NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Faut-il aimer la certitude pour rechercher la ... La nature vous donne t elle des régles pour b ... >>


Partager

Peut-on échapper à l'emprise de l'imagination ?

Echange

Aperçu du corrigé : Peut-on échapper à l'emprise de l'imagination ?



Publié le : 25/3/2004 -Format: Document en format HTML protégé

Peut-on échapper à l'emprise de l'imagination  ?
Zoom

 

C’est a priori une qualité que d’avoir beaucoup d’imagination. Cela souligne la richesse de sa production, son originalité, la beauté de ses images. Pourtant, cela peut aussi occasionner un reproche : « tu as trop d’imagination «, dira-t-on à celui qui s’inquiète dans le noir.

Quoiqu’il en soit, dans un cas comme dans l’autre, l’imagination produit des images.

D’une manière plus précise, on peut même distinguer que son pouvoir consiste premièrement à reproduire des images, lorsqu’elle présente à l’esprit des images qui correspondent aux observations des sens. Elle est alors liée à la mémoire, permettant de ramener à l’esprit des impressions passées.

Deuxièmement l’imagination peut produire, voire créer des images, lorsque ce qu’elle représente n’a pas son modèle dans ce qui a été observé.

Concernant chacun des deux pouvoirs, l’imagination est susceptible d’avoir une véritable emprise sur un individu. L’exemple extrême et symbolique est bien évidemment le rêve, lors duquel nous sommes sans doute complètement livrés à l’emprise de l’imagination. C’est elle, et non notre conscience ni notre volonté qui choisit les images qu’elle présente à l’esprit.

Il semble pas en être ainsi en état de veille. Pourtant, ne fait-on pas quotidiennement l’expérience que notre imagination peut avoir la main-mise sur nous ? Qu’il s’agisse tout simplement de la forme que l’on ne peut éviter de reconnaître dans un nuage, du son que l’on a cru percevoir, du fantasme ou de l’angoisse surgissant soudain à l’esprit - alors qu’ « il n’y avait rien « ; force est de constater que l’imagination participe à notre quotidien. En comprenant qu’elle agit au niveau de nos perception, on peut supposer qu’elle se mêle également à nos connaissances. Dans quelle mesure ? Un calcul mental, par exemple, fait-il appel à l’imagination ?

Il ne faut pas non plus mettre au même niveau toutes les contributions de l’imagination. Il y a évidemment des différences de degré d’emprise entre un rêve la représentation dans l’esprit d’un triangle. Dans un cas comme dans l’autre il s’agit de la même faculté, sans doute pas de la même participation.

Ainsi l’imagination est-elle peut-être concernée par chacune des opérations de l’esprit. Elle peut raviver un souvenir, et sans doute par là même le fausser. Cela illustre bien le problème posé par une potentielle emprise de l’imagination : l’imagination est source d’erreur. Pour illustrer le problème de manière simple, le monde « imaginaire « s’oppose au monde « réel «. En mêlant l’imagination à notre perception du monde, c’est peut-être toute notre connaissance du monde qui est menacée, et pourquoi  pas toutes nos actions. Les objets de nos croyances, de nos désirs, ne sont-ils pas souvent plus imaginaires que réels ?

Est-on alors condamné à l’emprise de l’imagination ?

Cette question en suppose beaucoup d’autres. Elle nécessite que l’on éclaircisse le rôle de l’imagination, et son degré de participation voire d’emprise sur la conscience. Quelle est « l’emprise « de l’imagination ? A quels niveaux se situe-t-elle, et sous quelles formes ? C’est seulement ensuite qu’il convient de s’interroger sur la nécessité puis les moyens d’échapper à cette emprise - sur les « procédés échappatoires «, si l’on peut dire. Pourquoi faudrait-il se libérer de l’emprise de l’imagination ? Par quels moyens ?



 »     c)      L'imagination, « maîtresse d'erreur et de fausseté »    Il peut être légitime de parler d'une réelle « emprise » de l'imagination. Avec l'imagination, c'est peut-être dans la fausseté que nous sommes emprisonnés.   PASCAL, Pensées, Brunschvicg 82 / Lafuma 44 « C'est cette partie dominante dans l'homme, cette maîtresse d'erreur et de fausseté, et d'au...


Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Pour pouvoir consulter gratuitement ce document et

TOUCHER DES DROITS D'AUTEUR

Vous disposez de documents dont vous êtes l'auteur ?

monnaie-euro-00008Publiez-les et gagnez 1 euro à chaque consultation.
Le site devoir-de-philosophie.com vous offre le meilleur taux de reversement dans la monétisation de vos devoirs et autres rapports de stage.
Le site accepte tous les documents dans toutes les matières (philosophie, littérature, droit, histoire-géographie, psychologie, etc.).

N'hésitez pas à nous envoyer vos documents.

, nous vous prions tout simplement de faire don d'un document pour le site en cliquant sur le boutton ci-dessous :




Le corrigé du sujet "Peut-on échapper à l'emprise de l'imagination ?" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



Ressource précédenteRessource suivante

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit