NoCopy.net

peut-on être en conflit avec soi-même

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Lecture analytique, session Bac 2012-2013 Bal ... Le théâtre >>
Partager

peut-on être en conflit avec soi-même

Echange

Aperçu du corrigé : peut-on être en conflit avec soi-même



Document transmis par : j-alex35000


Publié le : 4/1/2013 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
peut-on être en conflit avec soi-même
Zoom

Introduction:
Comme l’affirmaitHegel dans l’Esthétique, les animaux vivent en paix « avec les chosesqui les entourent » : ils n’éprouvent pas leur monde comme étant incomplet ou décevant,ils ne s’irritent pas des limites que la nature leur a imposées, ils n’éprouvent pasl’altérité du monde comme une adversité dont il faut triompher. Rien ne leur paraîtimpossible, parce que rien au fond ne leur est possible : une vache ne regrette pas dene pas pouvoir voler, parce qu’elle se contente d’être ce qu’elle est, de prélever dansl’altérité de quoi assurer sa subsistance, et de l’anéantir par la digestion. « Ce canardn’a qu’un bec, et n’eut jamais envie/ Ou de n’en plus avoir ou bien d’en avoir deux »,ainsi que l’écrivait Richepin dans son poème Oiseaux de passage, et il faut y voir négativementune description de l’homme : l’homme est cet être qui ne se contente jamaisde son propre être, qui n’est jamais satisfait de son propre monde bref, cet être dedésir qui exige toujours plus et autre chose que ce qu’il a.L’homme, en d’autres termes, se heurte en permanence à l’altérité sous la double figurede l’adversaire et de l’obstacle : les choses m’apparaissent d’emblée comme ce quirésiste à ma volonté, et qu’il faut transformer ou dépasser ; autrui est toujours susceptiblede se dresser entre l’objet de mon désir et moimême,soit parce qu’il ne veut pasce que je veux, soit au contraire parce qu’il convoite exactement la même chose. Êtreun homme, par conséquent, c’est voir son existence fondamentalement inquiétée parl’altérité, c’est entrer en conflit avec cette dernière.Qu’on soit par définition en conflitavec ce qui n’est pas soi et pas de l’ordre du soi (avec le nonmoi,comme le nommaitFichte), cela alors n’est guère douteux ; mais pour autant, peutonêtre en conflit avecsoimême? À première vue, cela semble impossible, si tant est qu’il ne saurait y avoir28Sujet 2de conflit qu’entre deux termes qui s’opposent et se heurtent : quel sens y auraitilàdire qu’en moi, quelque chose s’oppose à moi ?Et pourtant, à en croire Hegel, les animaux ne vivent pas qu’en paix « avec les chosesqui les entourent », mais également et surtout « avec euxmêmes». L’animal en effetne connaît ni la morsure du remords, ni la crainte de l’avenir ; il n’est pas exposé àl’angoissante possibilité de choisir, et donc par làmême de se tromper ; étant d’embléetout ce qu’il est, il ne risque pas de passer à côté de luimême,de devenir ce qu’il nevoulait surtout pas être ou de manquer sa vie – toutes possibilités constitutives aucontraire de l’existence humaine à tel point que chacun redoute toujours qu’elles nese réalisent ou pire, qu’elles ne se soient déjà et silencieusement réalisées.Ces expériences que tous nous avons faites, faisons ou ferons, supposent donc qu’il ya en moimêmeune part d’altérité, que je ne suis pas une pure « mêmeté » identiqueà soi, sans contradiction ni relief ; et effectivement, il est clair que nos désirs sonteuxmêmescontradictoires, que nous pouvons en même temps vouloir tout et soncontraire, que deux alternatives peuvent se présenter à nous comme également désirables,lors même qu’elles sont exclusives l’une de l’autre ; clair également, que nousvivons quotidiennement le conflit déchirant (voire désespérant) qui oppose ce quenos désirs ordonnent et ce que le devoir moral commande. Mais si l’homme est ainsien quelque sorte la contradiction faite homme, la question se retourne : pouvonsnousseulement résorber la tension, et cesser ainsi d’être en conflit avec nousmêmes?De la contradiction des appétits au conflit de nos facultés, de la solution posée parl’exigence éthique à la persistance du scandale, tel sera alors le chemin problématiqueque nous nous proposons d’emprunter.I. De la contradiction des désirs en nous au conflit avec soi-mêmeLorsque, dans le Gorgias, Calliclès reproche à Socrate de « toujours dire la mêmechose », celuicirenchérit : il ne dit pas simplement la même chose, il dit toujours « lemême du même » ; c’est Calliclès au contraire qui « ne dit jamais la même chose »,c’estàdirequi ne cesse de se contredire. Ce sont en effet les « meilleurs », répèteinlassablement ce dernier, qui méritent le pouvoir ; mais lorsqu’il s’agit de définir quisont ces meilleurs, il proclame tantôt que ce sont les plus forts, tantôt les plus habiles,tantôt les plus courageux – trois déterminations qui à l’évidence ne se recoupent pas,puisqu’on peut avoir la force sans l’intelligence ni le courage (telle la brute qui frappecelui qui est moins fort que lui pour le seul plaisir de le frapper), le courage sansl’intelligence (c’estàdirela témérité qui ne pèse pas les risques), l’intelligence sans laforce, etc. Calliclès se contredit : il ne peut donc qu’avoir tort, puisque deux propositionscontradictoires ne sauraient être vraies ensemble, quel que soit par ailleurs leurcontenu. Et plus Socrate le lui fait remarquer, plus il s’empêtre et s’emporte : celuiqui se contredit supporte rarement qu’on le contredise, c’estàdirequ’on lui apportel’épreuve de la contradiction en l’amenant à comprendre que ce qu’il soutient n’est pas29Le sujetsoutenable. Or, le mobile du conflit séparant Calliclès et Socrate n’est pas innocent :il s’agit pour Socrate d’affirmer que les meilleurs des hommes, ce sont ceux qui, avantde chercher à commander aux autres, savent se commander, c’estàdire« être raisonnable,se dominer, commander aux plaisirs et passions qui résident en soimême»,ceux qui sont, en somme, tout ce que Calliclès refuse d’être. En d’autres termes, lescontradictions dans lesquelles Calliclès s’enferre ne sont que le signe d’un conflit plusgrave, qui n’est pas simplement d’ordre théorique, mais bien pratique : le problème,ce n’est pas tant sa relation au discours vrai que son rapport à l’action bonne. Si lediscours de Calliclès sombre ainsi dans la contradiction, c’est parce que Calliclès, loinde se dominer luimême,est sans cesse la proie de désirs euxmêmescontradictoires :la contradiction théorique est le signe d’un conflit pratique qui déchire un hommeincapable de mettre la bride à ses appétits, et par conséquent toujours écartelé entredes inclinations opposées.Et en effet, celui qui ne sait pas se commander luimêmedevient la proie d’appétitstyranniques qui le tirent à hue et à dia : comme le remarquait Descartes, le propredu désir, c’est de nous présenter comme également désirables des satisfactions quipourtant s’excluent mutuellement (jouir des bénéfices de la gloire tout en profitantde la tranquillité de l’anonymat, exercer le pouvoir sans avoir à ...


Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Pour pouvoir consulter gratuitement ce document et

TOUCHER DES DROITS D'AUTEUR

Vous disposez de documents dont vous êtes l'auteur ?

monnaie-euro-00008Publiez-les et gagnez 1 euro à chaque consultation.
Le site devoir-de-philosophie.com vous offre le meilleur taux de reversement dans la monétisation de vos devoirs et autres rapports de stage.
Le site accepte tous les documents dans toutes les matières (philosophie, littérature, droit, histoire-géographie, psychologie, etc.).

N'hésitez pas à nous envoyer vos documents.

, nous vous prions tout simplement de faire don d'un document pour le site en cliquant sur le boutton ci-dessous :




Le corrigé du sujet "peut-on être en conflit avec soi-même" a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Mais c'est précisément ce point qui est délicat : peutêtre Platon résorbetil le conflit à trop bon compte, peutêtre la tension qui oppose nos désirs entre eux n'estelle dépassée qu'au prix de la position d'une nouvelle opposition, celle de ce que nos appétits commandent et de ce que notre raison ordonne - et on aura reconnu ici la thèse kantienne, selon laquelle le devoir moral, issu de la seule raison, nous ordonne à chaque fois d'« humilier » (telle est l'expression de Kant) en nous la sensibilité. Selon Kant en effet, notre volonté n'est libre qu'à la condition de s'être libérée de ce qu'il nomme les « inclinations pathologiques », c'estàdire les inclinations sensibles ou désirs : je ne décide pas de mes désirs, et quiconque se soucie de les satisfaire révèle par là même l'étendue de son esclavage.

Ajouté par PROF

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

Le conflit est un facteur commun de la santé et de la maladie. En lui-même, le conflit n'est pas pathologique (...) L'orientation du conflit vers ces ajustements intégratifs ou dissociatifs que sont la santé et la maladie est encore à bien des égards mystérieuse., Daniel LAGACHE, la Psychanalyse, p. 58-59 (1955).

Ajouté par webmaster

Rien ne peut être plus conforme à la nature d'une chose que les individus de la même espèce, et conséquemment rien ne peut être plus utile à l'homme pour conserver son être et jouir de la vie raisonnable que l'homme lui-même quand la raison le conduit. [ Ethique ] Spinoza, Baruch

Ajouté par webmaster

Rien ne peut être plus conforme à la nature d'une chose que les individus de la même espèce, et conséquemment rien ne peut être plus utile à l'homme pour conserver son être et jouir de la vie raisonnable que l'homme lui-même quand la raison le conduit. Ethique Spinoza, Baruch

Ajouté par webmaster

-(Le) conflit entre le dieu du soleil (...) et le dragon qu'on supposait le gardien de la pluie, devint en Perse la lutte spirituelle entre le bien moral et le mal moral : de façon qu'un texte, suggéré par un spectacle très commun du monde extérieur, se trouva être le fondement d'une philosophie connue sous le nom de Dualisme (en d'autres mots, le conflit entre deux dieux, l'un bon, l'autre mauvais)... Ce combat du bien et du mal (...) on en parle aussi comme du grand conflit entre Ormuzd et Ahriman., MALLARMÉ, les Dieux antiques, Mythes perses, Pl., p. 1174.

Ajouté par webmaster

.2 Peut-être «pleurer» est-il trop gros; peut-être ne faut-il pas renvoyer tous les pleurs à une même signification; peut-être y a-t-il dans le même amoureux plusieurs sujets qui s'engagent dans des modes voisins, mais différents, de «pleurer». Quel est ce «moi» qui a «les larmes aux yeux»? Quel est cet autre qui, telle journée, fut «au bord des larmes»?, R. BARTHES, Fragments d'un discours amoureux, p. 214.

Ajouté par webmaster

Ça ne paraît peut-être pas à première vue, mais c'est la bonté même. Il est ennuyant peut-être, mais on ne peut pas tout avoir., Jean-Yves SOUCY, Un dieu chasseur, p. 75.

Ajouté par webmaster

Je me suis juré mille fois d'accueillir avec sérénité, peut-être même avec allégresse, en tous cas avec une vaillance lucide, ce qu'on nomme «les avertissements de l'âge»., G. DUHAMEL, Chronique des Pasquier, I, p. 10.

Ajouté par webmaster

Je me suis juré mille fois d'accueillir avec sérénité peut-être même avec allégresse, en tous cas avec une vaillance lucide, ce qu'on nomme «les avertissements de l'âge»., G. DUHAMEL, Chronique des Pasquier, I, Introduction.

Ajouté par webmaster

Je dis donc que la souveraineté, n'étant que l'exercice de la volonté générale, ne peut jamais s'aliéner, et que le souverain, qui n'est qu'un être collectif, ne peut être représenté que par lui-même : le pouvoir peut bien se transmettre, mais non pas la volonté., ROUSSEAU, Du contrat social, II, I.

Ajouté par webmaster

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



Ressource précédenteRessource suivante

peut-on être en conflit avec soi-même

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo