Peut-on ne croire à rien ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Peut-on mourir pour la vérité ? Peut-on ne pas craindre la mort ? >>
Partager

Peut-on ne croire à rien ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Peut-on ne croire à rien ?



Publié le : 19/12/2005 -Format: Document en format FLASH protégé

	Peut-on ne croire à rien 	?
Zoom
  • peut : Est-il possible, est-il légitime.
  • croire : Le verbe vient du latin credere, qui signifie "tenir pour vrai", "faire confiance". La croyance implique donc l'idée d'une absence de connaissance, car il s'agit toujours de "se fier" au témoignage d'autrui.
  • rien : Le néant, l'absence, la nullité.

Croire, c'est donner son accord ou son assentiment à une proposition où à une action. Toute croyance, en tant qu'état mental, doit donc porter sur quelque chose. De ce point de vue, il paraît logiquement impossible de ne croire à rien. Soit l'on croit à quelque chose, soit l'on ne croit pas. La forme sous laquelle se présente alors le fait de ne croire à rien est celle du désengagement, de la mise entre parenthèse, de la suspension du jugement et de l'action. Mais ne croire à rien n'est pas simplement refuser de donner son assentiment. C'est aussi reconnaître que rien ne vaut, et, plus précisément alors, on ne croit en rien. Croire à rien se dédouble donc en ne pas croire (suspension du jugement) et ne croire en rien (l'absurde). Mais, cette forme d'absurdité qui est revendiquée par celui qui dit ne croire à rien, n'est-elle pas elle-même une croyance ? En même temps, cette contradiction est-elle véritablement problématique pour celui qui affirme justement ne pas se soumettre au principe de contradiction, puisqu'il revendique l'absurdité ? La question est donc de savoir s'il est possible de penser et revendiquer l'absurdité, aussi bien théorique que pratique.



Des réponses aux questions que se pose la curiosité humaine touchant ces énigmes, la genèse de l'univers, le rapport entre le corporel et le spirituel s'élabore suivant les prémisses du système religieux. Et c'est un énorme allègement pour l'âme individuelle de voir les conflits de l'enfance  conflits qui ne sont jamais entièrement résolus  lui être pour ainsi dire enlevés et recevoir une solution acceptée de tous. »   Transition : que la croyance soit un phénomène universel n'implique peut-être pas qu'il faille nécessairement croire en quelque chose. On peut avancer notamment qu'il est peut-être possible de disqualifier la croyance par la raison, ce qui signifierait qu'un individu, à son échelle, peut travailler à rationaliser tous ses rapports au monde pour supprimer tous ses objets de croyance ou les remplacer par une connaissance rationnelle.     II. Est-il possible de dépasser la croyance ?   Un des moyens de dépasser la croyance consiste à considérer qu'il y a croyance là où il y a ignorance des causes réelles. Une recherche rationnelle des causes, si elle est systématiquement menée sur tous les objets qui nous entourent, pourrait donc nous permettre de ne plus croire en rien.   Spinoza, Ethique, Appendice du livre I   « Partout où l'occasion m'en a été donnée, j'ai eu soin d'écarter les préjugés qui pouvaient empêcher de comprendre mes démonstrations ; mais comme il reste encore beaucoup de préjugés qui pouvaient et peuvent empêcher encore et même au plus haut point les hommes de saisir l'enchaînement des choses comme je l'ai expliqué, j'ai pensé qu'il valait la peine de soumettre ici ces préjugés à l'examen de la raison. D'ailleurs, tous les préjugés que j'entreprends de signaler ici dépendent d'un seul : les hommes supposent communément que toutes les choses naturelles agissent, comme eux-mêmes, en vue d'une fin, et bien plus, ils considèrent comme certain que Dieu lui-même dispose tout en vue d'une certaine fin, car ils disent que Dieu a fait toutes choses en vue de l'homme, mais il a fait l'homme pour en recevoir un culte.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Peut-on ne croire à rien 	? Corrigé de 4786 mots (soit 7 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Peut-on ne croire à rien ?" a obtenu la note de :

8.5 / 10

Corrigé consulté par :
  • 7-218085 (Hors-ligne), le 01/11/2013 à 01H17.
  • CHEVEE-217533 (Hors-ligne), le 30/10/2013 à 30H08.
  • merouan-184062 (Hors-ligne), le 07/11/2012 à 07H20.
  • benoit41 (Hors-ligne), le 17/04/2012 à 17H18.
  • AlexTS (Hors-ligne), le 05/01/2012 à 05H14.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Cependant l'opinion peut aussi matérialiser une des limites de la croyance. Déjà à l'Antiquité Socrate dénonçait chez les sophistes (maîtres de sagesse; professeurs d'éloquence, maîtres en rhétorique et en philosophie, qui vont de ville en ville pour enseigner l'art de parler en public et les moyens de l'emporter sur son adversaire dans une discussion) le fait que l'opinion constitue un savoir. Le savoir auquel ils prétendent accéder n'est que vraisemblance. En effet, selon Socrate notre rapport à ce qui est ne peut pas constituer l'objet d'un savoir. Donc l'opinion, le considérée comme le plus faible degré de la croyance, est un danger pour l'homme car elle n'est qu'illusions. Le mensonge lui aussi est aux bornes de la croyance réflexive. Il signifie dire quelque chose auquel on ne croit pas et représente la manipulation, l'instrumentalisation de la liberté d'autrui. Il interdit ainsi à l'individu auquel il s'adresse de prendre la bonne décision.

    Ajouté par PROF

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    (..) on n'y voit plus d'habitations, et on peut se croire dans des lieux que les humains n'ont jamais visités. Rien de si abandonné, en apparence, rien de si inhospitalier, de si farouche, de si rébarbatif., J. A. DE GOBINEAU, Nouvelles asiatiques, p. 32.

    Ajouté par webmaster

    .1 Au moins, lorsqu'on ne comprend pas, il y a mystère, on peut croire qu'il y a quelque chose de caché derrière et au fond, qui peut soudain sortir et tout changer, mais quand on a l'explication, il reste plus rien, que des pièces détachées., É. AJAR (R. GARY), l'Angoisse du roi Salomon, p. 17.

    Ajouté par webmaster

    (...) puisque j'envisage bien de partir dans l'état où est ma tante, il faut croire que rien ne peut m'en empêcher., MËmËe DE SÉVIGNÉ, 282, 2 juin 1672.

    Ajouté par webmaster

    Alain, Définitions. "Les degrés du croire sont les suivants au plus bas, croire par peur ou par désir ... Au-dessus croire par coutume et imitation (croire les rois, les orateurs, les riches). Au-dessus, croire les vieillards, les anciennes coutumes, les traditions. Au-dessus, croire ce que tout le monde croit (que Paris existe, même quand on ne le voit pas). Au-dessus croire ce que les plus savants affirment en accord d'après des preuves ... Tous ces degrés forment le domaine de la croyance." (72)

    Ajouté par webmaster

    On risque autant à croire trop qu'à croire trop peu. Il n'y a ni plus ni moins de danger à être polythéiste qu'athée : or le scepticisme peut seul garantir (...) de ces deux excès opposés., DIDEROT, Pensées philosophiques, XXXIII.

    Ajouté par webmaster

    Il faut une grande naïveté pour croire qu'une révolution peut s'opérer par des procédés démocratiques, et sous la conduite de meneurs qui ne mènent rien du tout, qui ne sont en réalité que des chefs de majorités de Congrès et des orateurs applaudis., J. ROMAINS, les Hommes de bonne volonté, t. IV, XVI, p. 176.

    Ajouté par webmaster

    Si -rien ne me contraint à sauver ma vie, -rien ne m'empêche de me précipiter dans l'abîme (...) Cette liberté, qui se découvre à nous dans l'angoisse, peut se caractériser par l'existence de ce -rien qui s'insinue entre les motifs et l'acte (...) Et si l'on demande quel est ce -rien qui fonde la liberté, nous répondrons qu'on ne peut le décrire, puisqu'il -n'est pas (...), SARTRE, l'être et le Néant, Orig. de la négation, p. 69-71.

    Ajouté par webmaster

    .1 (...) on ne saurait croire combien la croyance à l'Astrologie a été utile à l'humanité. Si Kepler et Tycho Brahé ont pu vivre, c'est parce qu'ils vendaient à des rois naïfs des prédictions fondées sur la conjonction des astres. Si les princes n'avaient pas été si crédules, nous continuerions peut-être à croire que la Nature obéit au caprice (...), H. POINCARÉ, la Valeur de la science, VI.

    Ajouté par webmaster

    On peut trouver tout simple qu'un obscur et inepte compilateur, qui n'est rien et ne peut jamais être rien dans les lettres, les outrage avec cette fureur insensée (...), CHAMFORT, Maximes et pensées, Sur la science, IV.

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    Peut-on ne croire à rien ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo