Perdre son temps, est-ce le perdre ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Puis-je faire confiance à mes sens ? La mort ôte-t-elle tout sens à l'existence hu ... >>


Partager

Perdre son temps, est-ce le perdre ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Perdre son temps, est-ce le perdre ?



Publié le : 9/3/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Perdre son temps, est-ce le perdre ?
Zoom

Je peux perdre du temps comme je peux en gagner. Perdre du temps, c'est ne pas réussir à terminer ce qu'on s'était fixé dans un délai donné.

MAIS...

Le temps qu'on "perd" n'est pas soustrait à notre vie, à sa temporalité. Même le temps perdu peut servir à quelque chose. On ne saurait perdre du temps, car ce n'est pas une chose.



Ainsi, le temps que l'on perd dans certaines conditions ou situations est-il moins une propriété personnelle qu'une partie d'un temps socialisé, obéissant comme tel à des rythmes et à une organisation qui ne dépendent pas de l'individu. C'est, par excellence, le temps du travail. Dans la mesure où il est défini en fonction de critères collectifs ou sociaux, le perdre constitue un manquement ou une faute. C'est bien ce que reprocheront à notre élève ses parents, en découvrant sa note lamentable : « Tu as encore perdu ton temps au lieu de te concentrer sur ce que tu avais à faire... «.Bien entendu, la « perte « n'est à prendre ici que dans un sens métaphorique : si l'on ne peut perdre que ce qui nous appartient, le temps ne peut être perdu. Car il ne peut être en lui-même notre propriété ; c'est bien plutôt nous qui lui appartenons, parce que c'est nous qui vivons à travers lui : il nous traverse, nous modifie sans cesse, indépendamment de notre volonté, et tout ce que nous pouvons espérer, c'est l'occuper, le remplir denotre activité. Mais nous ne saurions décider de sa présence ou de son absence : il est toujours déjà là, même lorsque nous n'y pensons pas. C'est pourquoi le perdre (c'est-à-dire ne pas y déployer l'efficacité que nous devrions y montrer), c'est aussi perdre un fragment de nous-même. Soit au présent, lorsque le « temps perdu « s'écoule précisément sans que nous en prenions conscience, et que nous pouvons ensuite constater qu'une certaine durée a été « vide «, nous a totalement échappé, s'est développée sans que nous en fassions rien.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Perdre son temps, est-ce le perdre ? Corrigé de 2100 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Perdre son temps, est-ce le perdre ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • soso95370-208406 (Hors-ligne), le 08/02/2014 é 08H15.
  • kabrinus-223299 (Hors-ligne), le 04/01/2014 é 04H12.
  • danielx (Hors-ligne), le 29/07/2013 é 29H13.
  • ggerfrips58 (Hors-ligne), le 11/03/2012 é 11H19.
  • SMaSH1 (Hors-ligne), le 07/01/2012 é 07H11.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    Perdre son temps, est-ce le perdre ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit