animal rationnel «, est aussi et avant tout un être de désir. Quand celui-ci se manifeste brutalement au point qu’aucune volonté n’arrive à le juguler, c’est la passion qui se manifeste, laissant l’individu qui y succombe dans un état mêlé de souffrance et de dépendance. Ce penchant irrépressible (quelque soit son objet : amour, jeu, alcool, etc.) est souvent la cause de troubles, plus ou moins sérieux, qui affectent autant le passionné lui-même que ses proches.

La question est ici de savoir si on peut invoquer la passion pour justifier une attitude déraisonnable, violente voire destructrice envers soi-même, autrui, ou quelque objet que ce soit. Autrement dit, peut-on trouver des circonstances atténuantes à quelqu’un qui agit sous l’emprise de la passion ? De même, celui-ci peut-il s’en servir d’excuse pour sa défense ?

1- Si l’on considère l’homme responsable de ses actes, devant user de sa raison pour guider son action, et ayant le souci de ne pas nuire à autrui, il semble que toute passion doive être récusée. Elle pourrait alors difficilement excuser quoique ce soit.

2- Mais en rester là serait méconnaître et sous-estimer la force et les ravages de la passion quand elle se manifeste. La souffrance dans laquelle elle plonge celui qui en est victime suffit-elle cependant à excuser ses actes ?

3- Enfin, si on veut éviter de tomber dans un relativisme qui serait enclin à excuser la folie du passionné, ne doit-on pas plutôt se demander s’il existe, dans ce déséquilibre qu’est la passion, quelque effet vraiment positif ?




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : La passion est-elle une excuse ? Corrigé de 3141 mots (soit 5 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet "La passion est-elle une excuse ?" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé
Corrigé consulté par :
  • Alima-253732 (Hors-ligne), le 01/02/2015 é 01H16.
  • culbuto-253145 (Hors-ligne), le 25/01/2015 é 25H17.
  • lullapop-252532 (Hors-ligne), le 17/01/2015 é 17H17.
  • anananas-251125 (Hors-ligne), le 03/01/2015 é 03H15.
  • laladu69-250412 (Hors-ligne), le 20/12/2014 é 20H16.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    La passion est-elle une excuse ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit