LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Dois-je aimer autrui plus que moi-même ? La morale n'a-t-elle aucune valeur ? >>


Partager

Peut-on faire passer l'intérêt d'autrui avant son intérêt personnel ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Peut-on faire passer l'intérêt d'autrui avant son intérêt personnel ?



Publié le : 21/2/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Peut-on faire passer l'intérêt d'autrui avant son intérêt personnel ?
x

Veuillez selectionner une image pour le sujet :
Peut-on faire passer l'intérêt d'autrui avant son intérêt personnel ?




Il est, en tout cas, difficile. C'est la raison pour laquelle, le respect d'autrui ne peut prendre que la forme d'une obligation morale. Respecter autrui, c'est ne pas le considérer simplement comme un moyen, mais toujours en même temps comme une fin en soi, cad comme un être qui a une dignité, une valeur absolue, qui se distingue radicalement des choses. Respecter autrui, c'est respecter l'autre en moi-même, cad l'humanité qui est en moi. Tel est le sens de la formule de l'impératif catégorique kantien : « Agis de telle sorte que tu traites l'humanité aussi bien dans ta personne que dans la personne d'autrui , toujours en même temps comme fin, jamais simplement comme moyen ». « Or je dis : l'homme, et en général tout être raisonnable, existe comme fin en soi, et non pas simplement comme moyen dont telle ou telle volonté puisse user à son gré ; dans toutes ces actions, aussi bien dans celles qui le concernent lui-même que dans celles qui concernent d'autres êtres raisonnables, il doit toujours être considéré en même temps comme un fin. Tous les objets des inclinations n'ont qu'une valeur conditionnelle ; car, si les inclinations et les besoins qui en dérivent n'existaient pas, leur objet serait sans valeur. Mais les inclinations mêmes, comme sources du besoin, ont si peu une valeur absolue qui leur donne le droit d'être désirées pour elles-mêmes, que, bien plutôt, en être pleinement affranchi doit être le souhait universel de tout être raisonnable. Ainsi la valeur de tous les objets à acquérir par notre action est toujours conditionnelle. Les êtres dont l'existence dépend, à vrai dire, non pas de notre volonté, mais de la nature, n'ont cependant, quand ce sont des êtres dépourvus de raison, qu'une valeur relative, celle de moyens, et voilà pourquoi on les nomme des choses ; au contraire, les êtres raisonnables sont appelés des personnes, parce que leur nature les désigne déjà comme des fins en soi, c'est-à-dire comme quelque chose qui ne peut pas être employé simplement comme moyen, quelque chose qui par suite limite d'autant toute faculté d'agir comme bon nous semble (et qui est un objet de respect) ».


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 6141 mots (soit 9 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Peut-on faire passer l'intérêt d'autrui avant son intérêt personnel ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • Josiane37058 (Hors-ligne), le 26/09/2009 é 26H15.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit