NoCopy.net

Peut-on soutenir avec Nietzsche que toute philosophie est la confession de son auteur ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La notion d'"esprit" a-t-elle un sens ? Peut-il exister une vérité particulière ? >>


Partager

Peut-on soutenir avec Nietzsche que toute philosophie est la confession de son auteur ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Peut-on soutenir avec Nietzsche que toute philosophie est la confession de son auteur ?



Publié le : 17/1/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Peut-on soutenir avec Nietzsche que toute philosophie est la confession de son auteur ?
Zoom

Le mot de Nietzsche qui consiste à rabattre d’un coup toute une philosophie sur la vie de son auteur recèle une charge polémique d’une rare violence à l’encontre de l’histoire de la philosophie. En effet, alors que l’identité de la philosophie s’est conquise dans la lutte contre l’obscurantisme, c’est-à-dire par la promotion de la rationalité et de l’universalité, Nietzsche relègue la raison au second plan, derrière les passions, dont le foisonnement forment le tissu embrouillé des confessions. Mais, peut-on d’un mot exclure la raison, pour retenir les seules passions comme source de toute réflexion ? Si le corps a ses raisons que la raison ne connaît point, en est-il pour autant le seul facteur déterminant ? Afin de le comprendre, nous tenterons d’abord d’analyser les présupposés de l’attaque nietzschéenne, puis de déceler les limites qu’elle est susceptible de rencontrer. Enfin, nous verrons dans quelle mesure la visée philosophie peut s’exempter d’un recours à la rationalité et en quoi elle nous y renvoie immanquablement.

 



Alors que l'epithumia tend à fixer le juste en fonction des intérêts particuliers (est juste ce qui me convient ou m'avantage), la raison dégage ce qui fonde en soi la justice des lois. La référence platonicienne à l'Idée de Justice, atteignable uniquement par la raison, offre l'avantage d'accorder les hommes autour d'une référence commune. Toutefois, c'est cette prétention à l'universalité que Nietzsche bat en brèche lorsqu'il condamne toute philosophie à n'être que la confession de son auteur. Pour cela, il critique d'abord la raison en sa qualité d'instrument au service réflexion objective. Au début de Ainsi parlait Zarathoustra, Nietzsche accuse ainsi la raison de n'être qu'un instinct parmi d'autres ; le corps n'est plus l'autre de la raison - le lieu des passions - résidus accessoirement relié à l'epithumia, mais c'est la raison qui vient prendre place au sein du composé d'instincts et de volontés que forme le corps :  « L'homme éveillé, celui qui sait, dit : Corps suis tout entier, et rien d'autre, et âme n'est qu'un mot pour quelque chose dans le corps. [...] Le corps est une grande raison, une pluralité [...]. Instrument de ton corps est aussi ta petite raison, mon frère, que tu nommes 'esprit', petit instrument et jouet de ta grande raison. » Ce qu'il nous faut bien saisir, c'est donc la façon dont la destitution de la raison, au profit du corps, empêche désormais de ressaisir la pensée sous la forme d'un discours objectif ou vrai (rationnellement déterminé) pour la renvoyer à l'expression d'un instinct particulier, à la confession d'une vie particulière et d'un corps déterminé.   II - La philosophie face à la critique externaliste               Ce que Nietzsche entreprend correspond clairement à une relativisation du discours philosophique, voire de tout discours. Puisque la raison ne possède aucune primauté décisive, comme elle ne parvient plus dès lors à déterminer ce qui est en soi (le Juste, par exemple), elle doit se contenter d'être l'expression d'une situation donnée particulière, c'est-à-dire des conditions externes (historiques, économiques, sociales, psychologiques, etc.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Peut-on soutenir avec Nietzsche que toute philosophie est la confession de son auteur ? Corrigé de 1972 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Peut-on soutenir avec Nietzsche que toute philosophie est la confession de son auteur ?" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
Corrigé consulté par :
  • zahratoustra (Hors-ligne), le 21/10/2010 é 21H23.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    Peut-on soutenir avec Nietzsche que toute philosophie est la confession de son auteur ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit