La philosophie est-elle aussi légitime que la science ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La psychanalyse est-elle une science ? Le marxisme est-il toujours une philosophie a ... >>
Partager

La philosophie est-elle aussi légitime que la science ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : La philosophie est-elle aussi légitime que la science ?



Publié le : 3/3/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

La philosophie est-elle aussi légitime que la science ?
Zoom

Par exemple, un pouvoir despotique peut bien mener une politique légale, en accord avec ses lois, mais pourtant illégitime, c'est-à-dire inique et injuste. Dès lors, si l'on tient le légitime pour le juste, la philosophie peut nous paraître plus légitime que la science dans la mesure où elle s'ajuste mieux à l'homme dans sa quête de connaissance. En effet, alors que la science recouvre l'ensemble du connaissable, la philosophie enjoint l'homme à questionner : il ne s'agit pas tant de savoir plus que de savoir mieux. En ce sens, la philosophie rend justice à la finitude de l'homme et coïncide avec justesse à ses capacités. De ce point de vue, la philosophie est donc autant, si ce n'est plus légitime que la science.   II - La philosophie face aux sciences   Cependant, si nos précédentes analyses rendent raison des rapports primitifs entre science et philosophie et de leur destin commun - au point que Newton, travaillant à son oeuvre, disait faire de la « philosophie naturelle » -  elles ne doivent pas masquer l'évolution moderne de la science et sa diffraction en un ensemble de sciences, chacune spécifiée par un objet : le vivant pour la biologie, la nature inanimée pour la physique, etc. Dès lors, la légitimité de la philosophie pâtit de telles sécessions, puisque aussi bien chaque nouvelle science lui ravit un de ses objets, la laissant, semble-t-il, sans objet précis. En ce sens, la philosophie souffrirait d'un manque de légitimité en raison de son défaut d'objectivité. Alors que les sciences de la nature possèdent un objet circonscrit, dont l'objectivité même permet d'infirmer ou de confirmer les énoncés scientifiques, la philosophie ne se développerait qu'en d'hasardeuses chimères. Réduite à la métaphysique, c'est-à-dire à une enquête au-delà des bornes de la raison quant aux principes de la nature, la philosophie pourrait bien se magnifier elle-même, sans jamais atteindre une quelconque scientificité.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : La philosophie est-elle aussi légitime que la science ? Corrigé de 1919 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "La philosophie est-elle aussi légitime que la science ?" a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

La science n'est jamais pure de toute idéologie. Conclusio n'I algré les prises de position lllJ idéologiques d'Althusser en faveur d u marxisme, prises de position qui faus­ sent son raisonnement, Philosophie et philosophie spontanée des savants tente à bon escient de définir la spécificité du savoir philosophique par rap­ port à la science et contient des observations tout à fait essentielles sur les rap­ ports entre science et idéologie. On le voit bien aujourd'hui, où, au nom d'un déterminisme matérialiste qui n'est peut-être qu'un avatar de la prédestination protestante, les géné­ ticiens américains déc larent chaque semaine avoir d écouvert un nouveau gène qui expliquerait une p artie de la psyché h umaine: gène de l'intelligence, gène de la fidél ité, gène de l ' homosexualité, etc.

Ajouté par PROF

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

La vérité est que la philosophie n'est pas une synthèse des sciences particulières, et que si elle se place souvent sur le terrain de la science, si elle embrasse parfois dans une vision plus simple les objets dont la science s'occupe, ce n'est pas (...) en portant les résultats de la science à un plus haut degré de généralité. Il n'y aurait pas place pour deux manières de connaître, philosophie et science, si l'expérience ne se présentait à nous sous deux aspects différents (...), H. BERGSON, la Pensée et le Mouvant, p. 136.

Ajouté par webmaster

La philosophie (...) n'est pas une science à part; c'est un côté de toutes les sciences (...) La philosophie est cette tête commune, cette région centrale du grand faisceau de la connaissance humaine, où tous les rayons se touchent dans une lumière identique (...) L'antiquité avait merveilleusement compris cette haute et large acception de la philosophie. La philosophie était pour elle le sage, le chercheur, Jupiter sur le mont Ida, le spectateur dans le monde., RENAN, l'Avenir de la science, IX, OE. compl., t. II, p. 852.

Ajouté par webmaster

« La philosophie n'est pas contraire à la science, elle se comporte elle-même comme une science, travaille en partie avec les mêmes méthodes, mais elle s'en éloigne dans la mesure où elle s'accroche à l'illusion de pouvoir livrer une image du monde cohérente et sans lacune. » Freud, Nouvelles Conférences sur la psychanalyse, 1933.

Ajouté par webmaster

à la rigueur, il n'est pas de philosophie qui ne soit existentialiste. La science arrange les apparences. L'industrie s'occupe des utilités. On se demande ce que ferait une philosophie si elle n'explorait l'existence et les existants. Cependant, on attache plus volontiers le nom d'existentialisme à un courant précis de la pensée moderne. En termes très généraux, on pourrait caractériser cette pensée comme -une réaction de la philosophie de l'homme contre l'excès de la philosophie des idées et de la philosophie des choses., E. MOUNIER, Introd. aux existentialismes, p. 8.

Ajouté par webmaster

LA PHILOSOPHIE ET LA LIBERTÉ "Il est évident que nous n'avons en vue, dans la philosophie, aucun intérêt étranger. Mais, de même que nous appelons homme libre celui qui est à lui-même sa propre fin et n'est pas la fin d'autrui, ainsi cette science est aussi la seule de toutes les sciences qui soit libre, car seule elle est sa propre fin." Aristote, Métaphysique, 384-322 av. J.C.

Ajouté par webmaster

Huyghens rendra à Galilée un hommage émouvant. Son oeuvre, en effet, tient du prodige (...) Quant à sa philosophie mécaniste, «science nouvelle» dont il est le premier maître (...) nous allons voir qu'elle était décidément la philosophie du siècle. Avec lui est né un nouvel âge de la pensée., R. LENOBLE, -in Histoire de la science, Encycl. Pl., p. 477.

Ajouté par webmaster

« Chacun est le fils de son temps. De même aussi la philosophie : elle résume son temps dans la pensée. » Hegel, Principes de la philosophie du droit, 1821.

Ajouté par webmaster

« La philosophie sans la science perd bientôt de vue nos rapports réels avec la création pour s'égarer dans des espaces imaginaires; la science sans la philosophie [..J, on ne voit pas qu'elle offre à la raison un aliment digne d'elle, ni qu'elle puisse être prise pour le dernier but des travaux de l'esprit. » Cournot, Sur les fondements de nos connaissances, 1851.

Ajouté par webmaster

(...) la science psychologique, comme tout autre science, ne porterait que sur des «observables», tandis que la philosophie chercherait à atteindre la nature des choses et les «essences»., J. PIAGET, Épistémologie des sciences de l'homme, p. 135.

Ajouté par webmaster

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



Ressource précédenteRessource suivante

La philosophie est-elle aussi légitime que la science ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo