En politique, ne faut-il croire qu'aux rapports de force ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< D'où vient la force de la loi ? De quelles servitudes l'homme souffre-t-il ? >>


Partager

En politique, ne faut-il croire qu'aux rapports de force ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : En politique, ne faut-il croire qu'aux rapports de force ?



Publié le : 28/1/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

En politique, ne faut-il croire qu'aux rapports de force ?
Zoom

La politique est toujours une lutte pour le pouvoir mais aussi, comme le montre Marx, une lutte entre les intérêts divergents des classes sociales. L'art du politique est de soumettre par la force et la contrainte les hommes. MAIS, là où il y a politique, il y a la recherche d'un intérêt général (Rousseau). Celui-ci ne peut se fonder sur la force mais sur la concorde et l'acceptation de tous. La force divise les hommes sans les rassembler. Un pouvoir qui n'userait que de la force serait condamner à disparaître.



C'est un devoir d'obéir à la justice, tandis que céder à la force n'est qu'une maxime de simple prudence. Ainsi, contre le sophiste Calliclès qui faisait de la force l'unique mesure du droit, Rousseau affirme l'essence morale du droit : céder à la force n'est nullement un devoir ; ce n'est qu'aux « puissances légitimes » qu'on est tenu d'obéir. Les tyrans l'ont bien compris, qui cherchent toujours à masquer la force brutale sous des prétextes honorables. Car la force nue est sans pouvoir sur les consciences. Pour régner durablement, la force a tout intérêt à se faire passer pour le droit. L'hypocrisie des propagandes est, d'une certaine façon, l'hommage que la force brutale rend au droit.  "Le plus fort n'est jamais assez fort pour être toujours le maître, s'il ne transforme sa force en droit, et l'obéissance en devoir. De là le droit du plus fort; droit pris ironiquement en apparence, et réellement établi en principe. Mais ne nous expliquera-t-on jamais ce mot ? La force est une puissance physique; je ne vois point quelle moralité peut résulter de ses effets.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : En politique, ne faut-il croire qu'aux rapports de force ? Corrigé de 1324 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "En politique, ne faut-il croire qu'aux rapports de force ?" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
Corrigé consulté par :
  • Harold17424 (Hors-ligne), le 05/06/2009 é 05H08.
  • Marie20245 (Hors-ligne), le 08/05/2009 é 08H10.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    En politique, ne faut-il croire qu'aux rapports de force ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit