LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Comment décider qu'un acte est juste ? L'histoire est-elle ce qui arrive à l'homme o ... >>


Partager

Prendre conscience de soi est-ce devenir étranger à soi ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Prendre conscience de soi est-ce devenir étranger à soi ?



Publié le : 16/1/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Prendre conscience de soi est-ce devenir étranger à soi ?
Zoom

Il fallait ici s'étonner devant le sujet : comment ose-t-on en effet supposer que prendre conscience de soi, c'est devenir étranger à soi, alors que justement, quand on prend conscience de soi, on parvient à tout connaître de soi ?
 La conscience n'a-t-elle pas accès à tout ce qui se passe en nous ? Et n'est-elle pas la seule à pouvoir connaître son objet avec certitude ? Cela pouvait faire l'objet de votre première partie (opinion commune, qui de plus coïncide avec la théorie cartésienne de la conscience !).



Pour le stoïcisme, l'esclave peut être beaucoup plus libre que le maître ; certes, il ne fait rien de ce qu'il veut, mais il connaît la plénitude de la liberté intérieure ; il est maître des choses par le jugement qu'il pose sur elles. Or ce n'est pas ainsi que Sartre pose le problème ; d'abord, il refuse à l'existence humaine tout fondement métaphysique (Dieu, les Idées, l'Inconditionné) ; il se place d'emblée au niveau de la conscience dans sa réalité subjective. Mais il considère que la conscience n'existe pas en soi : « Toute conscience est conscience de quelque chose « et « l'existence pour l'homme précède l'essence « ; le terme même d'existence révélant ce mouvement de sortie de soi (de l'intériorité).Il n'y a pas d'âme, pas d'essence qui tantôt imagine, tantôt veut, tantôt agit, tantôt perçoit : l'homme n'est pas son âme (sa pensée), il n'est que ce qu'il fait. Ce n'est pas dans le rapport de l'être et de la volonté que se situe la liberté humaine, puisque l'être peut se définir comme projet. Si l'on n'est que ce que l'on veut, ce que l'on projette d'être, comment ne pas faire ce que l'on veut? L'esclave, pour Sartre, est libre mais pas du tout au sens où l'entendent les Stoïciens, car il est absurde d'opposer la liberté intérieure et la liberté de l'action. L'esclave a dans l'action même, un choix à effectuer : il peut se lancer dans la révolte, il peut choisir de se donner la mort, tenter l'évasion. Il peut aussi choisir la servitude.Pourtant, l'objection paraît évidente ; l'esclave ne choisit pas sa condition d'esclave.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 5618 mots (soit 8 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet "Prendre conscience de soi est-ce devenir étranger à soi ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • zadoroznyj-191288 (Hors-ligne), le 17/12/2012 é 17H02.
  • M51-180936 (Hors-ligne), le 18/10/2012 é 18H11.
  • lilo122 (Hors-ligne), le 25/02/2012 é 25H12.
  • sylvianne71 (Hors-ligne), le 29/10/2011 é 29H13.
  • josue1995om (Hors-ligne), le 27/09/2011 é 27H17.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit