Peut-on préférer l'illusion à la vérité ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Soigne-t-on un être vivant comme on répare un ... Philosopher, est-ce renoncer à transformer le ... >>
Partager

Peut-on préférer l'illusion à la vérité ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Peut-on préférer l'illusion à la vérité ?



Publié le : 9/1/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Ce corrigé vous sera utile pour ces autres sujets voisins

Peut-on préférer l'illusion à la vérité ?
Zoom
  • peut : Est-il possible, est-il légitime.
  • préférer : Préférer à : aimer mieux. Préférer une chose, une personne à une autre.
  • illusion : Il convient de distinguer les illusions des sens et les illusions intellectuelles. Les premières ont une origine physiologique. Les secondes ont pour fondement les désirs et les passions.
  • vérité : La vérité concerne l'ordre du discours, et il faut en cela la distinguer de la réalité. Elle se définit traditionnellement comme l'adéquation entre le réel et le discours. Qualité d'une proposition en accord avec son objet. La vérité formelle, en logique, en mathématiques c'est l'accord de l'esprit avec ses propres conventions. La vérité expérimentale c'est la non-contradiction de mes jugements, l'accord et l'identification de mes énoncés à propos d'un donné matériel. On distinguera soigneusement la réalité qui concerne un objet (ce cahier, cette lampe sont réels) et la vérité qui est une valeur qui concerne un jugement. Ainsi le jugement : « ce cahier est vert » est un jugement vrai ou bien un jugement faux. La vérité ou la fausseté qualifient donc non l'objet lui-même mais la valeur de mon assertion. La philosophie, parce qu'elle recherche la vérité, pose le problème de ses conditions d'accès et des critères du jugement vrai.

L’illusion est communément rapprochée de l’erreur. Un homme est abusé par une illusion quand par exemple il voit un bâton brisé dans l’eau et croit qu’il l’est effectivement. En ce sens l’illusion se rapproche de la tromperie et est synonyme d’obstacle à la vérité. Une des conséquences possibles de l’illusion est le scepticisme. En effet si l’illusion habite ce monde alors est-il encore possible d’avoir des certitudes ? Le doute est-il réellement exclu de ces certitudes ? La philosophie, comme recherche de la vérité, ne peut passer outre l’obstacle que constitue l’illusion. Un raccourci trompeur nous inciterait à identifier illusion et fausseté ou encore illusion et erreur. Or si l’illusion peut bien induire en erreur, elle n’est pas par elle-même une erreur. Le fait de voir le bâton brisé est réel, par contre juger qu’il l’est est une erreur. Une deuxième difficulté est à souligner elle concerne les domaines respectifs de la vérité et de l’illusion, ils ne s’entrecoupent pas nécessairement. L’illusion religieuse par exemple ne laisse pas de place à l’infirmation ou la confirmation, une croyance n’ayant pas par nature à être vraie ou fausse. Le domaine de l’illusion dépasse celui de la vérité. D’autre part la vérité est discursive dans la mesure où elle porte sur des jugements. L’illusion quant à elle porte soit sur des objets des sens, des croyances ou encore des idéologies. Les objets même de la vérité et de l’illusion sont de nature différente. Pour répondre à ces différents problèmes nous allons procéder en trois étapes. La première tend à examiner l’hypothèse suivant laquelle il faut préférer la vérité et se prémunir contre l’illusion dans la mesure où cette dernière est un obstacle à la recherche de la vérité. La deuxième partie limite la portée de la première hypothèse en soulignant le caractère non exclusif des choix de la vérité et de l’illusion. Enfin nous nous demanderons si l’illusion peut servir la cause de la vérité et si oui comment.



La vie, expression de la Volonté de Puissance, a donc besoin de falsifier le réel, d'affirmer l'être contre le devenir, d'organiser ce flux, de le contraindre à se plier aux options vitales du sujet, c'est-à-dire aux valeurs et aux normes définies par la Volonté de Puissance, bref .elfe a besoin de l'illusion, qu'elle érige en vérité. C'est pourquoi, même la prétendue vérité objective de la science se réduit en fait à une croyance, une illusion qui nous est nécessaire pour vivre.III) Accéder à la vérité, est-ce perdre ses illusions ou en être délivré ?A) Perdre ses illusions : les affres de la désillusion. (Schopenhauer)1) Perdre ses illusions, c'est les voir démenties par la réalité sans qu'il soit répondu au besoin que l'illusion manifestait.* L'homme désabusé voit son désir lui-même frappé de désaveu, et non pas reconnu dans sa vérité en tant que désir.2) La désillusion nous livre un monde désenchanté.* La désillusion, sommet de la sagesse pour Schopenhauer, ouvre la porte au nihilisme et correspond existentiellement au sentiment de l'ennui, voire à la neurasthénie. LA MONTÉE DU NIHILISME ET LE DERNIER HOMME A.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Peut-on préférer l'illusion à la vérité ? Corrigé de 2304 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Peut-on préférer l'illusion à la vérité ?" a obtenu la note de :

5.8 / 10

Corrigé consulté par :
  • sixjot32-217948 (Hors-ligne), le 01/11/2013 à 01H10.
  • roro7575-198539 (Hors-ligne), le 08/05/2013 à 08H16.
  • titine34 (Hors-ligne), le 22/02/2012 à 22H09.
  • mtbz (Hors-ligne), le 18/02/2012 à 18H18.
  • Djazaiira (Hors-ligne), le 19/01/2012 à 19H18.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    » Freud, L'Avenir d'une illusion (1927). • Pour Freud, il ne suffit pas de dire que la religion est une erreur, qui décrit de manière erronée la réalité et donne aux prêtres un ascendant illégitime sur les gens assez crédules pour les croire. La religion a une force propre, celle du désir. Elle est, comme l'ensemble des comportements humains, une des manifestations de la libido. Pour Freud, la croyance en un Dieu providentiel est une projection de la figure paternelle, qui permet de se prémunir contre les angoisses rencontrées dans la réalité. La religion est une pathologie, une névrose obsessionnelle, qui nous maintient dans un stade infantile et dont il faut se délivrer pour parvenir à l'âge adulte. • La critique freudienne est à double tranchant, car elle permet aussi de voir que certaines critiques de la religion reproduisent, au nom de la science et de la liberté de penser, les mécanismes qu'elles croient critiquer.

    Ajouté par PROF

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    à cette heure, l'illusion règne despotiquement, peut-être se lève-t-elle avec la nuit! l'illusion n'est-elle pas pour la pensée une espèce de nuit que nous meublons de songes? L'illusion déploie alors ses ailes elle emporte l'âme dans le monde des fantaisies, monde fertile en voluptueux caprices et où l'artiste oublie le monde positif, la veille et le lendemain, l'avenir, tout jusqu'à ses misères, les bonnes comme les mauvaises., BALZAC, la Bourse, Pl., t. I, p. 328.

    Ajouté par webmaster

    Le moi est l'universelle pierre de touche; il a la vérité; il a la santé (...) il n'erre pas; à lui de purifier l'espèce; à lui de la condamner, ou de s'y préférer. Le moi reste la seule puissance et le seul juge. Il n'a qu'à vouloir., André SUARèS, Trois hommes, «Ibsen», V, p. 132.

    Ajouté par webmaster

    « Je vois, par exemple, que 2 fois 2 font 4, et qu'il faut préférer son ami à son chien, et je suis certain qu'il n'y a point d'homme au monde qui ne le puisse voir aussi bien que moi. » Malebranche, De la recherche de la vérité, 1674-1675.

    Ajouté par webmaster

    Nicodème lui dit : «Comment un homme, quand il est âgé, peut-il renaître? Peut-il entrer une seconde fois dans le sein de sa mère pour renaître?» Jésus répondit : «En vérité, en vérité je te le dis, nul, s'il ne renaît de l'eau et de l'esprit, ne peut entrer dans le royaume de Dieu.», BIBLE (CRAMPON), Évangile selon saint Jean, III, 4 et 5.

    Ajouté par webmaster

    Averroès (lbn Ruchd), foi et raison : « la vérité ne peut contredire la vérité»

    Ajouté par webmaster

    -(Un amour tel qu') un Sultan peut le ressentir pour sa Sultane favorite, ce qui ne l'empêche pas de lui préférer souvent une simple Odalisque., LACLOS, les Liaisons dangereuses, Lettre, CXLI.

    Ajouté par webmaster

    RUSSELL: «La science nous incite donc à abandonner la recherche de la vérité absolue, et à y substituer ce qu'on peut appeler la vérité "technique".»

    Ajouté par webmaster

    C'est que l'illusion de l'esprit puisse durer, résister à l'expérience, engendrer à l'infini des systèmes et des oeuvres - quand l'illusion d'optique au contraire se voit réduite sitôt apparue., J. PAULHAN, les Fleurs de Tarbes, p. 123.

    Ajouté par webmaster

    Sans l'illusion, où irions-nous? Elle donne la puissance de manger la -vache enragée des Arts, de dévorer les commencements de toute science en nous donnant la croyance. L'illusion est une foi démesurée!, BALZAC, les Employés, Pl., t. VI, p. 912.

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    Peut-on préférer l'illusion à la vérité ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo