LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Faut-il raisonner pour être libre ? Autrui favorise-t-il ma liberté ? >>


Partager

Peut-on dire que la liberté est d'abord la reconnaissance de la nécessité ?

Echange

Aperçu du corrigé : Peut-on dire que la liberté est d'abord la reconnaissance de la nécessité ?



Publié le : 15/4/2004 -Format: Document en format HTML protégé

Peut-on dire que la liberté est d'abord la reconnaissance de la nécessité ?
Zoom

• Selon quelle(s) appréhensions de la liberté le problème d'une relation non « antithétique « entre la nécessité et la liberté peut-il se poser ?
• Remarquer qu'il ne s'agit pas, en toute rigueur, purement et simplement de la nécessité mais de « la reconnaissance de la
nécessité «.
• Comment penser le « d'abord « ?
• S'agit-il de l'idée selon laquelle, par exemple, on ne peut se libérer des lois (de la nature) qu'en leur « obéissant «?
Ainsi, par exemple, la liberté pour les hommes de voler ne passe-t-elle pas d'abord par la reconnaissance de certaines lois physiques?
— Quelle appréhension de la liberté est-elle ici en jeu ?
• S'agit-il de l'idée selon laquelle la liberté passe par la reconnaissance de la nécessité?
Exemple : la doctrine spinoziste. (très schématiquement exposée ici) Selon Spinoza tous les modes, tous les accidents sont reliés à la substance par une nécessité rationnelle; tout ce qui est possible est. L'homme, mode fini parmi les autres, n'a de sens que par cette totalité; l'idée qu'il s'en fait à l'occasion de ses sensations (connaissance du premier genre) est inadéquate; c'est par la conscience du deuxième genre (connaissance par la raison) qu'il comprend la nécessité des choses; mais c'est au stade de la connaissance du troisième genre (celle du « saint «, du « mystique «) qu'il la saisit directement, par une expérience intime : en même temps qu'il la comprend, il la veut, et atteint par là à la vraie liberté : la volonté de l'homme s'identifie alors à celle de la « substance « (de « Dieu «).
• Ne peut-on soutenir légitimement d'autres appréhensions de « la liberté « qui n'aient pas ces rapports avec « la reconnaissance de la nécessité «?



Le mot « fatalité « vient en effet du latin fatum, qui signifie « ce qui était dit « (sous-entendu : par l'oracle). Par quoi l'on voit que le fatalisme, qui postule que la destinée de chacun est fixée d'avance, dérive des pratiques superstitieuses de la divination. « Le sage [...] se moque du destin, dont certains font le maître absolu des choses. « Épicure, Lettre à Ménécée, Ille s. av. J.-C. Zénon de Cittium « fouettait un esclave qui avait volé; et comme celui-ci lui dit : "II était dans ma destinée de voler", il répondit : "Et aussi d'être battu." « Anecdote rapportée par Diogène Laërce (Ille s.




Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Corrigé : Corrigé de 4342 mots (soit 6 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Peut-on dire que la liberté est d'abord la reconnaissance de la nécessité ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • Djamila39235 (Hors-ligne), le 08/10/2009 é 08H21.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit