Préface du Dernier jour d'un condamné de Victor Hugo

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< « En quoi l'ouvrage, La Préface de Cromwell, ... Préface D'Une Anthologie De Poèmes Engagés Su ... >>
Partager

Préface du Dernier jour d'un condamné de Victor Hugo

Echange

Aperçu du corrigé : Préface du Dernier jour d'un condamné de Victor Hugo



Document transmis par : Xxxxxxx39383


Publié le : 23/10/2010 -Format: Document en format HTML protégé

Préface du Dernier jour d'un condamné de Victor Hugo
Zoom

 

Victor Hugo, écrivain engagé, a défendu nombre de causes ou dénoncé nombre d'injustices de son temps. Les misérables (1862) offre l'exemple d'un roman utilisant la fiction à des fins dénonciatrices : c'est l'inégalité des couches sociales de la société du XIXe siècle qui y est stigmatisée. Par ailleurs, Victor Hugo reste célèbre pour sa prise de position avant-gardiste contre la peine de mort, développant dans des récits comme Claude Gueux (1834) ou Le Dernier jour d'un condamné (1829).

Cette dernière œuvre se présente comme le journal d'un condamné à mort qui est le réceptacle de ses pensées ultimes mais au-delà de ce détour par la fiction, Victor Hugo explicite sa prise de position dans la préface de ce roman, écrite en 1832. Il s'agit d'un plaidoyer direct en faveur de l'abolition de la peine de mort.

Comment la rigueur argumentative du discours associée à sa tonalité enflammée  contribuent-elles à créer les conditions d'une adhésion du destinataire?

Dans un premier temps nous verrons la stratégie argumentative et dans un second temps, un discours enflammé.

 

   La stratégie argumentative

1° Thème et argumentateur 

Thème = peine de mort. Argumentateur = Victor Hugo, impliqué explicitement dans son discours «nous» (17,18,25,26)  (l'implication explicite de l'argumentateur est une des constante de l'essai comme genre argumentatif). Au «nous» s'oppose le «Ceux» (21), «vous» (5,6,7) et le «on» (10) = Distanciation, dévalorisation. Destinataire explicite : partisans de la peine de mort & un autre : tout lecteur de cette préface. 

2° Visée du discours argumentatif 

But : Modifier l'opinion des partisans de la peine de mort et de démontrer à tout lecteur de la préface l'illégitimité de la peine de mort. La mise en place de cer...



Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Pour pouvoir consulter gratuitement ce document et

TOUCHER DES DROITS D'AUTEUR

Vous disposez de documents dont vous êtes l'auteur ?

monnaie-euro-00008Publiez-les et gagnez 1 euro à chaque consultation.
Le site devoir-de-philosophie.com vous offre le meilleur taux de reversement dans la monétisation de vos devoirs et autres rapports de stage.
Le site accepte tous les documents dans toutes les matières (philosophie, littérature, droit, histoire-géographie, psychologie, etc.).

N'hésitez pas à nous envoyer vos documents.

, nous vous prions tout simplement de faire don d'un document pour le site en cliquant sur le boutton ci-dessous :




Le corrigé du sujet "Préface du Dernier jour d'un condamné de Victor Hugo" a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

La chose fut on ne peut plus pathétique et pitoyable., HUGO, le Dernier Jour d'un condamné, Préface.

Ajouté par webmaster

En abordant la question de biais et sans franchise, vous l'avez compromise pour longtemps. Victor Hugo, le Dernier Jour d'un condamné

Ajouté par webmaster

Il faut convenir que les moeurs vont se dépravant de jour en jour (...), HUGO, le Dernier Jour d'un condamné.

Ajouté par webmaster

Il faut convenir que les moeurs vont se dépravant de jour en jour., HUGO, le Dernier Jour d'un condamné.

Ajouté par webmaster

(...) on faisait la grande soulasse sur le trimar -(Trad. de Hugo : On assassinait sur les grands chemins)., HUGO, le Dernier Jour d'un condamné, XXIII.

Ajouté par webmaster

Ayant mangé, ils -(les bagnards) jetèrent sur le pavé ce qui restait de leur soupe et de leur pain bis, et se remuèrent à danser et à chanter. Il paraît qu'on leur laisse cette liberté le jour du ferrage et la nuit qui le suit., HUGO, le Dernier Jour d'un condamné, p. 73.

Ajouté par webmaster

Mais, reprend-on, - il faut que la société se venge, que la société punisse. - Ni l'un, ni l'autre. Se venger est de l'individu, punir est de Dieu. La société est entre deux. Le châtiment est au-dessus d'elle, la vengeance au-dessous (...) Elle ne doit pas «punir pour se venger», elle doit -corriger pour améliorer., HUGO, le Dernier Jour d'un condamné, Préface.

Ajouté par webmaster

Vous entendez? du crime d'un infortuné, de son châtiment, de ses tortures, de son agonie, on fait une denrée, un papier qu'on vend un sou. Concevez-vous rien de plus hideux que ce sou vertdegrisé dans le sang? Qui est-ce donc qui le ramasse?, HUGO, le Dernier Jour d'un condamné, p. XII.

Ajouté par webmaster

à mesure qu'ils -(les forçats) arrivaient, on les poussait entre deux haies de gardes-chiourme, dans la petite cour grillée, où la visite des médecins les attendait. C'est là que tous tentaient un dernier effort pour éviter le voyage, alléguant quelque excuse de santé (...) Mais presque toujours on les trouvait bons pour le bagne (...), HUGO, le Dernier jour d'un condamné, 13.

Ajouté par webmaster

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



Ressource précédenteRessource suivante

Préface du Dernier jour d'un condamné de Victor Hugo

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo