Quel rôle a l'hypothèse dans la recherche de la vérité ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Quel rapport y a-t-il entre la liberté et la ... Quel rôle joue la contradiction dans les sci ... >>
Partager

Quel rôle a l'hypothèse dans la recherche de la vérité ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Quel rôle a l'hypothèse dans la recherche de la vérité ?



Publié le : 27/2/2005 -Format: Document en format FLASH protégé

	Quel rôle a l'hypothèse dans la recherche de la vérité 	?
Zoom
  • hypothèse : Proposition posée pour opérer un ensemble de déductions.
  • dans quelle mesure : Jusqu'à quel degré, jusqu'à quel point.
  • recherche : Quête, conquête.
  • vérité : La vérité concerne l'ordre du discours, et il faut en cela la distinguer de la réalité. Elle se définit traditionnellement comme l'adéquation entre le réel et le discours. Qualité d'une proposition en accord avec son objet. La vérité formelle, en logique, en mathématiques c'est l'accord de l'esprit avec ses propres conventions. La vérité expérimentale c'est la non-contradiction de mes jugements, l'accord et l'identification de mes énoncés à propos d'un donné matériel. On distinguera soigneusement la réalité qui concerne un objet (ce cahier, cette lampe sont réels) et la vérité qui est une valeur qui concerne un jugement. Ainsi le jugement : « ce cahier est vert » est un jugement vrai ou bien un jugement faux. La vérité ou la fausseté qualifient donc non l'objet lui-même mais la valeur de mon assertion. La philosophie, parce qu'elle recherche la vérité, pose le problème de ses conditions d'accès et des critères du jugement vrai.

Nous assignons traditionnellement deux méthodes possibles dans la recherche de la vérité : la méthode inductive et la méthode déductive. La première s'établit à partir de l'affirmation d'une nécessaire loi générale que l'on dégagera de l'observation concomitante de cas particuliers. On tire alors la vérité générale d'un phénomène par inférence conjecturale procédant du particulier au particulier. La régularité des faits observés permettra, selon cette théorie, d'établir une loi généralisée, valable pour tous les cas particuliers.

La seconde méthode contredit les principes de la première. En effet, la déduction s'établit sur la base de règles logiques. Celles-ci reposent elles-mêmes sur des propositions admises comme prémisses : elles ont le statut d'hypothèses que la déduction viendra valider ou invalider selon les liaisons formelles qu'entretiennent ces propositions entre elles.

La contradiction entre ces deux méthodes dépend du rôle accordé aux hypothèses dans le cadre d'une recherche de la vérité. La méthode inductive refuse un fondement hypothétique de la vérité, affirmant au contraire sa nature nécessaire. A contrario, la méthode déductive dépend intégralement de l'hypothèse qui, seule, donne le point de départ à cette méthode recherchant la vérité.

La question que se posent alors légitimement la philosophie de la connaissance et l'épistémologie (étude de la science dans son discours, dans ses méthodes et dans ses outils) est de savoir quel rôle on doit accorder aux hypothèses dans le cadre d'une recherche de la vérité ?

  • Parler d'un recherche de vérité, n'est-ce pas reconnaître son caractère hypothétique primordial ?

  • N'est-ce pas, contradictoirement, reconnaître simultanément le caractère éminemment relatif et subjectif du fondement de toute recherche de vérité ?



Nous n'argumentons jamais des faits aux théories, si ce n'est par le truchement de la réfutation ou de la falsification. » (Cf. La Quête inachevée, chapitre XXXII). Popper affirme donc la prééminence exclusive du rôle de l'hypothèse, invention rationnelle seule capable d'émettre une proposition vérifiable empiriquement. L'idée d'une vérité immédiate, visible empiriquement et propre à catégoriser directement chaque cas particulier en son sein (Kant dit « subsumer ») est donc, selon lui, illusoire. Seule préside à toute recherche de vérité le caractère rationnel et inventif de l'humain formulant une hypothèse de départ. Hume formulera, sans doute, la plus tranchante des critiques à l'égard de la méthode inductive. Celle-ci n'est fondée que subjectivement et psychologiquement et ne permet de déboucher, de fait, que sur des illusions de vérité. Hume ne voit là, en effet, qu'un pur phénomène d'habitude. Ce n'est pas parce que le soleil se lève et se couche chaque jour qu'il faut simultanément conclure qu'il s'agit d'une vérité immuable, éternelle.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Quel rôle a l'hypothèse dans la recherche de la vérité 	? Corrigé de 3393 mots (soit 5 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Quel rôle a l'hypothèse dans la recherche de la vérité ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • blaise (Hors-ligne), le 10/01/2011 à 10H13.
  • Prevmeli (Hors-ligne), le 09/01/2011 à 09H21.
  • ouioui2 (Hors-ligne), le 09/01/2011 à 09H10.
  • Montaigne93 (Hors-ligne), le 31/12/2010 à 31H16.
  • Boise59754 (Hors-ligne), le 21/04/2010 à 21H14.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    » A l'époque de Popper, on affirmait généralement que ce qui distinguait la science des autres disciplines, c'était le caractère empirique de sa méthode. Autrement dit, en multipliant les observations et les expériences, le savant en tirait, en vertu du fameux principe d'induction, des lois qu'il considérait comme nécessaires et universellement valides. Partant de là, les néopositivistes soutenaient que tout ce qui n'est pas vérifiable est « métaphysique » et doit être éliminé de la science. Or, comme le souligne Popper, l'induction, qui consiste à inférer une règle universelle à partir d'une multitude de cas particuliers et donc des théories à partir d'énoncés singuliers vérifiés par l'expérience, est une démarche logiquement inadmissible : « Peu importe le grand nombre de cygnes blancs que nous puissions avoir observé, il ne justifie pas la conclusion que tous les cygnes sont blancs.

    Ajouté par PROF

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Heidegger se demande quelle est l'essence des temps modernes (...) La science en est un caractère essentiel. Quelle est alors l'essence de la science moderne? La recherche. Quelle est l'essence de la recherche? Et enfin Heidegger en arrive à la formulation définitive de la question initiale : -Quelle acception de l'étant et quel concept de la vérité font que la science puisse devenir recherche? (-Chemins, Gallimard, p. 78)., A. AMAR, le Praticien et le Philosophe, -in la Nef, n° 31, p. 8 (1967).

    Ajouté par webmaster

    l'inspiration est l'hypothèse qui réduit l'auteur au rôle d'un observateur. Choses tues (1930) Valéry, Paul

    Ajouté par webmaster

    Quel jugement porter sur les croisades et quel aura été leur rôle mondial? On a tendance à ne voir en elles qu'un magnifique mouvement d'idéalisme ne répondant à aucune nécessité historique. C'est qu'on néglige de les replacer dans l'histoire de la question d'Orient (...), R. GROUSSET, Bilan de l'histoire, IV, p. 234.

    Ajouté par webmaster

    (...) de quel droit un pouvoir, quel qu'il fût, oserait-il déterminer où est la vérité, où se trouve l'erreur (...), CONDORCET, -in JAURèS, Hist. socialiste..., t. III, p. 436.

    Ajouté par webmaster

    (...) si un quart de seconde l'hypothèse de la loi de la pesanteur était controuvée, quel magnifique décombre!, GIRAUDOUX, Juliette au pays des hommes, p. 172.

    Ajouté par webmaster

    RUSSELL: «La science nous incite donc à abandonner la recherche de la vérité absolue, et à y substituer ce qu'on peut appeler la vérité "technique".»

    Ajouté par webmaster

    Dans une étude intitulée l'-Époque des conceptions du monde, Heidegger se demande quelle est l'essence des temps modernes... -(Il) en arrive à la formulation définitive de la question initiale : -Quelle acception de l'étant et quel concept de la vérité font que la science puisse devenir recherche (...) Heidegger procède ainsi par zones d'essentialité jusqu'à pénétrer au coeur du problème., A. AMAR, le Praticien et le Philosophe, -in la Nef, n° 31, p. 8.

    Ajouté par webmaster

    Rien ne nous plaît que le combat, mais non pas la victoire (...) Ainsi dans le jeu, ainsi dans la recherche de la vérité (...) De même, dans les passions (...) Nous ne cherchons jamais les choses, mais la recherche des choses., PASCAL, Pensées, II, 135.

    Ajouté par webmaster

    .1 Pour réussir dans ce projet, le romantisme a dû patiemment se constituer une méthode, comme le classicisme en avait dans sa recherche de la vérité. Or, pour parler vite et ne point s'attarder à ces précisions liminaires, on peut nous accorder encore, sans excessif danger, que la vérité méthodique du romantisme est la technique d'-analyse symbolique., Michel SERRES, Hermès, I, la Communication, p. 22.

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    Quel rôle a l'hypothèse dans la recherche de la vérité ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo