Pourquoi des historiens ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Pourquoi des cérémonies commémoratives ? Pourquoi des maîtres ? >>


Partager

Pourquoi des historiens ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Pourquoi des historiens ?



Publié le : 29/12/2005 -Format: Document en format FLASH protégé

	Pourquoi des historiens 	?
Zoom

Analyse du sujet :

 

  • Notre sujet se présente sous la forme d'une question ouverte, à laquelle il s'agira d'apporter une réponse en conclusion, au terme du développement de l'argumentation qui fait l'objet du corps de la dissertation.
  • Le terme « pourquoi « nous donne une indication sur le type de réponse à apporter : il s'agit de fournir la raison pour laquelle il y a des historiens. Autrement dit, le sujet invite à réfléchir sur le statut de l'histoire, conçue comme discipline, c'est-à-dire, l'activité des historiens, et non pas simplement comme la successions des événements dans le temps.
  • Cependant l'activité des historiens, que nous appellerons historiographie pour la distinguer de l'Histoire comme succession d'événements, est en intime rapport avec cette dernière, qui semble de prime abord constituer le matériau à partir duquel l'historiographie est possible, avec lequel les historiens travaillent.
  • La difficulté majeure du sujet est de dévoiler les problèmes proprement philosophiques et non seulement historiographiques que cette discipline pose. Précisément, il s'agit d'une discipline : c'est donc sur une fonction (celle de l'historien) que nous attachons notre réflexion.
  • Noter que le sujet demande : « pourquoi des historiens ? « et pas simplement « pourquoi une historiographie ? «. C'est que l'historien n'est pas une entité neutre qui relaterait les faits en toute objectivité (comme le ferait un Dieu historien omniscient) : chaque historien constitue une subjectivité propre, qui interprète l'Histoire à partir des présupposés dont il ne peut se détacher (ne serais-ce que par la formation qu'il a reçu) : l'historien est lui-même historique, emporté dans le mouvement de l'histoire et ne peut s'en abstraire.
  • Pourtant il n'y a pas autant d'historiographies qu'il y a d'historiens : il y a donc bien des éléments objectifs qui peuvent être dégagés de l'histoire et sur lesquels s'accordent les historiens, par-delà leur subjectivités.

 

Problématisation :

 

Le problème majeure est justement celui de l'objectivité : si l'historiographie n'est pas objective, alors cette discipline n'a pas de légitimité à exister, ou du moins ne peut pas prétendre au statut de science historique. D'où nos deux premières questions :

 



Il s'agit juste de reconnaître les limites propres à cette discipline. Transition : La fonction des historiens est donc d'entrer en dialogue avec les faits historiques, d'interroger le passé pour donner sens à notre présent. De là surgit cependant un nouveau problème : ce dialogue s'institue avec des faits. Mais ces faits sont révolus et nous ne disposons que de leurs traces, mises par écrit sur différents documents. Or le document n'est pas le fait lui-même : il en est déjà une interprétation. Le dialogue ne s'institue par conséquent jamais avec l'Histoire elle-même (les faits) mais toujours avec ce que les écrivains, journalistes, peintres, historiens etc. d'une époque ont choisi de conserver sous forme de documents. Peut-on encore parler d'historiographie pour une discipline qui n'a jamais de prise avec l'Histoire mais qui se contente de faire dialoguer des subjectivités ? III - Foucault et la construction de l'histoire Le présupposé qui a conduit notre réflexion jusqu'ici consiste à penser qu'il y a des faits historiques qui se donnent à l'interprétation et que l'historiographie consiste à rendre compte de ces faits le mieux possible, par exemple par le dialogue. Michel Foucault, qui s'inscrit dans la tradition nietzschéenne réfute cette hypothèse : il n'y a pas de faits donnés mais uniquement des objets construits.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Pourquoi des historiens 	? Corrigé de 1513 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Pourquoi des historiens ?" a obtenu la note de :

5.1 / 10

Corrigé consulté par :
  • macharem-297273 (Hors-ligne), le 23/05/2018 é 23H16.
  • bloco93-225846 (Hors-ligne), le 03/01/2014 é 03H00.
  • mlleanna93-191772 (Hors-ligne), le 19/12/2012 é 19H18.
  • Lud (Hors-ligne), le 02/05/2012 é 02H15.
  • Mieline (Hors-ligne), le 02/05/2012 é 02H14.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    Pourquoi des historiens ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit