NoCopy.net

La psychologie est-elle une science ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La morale est-elle une science comme les autr ... Pourquoi les sciences humaines ne sont pas en ... >>
Partager

La psychologie est-elle une science ?

Psychologie

Aperçu du corrigé : La psychologie est-elle une science ?



document rémunéré

Document transmis par : ???


Publié le : 10/5/2012 -Format: Document en format FLASH protégé

La psychologie est-elle une science ?
Zoom

C. Quant à l'expérience proprement psychologique elle diffère essentiellement de l'expérience sur laquelle reposent les sciences proprement expérimentales : le physicien qui expérimente constate un fait qui lui reste étranger ; au contraire, celle qui se fonde sur 'l'introspection, en expérimentant, le psychologue éprouve un fait qui se passe dans une certaine mesure en lui-même.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : La psychologie est-elle une science ? Corrigé de 721 mots (soit 1 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "La psychologie est-elle une science ?" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Ainsi la psychologie est à la fois une science d'observation et une science de raisonnement ; du reste, presque toutes les sciences emploient concurremment les deux méthodes, car dans tout ordre d'idées l'esprit a besoin de tous les procédés pour arriver à la vérité.

Ajouté par PROF

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

LA PSYCHOLOGIE ET LA SCIENCE "Il est certain que le travail de la psychologie moderne n'a pas été vain : elle a produit nombre de règles empiriques qui ont même une grande valeur pratique." Husserl, La Krisis, 1935.

Ajouté par webmaster

.1 La psychologie sociale rejoint tous les problèmes généraux de notre science (psychologie différentielle, personnalité, etc.) [...] L'un de ces buts est l'étude des relations inter-individuelles et de la dynamique des groupes., J. PIAGET, Épistémologie des sciences de l'homme, p. 174.

Ajouté par webmaster

La psychologie est une étude molaire du comportement; elle envisage l'organisme comme un tout provisoirement inanalysable; la psychologie est une étude moléculaire du comportement., P. GUILLAUME, Introd. à la psychologie, -in FOULQUIÉ, Dict. de la langue philosophique.

Ajouté par webmaster

Ils n'aboutissent qu'à faire un échafaudage, extérieur, non un monument, de simili-science, de semble-science, de fausse science, de prétendue, de soi-disant science, de feinte science, d'imitation de science (...), Ch. PÉGUY, Victor-Marie, comte Hugo, p. 203.

Ajouté par webmaster

Abstraire la cause pour considérer exclusivement les effets de la sensibilité physique, les impressions simples et immédiates du plaisir ou de la douleur, etc., sans conscience du -moi, c'est dénaturer ou détruire toute la science de l'homme intérieur; c'est faire de la psychologie soit une science abstraite de définitions comme les mathématiques ou la logique, soit encore une science toute physique, fondée sur l'observation des faits d'une nature extérieure au -moi, étrangère à la pensée., MAINE DE BIRAN, Nouvelles considérations sur les rapports du physique et du moral de l'homme, I, I.

Ajouté par webmaster

(...) Claude Bernard avait déjà signalé à partir de la médecine que l'expérimentation n'a pas toujours besoin d'être provoquée. Elle peut être -invoquée, c'est-à-dire que l'expérimentaliste peut utiliser au bénéfice de la science les aventures humaines heureuses ou malheureuses, d'origines naturelle ou sociale., Paul FRAISSE, la Psychologie expérimentale, p. 7.

Ajouté par webmaster

La vérité est que la philosophie n'est pas une synthèse des sciences particulières, et que si elle se place souvent sur le terrain de la science, si elle embrasse parfois dans une vision plus simple les objets dont la science s'occupe, ce n'est pas (...) en portant les résultats de la science à un plus haut degré de généralité. Il n'y aurait pas place pour deux manières de connaître, philosophie et science, si l'expérience ne se présentait à nous sous deux aspects différents (...), H. BERGSON, la Pensée et le Mouvant, p. 136.

Ajouté par webmaster

« La philosophie n'est pas contraire à la science, elle se comporte elle-même comme une science, travaille en partie avec les mêmes méthodes, mais elle s'en éloigne dans la mesure où elle s'accroche à l'illusion de pouvoir livrer une image du monde cohérente et sans lacune. » Freud, Nouvelles Conférences sur la psychanalyse, 1933.

Ajouté par webmaster

.3 (...) la psychologie sociale penche vers l'ethnologie et, par-delà, vers l'histoire. Deux domaines manifestent cette attirance réciproque de l'histoire des mentalités et de la psychologie sociale : le développement des études sur la criminalité, les marginaux, les déviants dans les époques passées et l'essor parallèle des sondages d'opinion et des analyses historiques de comportements électoraux. Dans cette voie un des intérêts de l'histoire des mentalités se révèle : les possibilités qu'elle offre à la psychologie historique de se relier à un autre grand courant de la recherche historique aujourd'hui : l'histoire quantitative. Science en apparence du mouvant et du nuancé, l'histoire des mentalités peut au contraire, avec certaines adaptations, utiliser les méthodes quantitatives mises au point par les psychologues sociaux., Jacques LE GOFF, les Mentalités : une histoire ambiguë, -in Faire de l'histoire, t. III, p. 78-79.

Ajouté par webmaster

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



La psychologie est-elle une science ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo