Pourquoi philosopher ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< le loup et le chien Biographie de Nathalie Sarraute >>


Partager

Pourquoi philosopher ?

Echange

Aperçu du corrigé : Pourquoi philosopher ?



Publié le : 17/4/2011 -Format: Document en format HTML protégé

Pourquoi philosopher ?
Zoom

La v&eacute;rit&eacute; et ses fondements

&nbsp;

1.&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp; Introduction

A.&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp; La philosophie

&nbsp;

La philosophie est une discipline scolaire vieille de 2500 ans. C&rsquo;est aussi une attitude intellectuelle, une mani&egrave;re de vivre et de penser qu&rsquo;on appelle philosopher.

&nbsp;

La philosophie utilise des m&eacute;thodes qui se veulent rationnelles et critiques. Elle travaille avec des concepts abstraits&nbsp;; tente de d&eacute;finir de grands principes g&eacute;n&eacute;raux et de r&eacute;pondre aux questions fondamentales de la vie et de la mort, du sens de l'existence, des valeurs individuelles et sociales, de la nature du langage ou de la connaissance et du rapport que nous avons avec les choses elles-m&ecirc;mes.

&nbsp;

La philosophie est multiple&nbsp;: on ne rencontre que des philosophies, qui s&rsquo;opposent le plus souvent de fa&ccedil;on radicale sur diverses questions[1]. Par cons&eacute;quent, la philosophie est un perp&eacute;tuel recommencement, car il ne peut pas y avoir de r&eacute;ponses d&eacute;finitives ou universellement acceptables &agrave; ses questions.

&nbsp;

Il s&rsquo;agit donc d&rsquo;un acte, d&rsquo;une &laquo;&nbsp;d&eacute;marche&nbsp;&raquo; de l&rsquo;esprit, d&rsquo;un mouvement vers l&rsquo;esprit vers le monde et vers lui-m&ecirc;me ainsi que vers ce qui le d&eacute;passe. Selon Aristote, son origine fut l&rsquo;&eacute;tonnement. C&rsquo;est une d&eacute;marche personnelle qui tend vers l&rsquo;universel. En effet, chaque philosophie exprime le style de son auteur.

&nbsp;

Elle est donc essentiellement une fa&ccedil;on d&rsquo;interroger les fondements et la coh&eacute;rence de contenus de pens&eacute;e. Elle est avant tout une exp&eacute;rience qui agit en retour sur l&rsquo;esprit qui s&rsquo;y exerce.

&nbsp;

Par ailleurs, la philosophie se caract&eacute;rise par une critique et une d&eacute;nonciation de l&rsquo;opinion au nom d&rsquo;une exigence de v&eacute;rit&eacute; et de fondements plus haute. N&eacute;anmoins, le passage &agrave; la philosophie n&eacute;cessite que l&rsquo;insuffisance, la contradiction interne et l&rsquo;absence de viabilit&eacute; de l&rsquo;opinion soient &eacute;tablies.

&nbsp;

Nous sommes alors confront&eacute;s &agrave; un probl&egrave;me&nbsp;: le propre de l&rsquo;opinion est d&rsquo;&ecirc;tre satisfaite d&rsquo;elle-m&ecirc;me, de s&rsquo;accommoder fort de l&rsquo;absence de fondement des propositions qu&rsquo;elle fait siennes. &Ecirc;tre dans l&rsquo;opinion, c&rsquo;est pr&eacute;cis&eacute;ment de pas se poser la question du fondement, et ainsi, ne pas comprendre les reproches adress&eacute;s par la philosophie.

&nbsp;

Retenons que la philosophie questionne, elle ne fournit pas de &laquo;&nbsp;recettes&nbsp;&raquo; ni de croyances si elle est vraiment philosophie et non pas id&eacute;ologie, ou religion.

B.&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp; Philosopher

&nbsp;

Poss&eacute;der des connaissances philosophiques ne veut pas dire philosopher. En effet, faire de la philosophie, c&rsquo;est reprendre &agrave; son compte l&rsquo;acte de philosopher. Et cela d&eacute;bute par le rejet de l&rsquo;autorit&eacute; des philosophes. La philosophie implique donc la recherche de fondement rationnel par soi-m&ecirc;me.

&nbsp;

Philosopher, c'est nous &eacute;veiller au monde qui nous entoure, c'est nous interroger sur notre situation dans ce monde, sur ce que nous sommes. Il est donc n&eacute;cessaire de penser, mais pas n'importe comment&hellip;

&nbsp;

Voici les op&eacute;rations de base pour philosopher :

-&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp; informer,

-&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp; probl&eacute;matiser,

-&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp; conceptualiser,

-&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp; juger

-&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp; argumenter.

&nbsp;

Et ses outils privil&eacute;gi&eacute;s sont&nbsp;:

-&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp; l'analyse (l'analyse conceptuelle, l'analyse logique ou linguistique),

-&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp; la synth&egrave;se,

-&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp; la critique,

-&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp; la dialectique (la discussion critique).

&nbsp;

Philosopher c&rsquo;est entre autre&nbsp;:

&nbsp;

&Oslash;&nbsp; Retrouver &laquo;&nbsp;l'homme int&eacute;rieur&nbsp;&raquo;, &laquo;&nbsp;se replier sur soi-m&ecirc;me, au dedans de soi&nbsp;&raquo; (Husserl)

&Oslash;&nbsp; Dire &laquo;&nbsp;non&nbsp;&raquo; aux apparences pour d&eacute;couvrir ce qui est derri&egrave;re le monde sensible, c'est tenter de renverser toutes les sciences admises, tous les syst&egrave;mes, mettre en doute, dire &laquo;&nbsp;non&nbsp;&raquo; dans un premier temps, pour pouvoir asseoir sa pens&eacute;e sur des bases in&eacute;branlables; c'est &laquo;&nbsp;mettre de l'ordre dans ses pens&eacute;es&nbsp;&raquo; (Descartes)

&Oslash;&nbsp; Rencontrer les limites de notre raison et alors &laquo;&nbsp;prendre conscience de l'absence&nbsp;&raquo; (F. Alqui&eacute;),

&Oslash;&nbsp; Adh&eacute;rer &agrave; un principe sup&eacute;rieur.

&nbsp;

C.&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp; Un cheminement vers la connaissance vraie

&nbsp;

La recherche de la v&eacute;rit&eacute; engendre de nombreuses difficult&eacute;s. En effet, la v&eacute;rit&eacute; ne se confond pas avec la simple r&eacute;alit&eacute; (ou r&eacute;alit&eacute; per&ccedil;ue). Elle exprime un rapport, une correspondance entre la r&eacute;alit&eacute; et ce que l&rsquo;on affirme. Ainsi, il ne s&rsquo;agit pas de d&eacute;crire le r&eacute;el dans son apparence sensible et changeante mais de le repr&eacute;senter en lui-m&ecirc;me, dans son essence. Cette d&eacute;marche suppose un effort et un travail pour aller au-del&agrave; des simples apparences, comme l&rsquo;affirme l&rsquo;id&eacute;alisme platonicien.

&nbsp;

Le d&eacute;sir de v&eacute;rit&eacute; fait partie de la nature m&ecirc;me de la raison, or notre connaissance est d&eacute;ficiente et pourtant ce d&eacute;sir tend vers la connaissance absolue. Il est aliment&eacute; par &laquo;&nbsp;cette conscience de l'absence&nbsp;&raquo;, ce vide, cette incapacit&eacute; &agrave; saisir ce que l'on cherche. Seule la pl&eacute;nitude de l'&Ecirc;tre peut combler ce d&eacute;sir infini.

&nbsp;

&nbsp;

&nbsp;

2.&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp; Pourquoi philosophe-ton&nbsp;?

&nbsp;

&laquo;&nbsp;Le commencement de toutes les sciences, c'est l'&eacute;tonnement de ce que les choses sont ce qu'elles sont&nbsp;&raquo; (Aristote, M&eacute;taphysique)

&nbsp;

&laquo;&nbsp;C'est, en effet, l'&eacute;tonnement qui poussa, comme aujourd'hui les premiers penseurs, aux sp&eacute;culations philosophiques.

Au d&eacute;but, leur &eacute;tonnement porta sur les difficult&eacute;s qui se pr&eacute;sentait les premi&egrave;res &agrave; l'esprit ; puis, s'avan&ccedil;ant ainsi peu &agrave; peu, ils &eacute;tendirent leur exploration &agrave; des probl&egrave;mes plus importants, tels que les ph&eacute;nom&egrave;nes de la Lune, ceux du Soleil et des &eacute;toiles, enfin la gen&egrave;se de l'Univers.

Or apercevoir une difficult&eacute; et s&rsquo;&eacute;tonner, c'est reconna&icirc;tre s sa propre ignorance [&hellip;]

Ainsi donc, si ce fut bien pour &eacute;chapper &agrave; l&rsquo;ignorance les premiers philosophes se livr&egrave;rent &agrave; la philosophie, c'est qu'&eacute;videmment ils poursuivaient le savoir en vue de la seule connaissance et non pour une fin utilitaire.

Et ce qui s'est pass&eacute; en r&eacute;alit&eacute; en fournit la preuve : presque toutes les n&eacute;cessit&eacute;s de la vie, et les choses qui int&eacute;ressent son bien-&ecirc;tre et son agr&eacute;ment avaient re&ccedil;u satisfaction, quand on commen&ccedil;a &agrave; rechercher une discipline de ce genre.&nbsp;&raquo;

Aristote, M&eacute;taphysique, trad. J. Tricot Vrin.

&nbsp;

Questions de r&eacute;flexion

&nbsp;

Quel est le th&egrave;me central de ce texte&nbsp;?

Quel lien Aristote &eacute;tablit-il entre l&rsquo;&eacute;tonnement et l&rsquo;ignorance&nbsp;?

Expliquez la phrase&nbsp;: &laquo;&nbsp;ils poursuivaient le savoir [&hellip;] non pour une fin utilitaire&nbsp;&raquo;.

&nbsp;

Vocabulaire

&nbsp;

Sp&eacute;culation&nbsp;:

&nbsp;

&nbsp;

Gen&egrave;se&nbsp;:

&nbsp;

&nbsp;

Fin utilitaire&nbsp;:

&nbsp;

&nbsp;

Agr&eacute;ment&nbsp;:

&nbsp;

&nbsp;

&nbsp;

3.&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp; Au commencement&hellip;

&nbsp;

A.&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp; Le mythe

&nbsp;

D&eacute;finitions[2]

&nbsp;

Sens ordinaire&nbsp;: croyance imaginaire, voire mensong&egrave;re, fond&eacute;e sur la cr&eacute;dulit&eacute; de ceux qui y adh&egrave;rent&nbsp;; dans ce cas, synonyme de fable, de conte ou de mystification.

&nbsp;

Sociologie&nbsp;: repr&eacute;sentation collective st&eacute;r&eacute;otyp&eacute;e, pr&eacute;jug&eacute; social dominant (ex. le &laquo;&nbsp;mythe de la femme-objet&nbsp;&raquo;).

&nbsp;

Ethnologie et religion&nbsp;: r&eacute;cit extraordinaire relatant les aventures des dieux, demi-dieux ou h&eacute;ros, survenues hors du temps de l&rsquo;histoire, sur laquelle ils influent pourtant (ex.&nbsp;: mythes de la formation du monde ou de la destin&eacute;e de l&rsquo;&acirc;me apr&egrave;s la mort).

&nbsp;

Philosophie&nbsp;: r&eacute;cit didactique exprimant une conception ou une id&eacute;e abstraite (ex.&nbsp;: le mythe chez Platon porte sur l&rsquo;origine de la civilisation et sur la condition humaine). La philosophie, en Gr&egrave;ce, na&icirc;t ainsi en supplantant la pens&eacute;e mythique et en proposant un autre mod&egrave;le de discours vrai, le discours rationnel et explicatif.

N&eacute;anmoins, l&rsquo;ethnologie montre que les mythes ont d&rsquo;importantes fonctions sociales, notamment sous la forme d&rsquo;un r&eacute;cit des origines racont&eacute; de fa&ccedil;on rituelle, une justification &agrave; l&rsquo;ordre du monde.

&nbsp;

Le mythe de la Caverne ou l&rsquo;&laquo;&nbsp;All&eacute;gorie de la Caverne&nbsp;&raquo;

&nbsp;

&laquo;&nbsp;Socrate &ndash; Maintenant, repr&eacute;sente-toi notre nature, selon qu&rsquo;elle est ou qu&rsquo;elle n&rsquo;est pas &eacute;clair&eacute;e par l&rsquo;&eacute;ducation, d&rsquo;apr&egrave;s le tableau que voici. Figure-toi des hommes dans une demeure souterraine en forme de caverne, dont l&rsquo;entr&eacute;e, ouverte &agrave; la lumi&egrave;re, s&rsquo;&...



Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Pour pouvoir consulter gratuitement ce document et

TOUCHER DES DROITS D'AUTEUR

Vous disposez de documents dont vous êtes l'auteur ?

monnaie-euro-00008Publiez-les et gagnez 1 euro à chaque consultation.
Le site devoir-de-philosophie.com vous offre le meilleur taux de reversement dans la monétisation de vos devoirs et autres rapports de stage.
Le site accepte tous les documents dans toutes les matières (philosophie, littérature, droit, histoire-géographie, psychologie, etc.).

N'hésitez pas à nous envoyer vos documents.

, nous vous prions tout simplement de faire don d'un document pour le site en cliquant sur le boutton ci-dessous :




Le corrigé du sujet "Pourquoi philosopher ?" a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



Ressource précédente

Pourquoi philosopher ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit