LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< En quel sens peut-on parler de déterminisme p ... Dans quelle mesure le jugement est-il soumis ... >>


Partager

Que pensez-vous de cette affirmation de Nietzsche : « On n'aime jamais en définitive que ses penchants, et non ce vers quoi l'on penche. » ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Que pensez-vous de cette affirmation de Nietzsche : « On n'aime jamais en définitive que ses penchants, et non ce vers quoi l'on penche. » ?



Publié le : 8/1/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Que pensez-vous de cette affirmation de Nietzsche : « On n'aime jamais en définitive que ses penchants, et non ce vers quoi l'on penche. » ?
Zoom

Les instincts doivent être libérés pour être spiritualisés : « L'homme supérieur serait celui qui aurait la plus grande multiplicité d'instincts, aussi intenses qu'on peut les tolérer. En effet, où la plante humaine se montre vigoureuse, on trouve les instincts puissamment en lutte les uns contre les autres... mais dominés. « Ce surhomme parvient à la connaissance véridique de l'humanité, qui est la connaissance « tragique « qui a été décrite précédemment. Il se réalise dans les seules issues que Nietzsche a réservées : celle de l'art, qui est une fiction connue comme telle, ou celle de la connaissance intellectuelle. Il réalise ainsi le sens de l'humanité même, car il est celui qui adhère à la doctrine de l'Éternel Retour et qui donc est le sommet de la volonté de puissance. Sans doute, on peut se complaire en soi, c'est-à-dire prendre plaisir à se contempler et jouir de ses états; on peut, en particulier, se complaire dans ses penchants, et, dans ce sens, aimer ses penchants. Ainsi dans le malheur il nous arrive, tout en étant vraiment malheureux, de savourer la subtile jouissance que procure le sentiment d'éprouver une peine que nous jugeons noble ou même simplement humaine. On explique ainsi l'attrait paradoxal que nous éprouvons pour les tragédies ou les romans héroïques qui parfois nous étreignent d'angoisse jusqu'aux larmes. Il se passe quelque chose d'analogue lorsque nous sentons au coeur cette flamme secrète qu'y allume l'amitié ou l'amour : nous sommes content de nous-même et nous aimons ce penchant pour l'impression qu'il nous donne de vivre davantage et d'être plus humain.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1884 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Que pensez-vous de cette affirmation de Nietzsche : « On n'aime jamais en définitive que ses penchants, et non ce vers quoi l'on penche. » ?" a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

PENCHANT. n.m. Tendance ou inclination, considérée surtout comme un trait du caractère. Terme parfois affecté d'une connotation péjorative.

Citations

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



Ressource précédenteRessource suivante

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit