LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La science nous livre-t-elle le réel tel qu'i ... La science construit-elle ou observe-t-elle s ... >>


Partager

Pourquoi le progrès scientifique n'a-t-il pas favorisé la disparition des religions ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Pourquoi le progrès scientifique n'a-t-il pas favorisé la disparition des religions ?



Publié le : 30/1/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Pourquoi le progrès scientifique n'a-t-il pas favorisé la disparition des religions ?
x

Veuillez selectionner une image pour le sujet :
Pourquoi le progrès scientifique n'a-t-il pas favorisé la disparition des religions ?




inventèrent divers moyens de rendre un culte à Dieu afin d'être aimés par lui par-dessus les autres et d'obtenir qu'il dirigeât la nature entière au profit de leur désir aveugle et de leur insatiable avidité. » La boucle est bouclée : Dieu ou les Dieux sont conçus comme des personnes, agissant dans un but, favorisant les hommes en échange d'un culte. C'est une conception anthropomorphique du divin, puisque Dieu est conçu sur le modèle de l'humanité. Le monde est expliqué en dépit du bon sens. « Mais, tandis qu'ils cherchaient à montrer que la nature ne fait rien en vain (cad rien qui ne soit pour l'usage des hommes), ils semblaient montrer rien d'autre sinon que la nature et  les Dieux sont atteints du même délire que les hommes. » En effet, le type d'explication fourni par les hommes, grâce à l'utilité, est proprement délirant. On ne trouve la caricature chez Bernadin de Saint Pierre, qui, plus tard, dira que « le melon a été divisé en tranches par la nature afin d'être mangé en famille, la citrouille, étant plus grosse, peut être mangée avec les voisins. » Mais l'exposé de Spinoza rend aussi bien compte des préjugés qui font de Dieu ou des Dieux des Dieux nationaux, protégeant particulièrement tel ou tel peuple, que du début de la « Genèse » où Jahvé offre la terre à un homme qu'il a conçu à son image. Cependant, cette sorte de cercle vicieux de l'ignorance et du préjugé tourne à la superstition et à l'avilissement, du moment où les hommes ont à expliquer les phénomènes naturels catastrophiques (tempêtes, tremblement de terre, etc.), qui touchent aussi bien les hommes pieux que les impies, les justes que les injustes.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 5059 mots (soit 7 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet "Pourquoi le progrès scientifique n'a-t-il pas favorisé la disparition des religions ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • coline26553 (Hors-ligne), le 17/03/2009 é 17H18.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit