Peut-on croire au bonheur?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Pensez-vous que nous pouvons être heureux au ... Le bonheur est-il inaccessible à l'homme ? >>
Partager

Peut-on croire au bonheur?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Peut-on croire au bonheur?



Publié le : 8/1/2005 -Format: Document en format FLASH protégé

	Peut-on croire au bonheur?
Zoom
  • peut : Est-il possible, est-il légitime.
  • croire : Le verbe vient du latin credere, qui signifie "tenir pour vrai", "faire confiance". La croyance implique donc l'idée d'une absence de connaissance, car il s'agit toujours de "se fier" au témoignage d'autrui.
  • bonheur : Etat de satisfaction parfaite, de contentement du corps, du coeur et de l'esprit.

  • Analyse :


• La question du bonheur suppose la clarification de trois questions.
L’essence : qu’est-ce que le bonheur ?
L’existence : existe-t-il ?
La méthode de réalisation : comment l’atteindre ?
• C’est par rapport à ces trois questions que le croyant ou l’incroyant, concernant le problème posé par le bonheur, doivent se situer. En effet, le croyant conçoit une idée du bonheur qu’il juge réalisable et dont il énonce les moyens d’y parvenir. L’incroyant conçoit cette même idée, mais n’admet pas une possible réalisation du bonheur et s’efforce de dénoncer comme illusoire les moyens pour l’atteindre.
•Avant de problématiser le sujet, donnons une première et définition du bonheur et deux grandes orientations pour le réaliser.
• D’après le Grand Larousse, le bonheur est un « état dans lequel sont satisfaites toutes les aspirations de l’être ». La satisfaction de « toutes les aspirations de l’être » est donc plus vaste qu’un plaisir physique ou intellectuel. Il comprend la sécurité de ses biens et de sa personne, la liberté d’expression, le pouvoir d’achat etc…Etant plus vaste, il est aussi plus durable. Que serait un bonheur présent au lever du jour et absent le reste de la journée ?
• L’étymologie du terme « bonheur » peut indiquer deux grandes orientations dans sa quête. Le bonheur se compose de l’adjectif « bon » et du nom « heur ». Ce dernier vient du latin « augurium » qui signifie « présage (favorable ou non) », d’où « chance (bonne ou mauvaise) ». Le bonheur est donc la bonne fortune. Il renvoie aux évènements extérieurs que l’on juge bienfaisants. Dans son étymologie grecque, le bonheur renvoie au terme « eudaïmonia » qui a donné le mot « eudémonisme » par lequel on désigne les philosophies antiques qui font du bonheur le but de l’action. Or « eudaïmonia » se décompose en « eu » et « daïmonia » qui signifient respectivement « bon » et « génie intérieur ». Plutôt qu’aux évènements extérieurs, le bonheur désigne ici la direction intérieure à prendre pour atteindre la félicité. Or ces deux approches sont-elles conciliables ? Y-t-il un accord possible entre l’évènement extérieur et la direction intérieure ?

  • Problématique :


Croire en la réalisation du bonheur ne suppose-t-il pas d’être réaliste et de se libérer des moyens illusoires pour l’atteindre ? Mais ce monde terrestre ne contredit-il pas fondamentalement toute recherche du bonheur, faisant de lui, non l’objet d’une quête réaliste, mais d’une espérance ? Dès lors, la croyance au bonheur ne pourrait-elle pas être rétablie si on renonce à l’opposer aux souffrances de ce monde ?



Dès lors, si on ne peut croire à la réalisation du bonheur compte tenu de notre condition dans ce monde, il semble que nous ne devions pas non plus croire qu'il soit l'objet suprême du désir humain.

* Pour Kant, tous les principes qui inspirent la recherche du bonheur ne peuvent valoir pour des commandements et des fins en soi, mais pour des conseils. Ils ne sont pas ce qui donne la valeur supérieure à notre action. Mais, pour Kant, il ne faut pas s'en attrister. Car l'échec de la réalisation du bonheur est le signe que la destination fondamentale de l'homme est ailleurs. Kant la perçoit dans l'action faite par devoir et non seulement conformément au devoir. Dans les Fondements de la métaphysique des moeurs, Kant illustre cette distinction en comparant le marchant qui vend au juste prix parce que c'est le juste prix et celui qui le vend parce qu'il craint d'être sanctionné.

* Dans cette conception de la destinée fondamentale de l'homme, le bonheur devient l'objet d'une espérance accordée dans l'autre monde à ceux qui l'ont mérité sur cette terre. Une telle conception du bonheur et de la destinée humaine est-elle acceptable ? 3-On peut croire au bonheur à condition de ne pas l'opposer absolument à la souffrance.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Peut-on croire au bonheur?	Corrigé de 3962 mots (soit 6 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Peut-on croire au bonheur? " a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • Nauva-226799 (Hors-ligne), le 08/01/2014 à 08H20.
  • cecoulie-195948 (Hors-ligne), le 16/01/2013 à 16H16.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Il n'est pas monstrueux. Il irradie par sa discrétion même. Il est sûr que les malheurs du monde, la guerre, le sida, la misère, la faim, ne nous poussent pas à afficher un bonheur qui ferait mal aux autres. Mais il n'est pas honteux d'être heureux au milieu des tristesses de la planète. Au contraire, le bonheur se partage, infuse une énergie chez celui qui le connaît, une énergie qui profite à tous. Quoi de plus agréable et de plus simple que de remercier nos parents pour les bonheurs qu'ils nous procurent, nos amis pour le bien-être et l'appui qu'ils nous offrent. Et puis, être heureux n'a rien de contemplatif. Le bonheur, c'est aussi prendre conscience que notre vie est fragile, c'est lutter pour sa qualité, pour un environnement sain, pour une place honorable dans la société. Lutter toujours contre la médiocrité et le pessimisme qui gagnent sans cesse du terrain. C'est aussi montrer l'exemple, à son niveau, autour de soi, en aidant les plus démunis.

    Ajouté par PROF

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    (...) Ce qui, dans l'usage, distingue surtout -bonheur de ses synonymes, c'est la fréquence de l'emploi que l'on en fait : il peut servir à définir les autres mots de cette famille (...) Le -plaisir est le -bonheur d'un instant, un élément du -bonheur (...) le -bien-être est le -bonheur physique, sorte de -bonheur qu'on goûte (...) sans avoir besoin de posséder ou de développer la sensibilité morale (...) La -béatitude (...) est le -bonheur destiné dans une autre vie à ceux qui auront pratiqué la vertu dans celle-ci (...) La -prospérité est le -bonheur objectif ou extérieur (...) la -félicité est le -bonheur subjectif (...) le contentement de l'âme., LAFAYE, Dict. des synonymes, Bonheur, chance.

    Ajouté par webmaster

    Alain, Définitions. "Les degrés du croire sont les suivants au plus bas, croire par peur ou par désir ... Au-dessus croire par coutume et imitation (croire les rois, les orateurs, les riches). Au-dessus, croire les vieillards, les anciennes coutumes, les traditions. Au-dessus, croire ce que tout le monde croit (que Paris existe, même quand on ne le voit pas). Au-dessus croire ce que les plus savants affirment en accord d'après des preuves ... Tous ces degrés forment le domaine de la croyance." (72)

    Ajouté par webmaster

    On entend ici par le bonheur un état, une situation telle qu'on en désirât la durée sans changement; et en cela le bonheur est différent du plaisir qui n'est qu'un sentiment agréable, mais court et passager, et qui ne peut jamais être un état., FONTENELLE, Bonheur, -in LITTRÉ.

    Ajouté par webmaster

    "Le bonheur ne peut avoir de garantie que dans l'être; le changement et le bonheur s'excluent." Nietzsche.

    Ajouté par webmaster

    «Il ne faut pas croire exagérément au bonheur. »(Anouilh, Eurydice)

    Ajouté par webmaster

    Friedrich NIETZSCHE / Aurore. (1881) / OEuvres I / Robert Laffont -Bouquins 1990 « À l’individu, dans la mesure où il recherche son bonheur, il ne faut donner aucun précepte sur le chemin qui mène au bonheur : car le bonheur individuel jaillit selon ses lois propres, inconnues de tous, il ne peut être qu’entravé et arrêté par des préceptes qui viennent du dehors. »

    Ajouté par webmaster

    On risque autant à croire trop qu'à croire trop peu. Il n'y a ni plus ni moins de danger à être polythéiste qu'athée : or le scepticisme peut seul garantir (...) de ces deux excès opposés., DIDEROT, Pensées philosophiques, XXXIII.

    Ajouté par webmaster

    Et c'est un vieux mensonge à plaisir inventé, Que de croire au bonheur hors de la volupté!, A. DE MUSSET, Poésies nouvelles, «Idylle».

    Ajouté par webmaster

    Cependant je sens que j'aime la monotonie des sentiments de la vie, et si j'avais encore la folie de croire au bonheur, je le chercherais dans l'habitude., CHATEAUBRIAND, René.

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    Peut-on croire au bonheur?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo