LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< De quoi la philosophie a-t-elle besoin ? Philosopher, est-ce céder au désir ? >>


Partager

Philosopher, est-ce renoncer au désir ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Philosopher, est-ce renoncer au désir ?



Publié le : 25/1/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Ce corrigé vous sera utile pour ces autres sujets voisins

Philosopher, est-ce renoncer au désir ?
Zoom

Analyse du sujet

-          La pluralité des définitions de la philosophie s’ordonne autour d’un foyer de sens : la philosophie est un travail critique de la pensée sur elle-même, en même temps qu’un effort pour rendre notre existence intelligible ; elle est l’acte d’une pensée s’exerçant à sa propre liberté et s’affrontant à la question du sens, sans autre secours que ceux qu’offrent la raison et l’expérience. La diversité des significations concerne principalement le statut donné à la rationalité et à la connaissance.

-          Mais l’homme semble, immédiatement, spontanément, être un être de désir. Puissance de négation et de transformation, de rêve et d’action, le désir est ce par quoi l’homme est ouvert à la dimension du possible et de l’imaginaire. Traçant une ligne de faille dans la plénitude du réel, il y introduit l’absence. Tour à tour destructeur et entreprenant, le désir met le monde en chantier : l’histoire de l’humanité est l’histoire de ses désirs. Pourtant, l’homme entretient avec lui des rapports difficiles et contradictoires. Toute une tradition religieuse et philosophique le stigmatise et le condamne. L’ascétisme, par exemple, figure l’idéal d’une humanité enfin délivrée du désir et nous rappelle que si l’homme est attachée à ses désirs comme à l’expressions de sa vie même, il est tout aussi pressé de s’en débarrasser et peut être habité par le plus paradoxal d’entre eux : le désir de mort, c’est-à-dire la mort du désir.

-          Or, on le voit bien, il apparaît que désir et activité du philosopher ne peuvent aller ensemble en ce sens que l’un né de la faculté du sentir et de l’imagination, alors que l’autre est activité de la raison humaine. En ce sens, il apparaît logique de dire que philosopher consiste à renoncer à ses désirs. Mais c’est précisément ce qu’on nous demande d’interroger.

-          En effet, si le philosopher se caractérise par l’activité de la faculté rationnelle de l’âme, pour parler en termes platonicien, et que le désir exprimer l’activité de la faculté désirante de l’âme, cela signifie-t-il pour autant que toute philosophie est exclusions pure et simple du désir ?

-          Pour sortir de l’impasse en effet, il nous faudra trouver une issue dialectique qui soit capable de nous faire penser philosopher et désir ensemble en dépassant leur opposition.

-          Ce qu’il faut clairement comprendre ici c’est que c’est précisément l’essence même de la philosophie en tant qu’activité qui est mise à la question.

Problématique

            Est-il légitime d’affirmer que l’essence du philosopher non seulement se confond mais encore s’épuise dans un renoncement absolu, radical, de tout désir, ou plutôt de toute forme de désir ? Ne doit-on pas, bien plutôt, chercher à penser dialectiquement philosophie et désir de sorte que l’on dépasse cette exclusion à la fois illégitime et manichéenne ?

Ce sont donc tout à la fois l’essence de l’activité philosophique que le statut du désir lui-même qui sont ici mis à la question.

 



CITATIONS: « Ma [...] maxime était de tâcher toujours plutôt à me vaincre que la fortune, et à changer mes désirs que l'ordre du monde. » Descartes, Discours de la méthode, 1637.Cette maxime, empruntée à la morale stoïcienne, nous invite à maîtriser nos désirs, en ne les faisant porter que sur les choses qui dépendent de nous. Celui qui désire modifier le cours des événements (la fortune) ou bien changer l'ordre du monde échouera certainement, et en sera malheureux. Le bonheur appartient à celui qui parvient à ne désirer que ce qu'il peut effectivement obtenir. « Parce que la plupart de nos désirs s'étendent à des choses qui ne dépendent pas toutes de nous ni toutes d'autrui, nous devons exactement distinguer en elles ce qui ne dépend que de nous, afin de n'étendre notre désir qu'à cela seul. » Descartes, Les Passions de l'âme, 1649. « Ce n'est pas par la satisfaction des désirs que s'obtient la liberté, mais par la destruction du désir. » Épictète, Entretiens, vers 130 apr.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 3429 mots (soit 5 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Philosopher, est-ce renoncer au désir ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • potterisaprodigy-244 (Hors-ligne), le 21/10/2014 é 21H12.
  • mesmer-218671 (Hors-ligne), le 03/11/2013 é 03H18.
  • Emmanuel9082 (Hors-ligne), le 06/11/2008 é 06H00.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit