LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Qu'est-ce qu'un esprit curieux ? Qu'est-ce qu'observer ? >>


Partager

Pour bien observer, faut-il une grande étendue de connaissance ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Pour bien observer, faut-il une grande étendue de connaissance ?



Publié le : 23/9/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Pour bien observer, faut-il une grande étendue de connaissance ?
Zoom

  Observer quelqu’un c’est plus que simplement le voir, et même que le regarder : c’est l’examiner « sous toutes ses coutures, « lui porter une attention particulière en prenant en compte le moindres détails de ses traits et de sa stature. Observer, cela semble examiner un objet au moyen des sens, en étant le plus exhaustif possible. L’observation serait ainsi une source de connaissances, mais ne requerrait pas spécifiquement de connaissances. Au contraire, c’est une certaine forme de perception toute aussi passive que les autres. C’est un moment de recueil d’informations, et non de mises en œuvres de celles-ci : les tables d’observation en astronomie par exemple sont dressées sans connaître la position préalable des astres ou les lois qui gouvernent leur mouvement.

  Mais on a tous fait cette expérience : face à une œuvre d’art dont on connaît l’auteur et ses autres œuvres, face à un match d’un sport dont on connaît les règles et que l’on pratique, ou face à un paysage d’une région qui nous est familière, on voit plus de choses que le néophyte : les détails semblent acquérir leur importance propre, leur vraie signification, etc. De même le médecin face au malade sait observer les symptômes qui dénotent une maladie. L’observation semble alors plus active que passive, elle contient une part d’interprétation, laquelle demande une certaine étendue de connaissance. En effet une connaissance d’un objet est la connaissance des causes qui font qu’il existe et qu’il existe tel qu’il est. Ce savoir permet à l’observation, par exemple celle du médecin, de voir les symptômes comme des effets de ce qui n’est pas directement observable, et ainsi de leur attribuer une signification, c’est-à-dire de les interpréter.

  Mais si l’observation est une activité guidée par un savoir préalable, elle affronte un double risque : 1.) laisser ce savoir guider l’observation et ainsi rater ce qui saute au nez, voire confirmer des préjugés 2.) ne plus être une source objective de connaissance sur laquelle fonder le savoir mais au contraire être relative aux connaissances diverses de chacun. Le problème est donc de savoir ce que veut dire « bien « observer : s’agit-il de faire l’observation la plus neutre possible, en faisant abstraction de toute connaissance préalable, ou au contraire de faire l’observation la plus informée possible ? N’est-il que possible de ne pas faire intervenir dans une observation ce que l’on tient pour des connaissances ? Ce problème se pose tout particulièrement en philosophie des sciences, où l’observation, à l’instar de l’expérience, est bien souvent convoquée comme source de légitimité des énoncés théoriques portant sur le monde réel.



 




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 2427 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Pour bien observer, faut-il une grande étendue de connaissance ?" a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



Ressource précédenteRessource suivante

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit