LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< A quelles conditions une activité est-elle un ... Le bonheur est-il affaire privée ? >>


Partager

Pourquoi sommes-nous sensibles à la beauté ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Pourquoi sommes-nous sensibles à la beauté ?



Publié le : 24/1/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Ce corrigé vous sera utile pour ces autres sujets voisins

Pourquoi sommes-nous sensibles à la beauté ?
Zoom

Analyse :

• La sensibilité est ce qui fait le lien entre la perception et l’aperception. Par les cinq sens externes, nous percevons le monde à travers ses sons, ses couleurs, ses odeurs etc… L’aperception nous renseigne sur l’état de notre conscience. Elle répond à ces questions : qu’est-ce que je ressens en ce moment ? Suis-je apaisé, triste ou en colère ? Quelles sont mes pensées, mes centres d’intérêts ? Or la perception extérieure et l’aperception intérieure sont interdépendantes. Les objets, les personnes, les situations m’émeuvent et sollicitent ma réflexion. Réciproquement, mes émotions et mes pensées influent sur le monde extérieur. C’est un tel mécanisme que l’on nomme la sensibilité.
• En tant qu’acte de liaison entre la perception et l’aperception, la sensibilité nous fait le don de l’état de notre conscience dans le monde. Or ce don se fait sur le mode de la différenciation. Nous sommes sensibles au rouge, au bleu, au droit, à l’anguleux etc…
• L’intitulé du sujet, en demandant les raisons de notre sensibilité à la beauté, présuppose que la beauté est singulière par rapport à tout ce qui nous est donné dans le monde. Ne semble-t-il pas incongru, d’un point de vue philosophique, de s’interroger sur notre sensibilité au rouge ou à l’anguleux ? Cette singularité de la beauté est justifiée par deux opinions courantes. La première souligne la difficile homogénéité du concept de beauté. Si tout le monde s’accorde sur la couleur d’un objet, il n’en est pas de même pour un jugement sur la beauté. Des goûts et des couleurs, on n’en discute pas. Tel concerto de Mozart me transporte tandis qu’il ennuie profondément mon meilleur ami. La seconde voit dans la beauté un signe de supériorité. La beauté a le privilège de capter toute notre attention et parfois d’emporter notre dévotion à tel point que nous sommes prêts à faire de grands sacrifices pour se l’approprier et d’exiger des autres qu’ils partagent notre enthousiasme.
• On voit que ces deux opinions créent une tension. D’un côté, elle est jugée relative à un individu ou une culture, de l’autre elle implique une exigence d’universalité. D’où une première interrogation pour amener la problématique.
La beauté est-elle la projection idéalisante d’un individu et d’une culture ou bien est-elle l’expression d’une perfection ?

Problématique :

• Ne sommes-nous pas sensible à la beauté parce qu’elle éveille une idée de perfection en accord avec la réalité de notre âme ? Mais cette sensibilité n’est-elle pas produite historiquement, rendant alors nos jugements esthétiques relatifs ? Néanmoins, par delà les cultures, n’existe-t-il pas un esprit commun à l’humanité qui fonde l’universelle sensibilité à la beauté ?Analyse :

• La sensibilité est ce qui fait le lien entre la perception et l’aperception. Par les cinq sens externes, nous percevons le monde à travers ses sons, ses couleurs, ses odeurs etc… L’aperception nous renseigne sur l’état de notre conscience. Elle répond à ces questions : qu’est-ce que je ressens en ce moment ? Suis-je apaisé, triste ou en colère ? Quelles sont mes pensées, mes centres d’intérêts ? Or la perception extérieure et l’aperception intérieure sont interdépendantes. Les objets, les personnes, les situations m’émeuvent et sollicitent ma réflexion. Réciproquement, mes émotions et mes pensées influent sur le monde extérieur. C’est un tel mécanisme que l’on nomme la sensibilité.
• En tant qu’acte de liaison entre la perception et l’aperception, la sensibilité nous fait le don de l’état de notre conscience dans le monde. Or ce don se fait sur le mode de la différenciation. Nous sommes sensibles au rouge, au bleu, au droit, à l’anguleux etc…
• L’intitulé du sujet, en demandant les raisons de notre sensibilité à la beauté, présuppose que la beauté est singulière par rapport à tout ce qui nous est donné dans le monde. Ne semble-t-il pas incongru, d’un point de vue philosophique, de s’interroger sur notre sensibilité au rouge ou à l’anguleux ? Cette singularité de la beauté est justifiée par deux opinions courantes. La première souligne la difficile homogénéité du concept de beauté. Si tout le monde s’accorde sur la couleur d’un objet, il n’en est pas de même pour un jugement sur la beauté. Des goûts et des couleurs, on n’en discute pas. Tel concerto de Mozart me transporte tandis qu’il ennuie profondément mon meilleur ami. La seconde voit dans la beauté un signe de supériorité. La beauté a le privilège de capter toute notre attention et parfois d’emporter notre dévotion à tel point que nous sommes prêts à faire de grands sacrifices pour se l’approprier et d’exiger des autres qu’ils partagent notre enthousiasme.
• On voit que ces deux opinions créent une tension. D’un côté, elle est jugée relative à un individu ou une culture, de l’autre elle implique une exigence d’universalité. D’où une première interrogation pour amener la problématique.
La beauté est-elle la projection idéalisante d’un individu et d’une culture ou bien est-elle l’expression d’une perfection ?

Problématique :

• Ne sommes-nous pas sensible à la beauté parce qu’elle éveille une idée de perfection en accord avec la réalité de notre âme ? Mais cette sensibilité n’est-elle pas produite historiquement, rendant alors nos jugements esthétiques relatifs ? Néanmoins, par delà les cultures, n’existe-t-il pas un esprit commun à l’humanité qui fonde l’universelle sensibilité à la beauté ,;llll



2- Les raisons qui nous rendent sensibles à la beauté sont des produits de l'histoire individuelle et collective.

* Si, contrairement à Platon, nous pensons que la sensibilité à la beauté s'épanouit au contact des oeuvres d'art, force est d'admettre des divergences quant aux raisons justifiant notre sensibilité. Pour Platon, une chose est d'autant plus belle qu'elle est davantage conforme aux caractéristiques de l'Idée du beau. La première et la plus essentielle est l'identité à soi. L'Idée est toujours égale à elle-même et s'impose en tout temps et en tout lieu. D'où, la critique, par exemple dans le Sophiste, de la statue du temple d'Athéna qui n'est pas ce qu'elle paraît.

* Le point de vue de Platon est celui du philosophe. La modernité s'est habituée à considérer celui de l'humanité. En comparant ces deux approches, on réalise que nous ne hiérarchisons plus la sensibilité en fonction de son degré de proximité avec une idée du beau, mais nous admettons une commune sensibilité émue par des objets et des oeuvres différents. L'homme moderne en conclut à la relativité du beau.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 7299 mots (soit 10 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet "Pourquoi sommes-nous sensibles à la beauté ?" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
Corrigé consulté par :
  • Thyzo976-251817 (Hors-ligne), le 08/01/2015 é 08H19.
  • ttakumi-194008 (Hors-ligne), le 05/01/2013 é 05H13.
  • snowcartel (Hors-ligne), le 16/07/2011 é 16H14.
  • lams (Hors-ligne), le 02/01/2011 é 02H19.
  • Toitoi28058 (Hors-ligne), le 20/11/2010 é 20H09.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Analyse :

    • La sensibilité est ce qui fait le lien entre la perception et l’aperception. Par les cinq sens externes, nous percevons le monde à travers ses sons, ses couleurs, ses odeurs etc… L’aperception nous renseigne sur l’état de notre conscience. Elle répond à ces questions : qu’est-ce que je ressens en ce moment ? Suis-je apaisé, triste ou en colère ? Quelles sont mes pensées, mes centres d’intérêts ? Or la perception extérieure et l’aperception intérieure sont interdépendantes. Les objets, les personnes, les situations m’émeuvent et sollicitent ma réflexion. Réciproquement, mes émotions et mes pensées influent sur le monde extérieur. C’est un tel mécanisme que l’on nomme la sensibilité.
    • En tant qu’acte de liaison entre la perception et l’aperception, la sensibilité nous fait le don de l’état de notre conscience dans le monde. Or ce don se fait sur le mode de la différenciation. Nous sommes sensibles au rouge, au bleu, au droit, à l’anguleux etc…
    • L’intitulé du sujet, en demandant les raisons de notre sensibilité à la beauté, présuppose que la beauté est singulière par rapport à tout ce qui nous est donné dans le monde. Ne semble-t-il pas incongru, d’un point de vue philosophique, de s’interroger sur notre sensibilité au rouge ou à l’anguleux ? Cette singularité de la beauté est justifiée par deux opinions courantes. La première souligne la difficile homogénéité du concept de beauté. Si tout le monde s’accorde sur la couleur d’un objet, il n’en est pas de même pour un jugement sur la beauté. Des goûts et des couleurs, on n’en discute pas. Tel concerto de Mozart me transporte tandis qu’il ennuie profondément mon meilleur ami. La seconde voit dans la beauté un signe de supériorité. La beauté a le privilège de capter toute notre attention et parfois d’emporter notre dévotion à tel point que nous sommes prêts à faire de grands sacrifices pour se l’approprier et d’exiger des autres qu’ils partagent notre enthousiasme.
    • On voit que ces deux opinions créent une tension. D’un côté, elle est jugée relative à un individu ou une culture, de l’autre elle implique une exigence d’universalité. D’où une première interrogation pour amener la problématique.
    La beauté est-elle la projection idéalisante d’un individu et d’une culture ou bien est-elle l’expression d’une perfection ?

    Problématique :

    • Ne sommes-nous pas sensible à la beauté parce qu’elle éveille une idée de perfection en accord avec la réalité de notre âme ? Mais cette sensibilité n’est-elle pas produite historiquement, rendant alors nos jugements esthétiques relatifs ? Néanmoins, par delà les cultures, n’existe-t-il pas un esprit commun à l’humanité qui fonde l’universelle sensibilité à la beauté ?

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit