« Peut-être faut-il être jeune pour s'égayer habituellement à la lecture de Molière et en général des poètes comiques. Oui, la comédie en elle-même est plus triste que la tragédie. » Vinet. ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< « L'homme est sous des noms divers le vrai h ... Ce que "la raison ignore" peut-il valoir à t ... >>
Partager

« Peut-être faut-il être jeune pour s'égayer habituellement à la lecture de Molière et en général des poètes comiques. Oui, la comédie en elle-même est plus triste que la tragédie. » Vinet. ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : « Peut-être faut-il être jeune pour s'égayer habituellement à la lecture de Molière et en général des poètes comiques. Oui, la comédie en elle-même est plus triste que la tragédie. » Vinet. ?



Publié le : 1/4/2009 -Format: Document en format FLASH protégé

	« Peut-être faut-il être jeune pour s'égayer habituellement à la lecture de Molière et en général des poètes comiques. Oui, la comédie en elle-même est plus triste que la tragédie. » Vinet.	?
Zoom
  • peut : Est-il possible, est-il légitime.
  • être : Du latin esse, « être ». 1) Verbe : exister, se trouver là. En logique, copule exprimant la relation qui unit le prédicat au sujet (exemple : l'homme est mortel). 2) Nom : ce qui est, l'étant. 3) Le fait d'être (par opposition à ce qui est, l'étant). 4) Ce qu'est une chose, son essence (exemple : l'être de l'homme). 5) Avec une majuscule (l'Être), l'être absolu, l'être parfait, Dieu.
  • faut-il : "Faut-il ?" est une question qui peut se poser à deux niveaux et donner lieu à un plan en deux parties : 1) la nécessité physique/matérielle/naturelle/économique/sociale, c'est-à-dire la contrainte des choses. 2) l'obligation morale, le devoir, c'est-à-dire l'impératif de la raison pratique.
  • lecture : * Action de lire, de prendre connaissance du contenu d'un écrit. * Ce qu'on lit. Chercher des lectures intéressantes. * Manière de comprendre, d'interpréter ce qu'on lit. Niveaux de lecture. Lecture psychanalytique d'un conte pour enfants.
  • Molière : Le plus grand auteur dramatique français, comédien, chef de troupe, auteur de nombreuses comédies, en vers ou en prose, qui vont de la farce à la comédie de mœurs et aux grandes comédies qui mettent en cause les abus de son temps. • Quelques œuvres à connaître: Les Précieuses ridicules (1659); L'École des femmes (1622); Don Juan (1665); Tartuffe (1669); Les Fourberies de Scapin (1671); Les Femmes savantes (1672); Le Malade imaginaire (1673).
  • général : Qui se rapporte à l'ensemble plutôt qu’à un seul cas. Ce phénomène est général à l'ensemble de la population.
  • comique : * Relatif à la comédie en tant que genre théâtral. * Qui provoque le rire; drôle.
  • comédie : La comédie, parce qu'elle fait rire des défauts des hommes "ordinaires", passe au XVIIe siècle pour un genre mineur en comparaison avec la tragédie qui représente les actes sublimes des héros mythologiques ou des personnages illustres reconnus par l'Histoire.
  • même : Analogue, aussi, égal, identique, uniforme.
  • tragédie : Genre dramatique qui trouve son origine dans la Grèce antique, la tragédie est une représentation du destin d' hommes condamnés à subir la loi des dieux. A l'âge classique, la tragédie devient le spectacle théâtral par excellence, le genre noble grâce auquel s'expriment les plus nobles sentiments. La tragédie décline à la fin du XVIlle siècle.
  • Vinet : Alexandre Rodolphe Vinet (1797-1847). Théologien protestant et critique littéraire suisse d'expression française.

Que la comédie de Molière laisse un arrière goût d'amertume, la remarque a été souvent faite. Quelle mâle gaîté si triste... Vinet dit plus : il compare avec la tragédie, il généralise. Sous un air paradoxal, cette pensée a un grand fond de vérité, elle sent, d'ailleurs, son époque ; le romantisme nous a habitués à dramatiser l'existence. La vie est une comédie pour l'homme qui pense, et une tragédie pour l'homme qui sent.


I. Cette pensée est paradoxale.

II. Elle contient, cependant, une grande part de vérité.



Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	« Peut-être faut-il être jeune pour s'égayer habituellement à la lecture de Molière et en général des poètes comiques. Oui, la comédie en elle-même est plus triste que la tragédie. » Vinet.	? Corrigé de 493 mots (soit 1 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " « Peut-être faut-il être jeune pour s'égayer habituellement à la lecture de Molière et en général des poètes comiques. Oui, la comédie en elle-même est plus triste que la tragédie. » Vinet. ?" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
Corrigé consulté par :
  • Othmane33011 (Hors-ligne), le 11/05/2009 à 11H22.
  • Ghizlane32851 (Hors-ligne), le 10/05/2009 à 10H18.
  • zineb32727 (Hors-ligne), le 09/05/2009 à 09H19.
  • Fati32601 (Hors-ligne), le 08/05/2009 à 08H13.
  • Ismail32385 (Hors-ligne), le 06/05/2009 à 06H14.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Le sujet des comédies en soi est toujours triste. Un hypocrite s'introduit dans une famille, un père avare ou sottement dévot fait le malheur des siens, etc. 2. Sans doute la tragédie n'est pas plus gaie ; elle met en scène des scélérats et des fous, mais même les criminels ont un air de grandeur, et que de beaux exemplaires d'humanité, non seulement dans Corneille, mais dans Racine! (Exemples.) Elle nous donne une haute idée de nous-mêmes.

    Ajouté par PROF

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    La tragédie, sans doute, est quelque chose de beau (...) mais la comédie a ses charmes, et je tiens que l'une n'est pas moins difficile à faire que l'autre. - Assurément, Madame; et quand, pour la difficulté, vous mettriez un -plus du côté de la comédie, peut-être que vous ne vous abuseriez pas., MOLIèRE, la Critique de l'École des femmes, 6.

    Ajouté par webmaster

    La comédie à la même hauteur que la tragédie, en fait supérieure même à la tragédie, voilà le premier point à quoi tient Molière., Émile FAGUET, Études littéraires, XVIIËe s., Molière, p. 269.

    Ajouté par webmaster

    -Issue est plus général que -sortie. La sortie est le passage par où l'on sort habituellement; l'issue est toute ouverture par où l'on peut sortir. La porte est à la fois une sortie et une issue; la fenêtre n'est pas une sortie, mais, en un cas pressant, elle peut être une issue., LITTRÉ, Dict., art. -Issue.

    Ajouté par webmaster

    Quand la maison n'est qu'une triste solitude, il faut bien aller s'égayer ailleurs., ROUSSEAU, Émile, I.

    Ajouté par webmaster

    Il est vrai qu'une image peut -être sans -être perçue; elle peut être présente sans être représentée; et la distance entre ces deux termes, présence et représentation, paraît justement mesurer l'intervalle entre la matière elle-même et la perception consciente que nous en avons., H. BERGSON, Matière et Mémoire, p. 32.

    Ajouté par webmaster

    Simone semblait fort ennuyée. La lettre était d'un jeune homme auquel elle avait promis pour le soir. Elle remit à madame Bron un billet griffonné : Pas possible ce soir, mon chéri, je suis prise. Mais elle restait inquiète; ce jeune homme allait peut-être l'attendre quand même., ZOLA, Nana, V.

    Ajouté par webmaster

    Les grands poètes, les grands acteurs, et peut-être en général tous les grands imitateurs de la nature (...) sont les êtres les moins sensibles. Ils sont (...) trop occupés à regarder, à reconnaître et à imiter, pour être vivement affectés au-dedans d'eux-mêmes. Je les vois sans cesse le portefeuille sur les genoux et le crayon à la main. Nous sentons, nous; eux, ils observent, étudient et peignent., DIDEROT, Paradoxe sur le comédien, Pl., p. 1038.

    Ajouté par webmaster

    .2 Peut-être «pleurer» est-il trop gros; peut-être ne faut-il pas renvoyer tous les pleurs à une même signification; peut-être y a-t-il dans le même amoureux plusieurs sujets qui s'engagent dans des modes voisins, mais différents, de «pleurer». Quel est ce «moi» qui a «les larmes aux yeux»? Quel est cet autre qui, telle journée, fut «au bord des larmes»?, R. BARTHES, Fragments d'un discours amoureux, p. 214.

    Ajouté par webmaster

    La souveraineté ne peut être représentée, par la même raison qu'elle ne peut être aliénée; elle consiste essentiellement dans la volonté générale, et la volonté ne se représente point : elle est la même, ou elle est autre; il n'y a point de milieu., ROUSSEAU, Du contrat social, III, XV.

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    « Peut-être faut-il être jeune pour s'égayer habituellement à la lecture de Molière et en général des poètes comiques. Oui, la comédie en elle-même est plus triste que la tragédie. » Vinet. ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo