LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Est-on d'autant plus libre qu'on a plus de ra ... Une connaissance métaphysique est-elle possib ... >>


Partager

Quel rôle joue mon corps dans l'expression de ma liberté ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Quel rôle joue mon corps dans l'expression de ma liberté ?



Publié le : 3/1/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Ce corrigé vous sera utile pour ces autres sujets voisins

Quel rôle joue mon corps dans l'expression de ma liberté ?
Zoom
  • Corps : vient du latin corpus dont le sens est lui-même lié à celui du mot grec sôma. Si le mot « corps « peut désigner ce qui réunit en un tout doué d’une unité propre des éléments distincts, il s’agit ici du corps « chair «, qui s’oppose à la substance immatérielle qu’est l’esprit. Le corps est donc la partie matérielle de l’être humain par opposition à l’âme. Ainsi, Descartes le définit en tant que « substance étendue « qui est à distinguer de la « substance pensante « qu’est l’âme (dualisme). La phénoménologie parle du « corps propre «, c’est-à-dire du corps vécu par le sujet comme l’ensemble des rapports que celui-ci entretient avec lui.
     
  • Liberté : Avant tout, la liberté désigne l’absence de toute contrainte étrangère et extérieure. A l’origine : libre condition de l’homme qui n’est pas esclave, qui dispose de sa personne et participe à la vie de la cité. La liberté est un statut, une condition sociale et politique, puis elle devient une caractéristique individuelle et morale. Est libre un homme indépendant et autonome qui n’est pas déterminé ou contraint et qui est lui-même la cause de ses actes.
     
  • Quel rôle : on s’interroge sur la place du corps par rapport à la question de la liberté. Est-il une entrave ou bien une aide précieuse et incontournable ?
     
  • Expression : action d’exprimer, de dire, de manifester quelque chose. « L’expression de ma liberté « c’est la façon dont ma liberté se réalise et se montre, se donne à voir.


L'homme est-il libre ou au contraire en est-il réduit à se croire libre sans avoir conscience que chacun de ses actes et chacune de ses décisions sont déterminés par autre chose que par sa propre volonté ? Le corps est en soi naturel et donc soumis aux lois et aux nécessités de la nature. Du fait des besoins qu'il impose et auxquels il faut répondre pour assurer sa survie, il est le symbole de la nécessité naturelle et du déterminisme. De ce fait, est-il une entrave à l'expression de la liberté ou au contraire, peut-il finalement être un médiateur entre l'homme et sa propre liberté ? L'homme est-il capable de surmonter cette nécessité naturelle qui l'habite et le contraint, afin de conquérir sa liberté à travers la maîtrise de sa dimension corporelle ? Autrement dit, le corps peut-il en définitive exprimer la liberté humaine ? Comment peut-il y parvenir ? Proposition de plan : 1- Le corps : un obstacle à l'expression de ma liberté : En effet, en grec, il existe un jeu de mot entre sôma «  corps » et sema «  prison », « sépulture ». Ainsi, c'est la thèse défendue par Platon dans le Phédon : « le corps est la prison de l'âme », il est considéré comme un obstacle, une entrave pour l'âme et la mort est perçue comme une délivrance. En effet, le corps est soumis aux lois de la nature, il a des besoins auxquels il faut répondre si l'on veut conserver la vie.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 2644 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Quel rôle joue mon corps dans l'expression de ma liberté ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • bhardhamu-266225 (Hors-ligne), le 14/11/2015 é 14H19.
  • igloo-256559 (Hors-ligne), le 14/03/2015 é 14H20.
  • douyane-236133 (Hors-ligne), le 27/10/2014 é 27H05.
  • ka35-188813 (Hors-ligne), le 08/04/2013 é 08H03.
  • vavalele-202935 (Hors-ligne), le 01/04/2013 é 01H20.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Ce sujet soulève le problème du déterminisme. En effet, face au déterminisme naturel, la liberté peut elle exister ? Où peut-elle se situer ? L’homme est-il libre ou au contraire en est-il réduit à se croire libre sans avoir conscience que chacun de ses actes et chacune de ses décisions sont déterminés par autre chose que par sa propre volonté ? Le corps est en soi naturel et donc soumis aux lois et aux nécessités de la nature. Du fait des besoins qu’il impose et auxquels il faut répondre pour assurer sa survie, il est le symbole de la nécessité naturelle et du déterminisme. De ce fait, est-il une entrave à l’expression de la liberté ou au contraire, peut-il finalement être un médiateur entre l’homme et sa propre liberté ? L’homme est-il capable de surmonter cette nécessité naturelle qui l’habite et le contraint, afin de conquérir sa liberté à travers la maîtrise de sa dimension corporelle ? Autrement dit, le corps peut-il en définitive exprimer la liberté humaine ? Comment peut-il y parvenir ?

    Textes / Ouvrages de référence

    NIETZSCHE: C'est aux contempteurs du corps que je veux dire leur fait. Ils ne doivent pas changer de doctrine et d'enseignement, mais seulement dire adieu à leur propre corps - et ainsi devenir muets. « Je suis corps et âme » - ainsi parle l'enfant. Et pourquoi ne parlerait-on pas comme les enfants ?
    Mais celui qui est éveillé et conscient dit : Je suis corps tout entier et rien autre chose ; l'âme n'est qu'un mot pour une parcelle du corps. Le corps est une grande raison, une multiplicité avec un seul sens, une guerre et une paix, un troupeau et un berger.
    Instrument de ton corps, telle est aussi ta petite raison que tu appelles « esprit », mon frère, petit instrument et petit jouet de ta grande raison.
    Tu dis « moi » et tu es fier de ce mot. Mais ce qui est plus grand, c'est - ce à quoi tu ne veux pas croire - ton corps et sa grande raison : il ne dit pas moi, mais il est moi.
    Ce que les sens éprouvent, ce que reconnaît l'esprit, n'a jamais de fin en soi. Mais les sens et l'esprit voudraient te convaincre qu'ils sont la fin de toute chose : tellement ils sont vains. Les sens et l'esprit ne sont qu'instruments et jouets : derrière eux se trouve encore le soi. Le soi, lui aussi, cherche avec les yeux des sens et il écoute avec les oreilles de l'esprit.
    Toujours le soi écoute et cherche : il compare, soumet, conquiert et détruit. Il règne, et domine aussi le moi.
    Derrière tes sentiments et tes pensées, mon frère, se tient un maître plus puissant, un sage inconnu - il s'appelle soi. Il habite ton corps, il est ton corps.
    Il y a plus de raison dans ton corps que dans ta meilleure sagesse. Et qui donc sait pour quoi ton corps a précisément besoin de ta meilleure sagesse ?

    Citations

    « L'âme ne raisonne jamais mieux que quand [...] elle s'isole le plus complètement en elle-même, en envoyant promener le corps et qu'elle rompt, autant qu'elle peut, tout commerce et tout contact avec lui pour essayer de saisir le réel. » Platon, Phédon, ive s. av. J.-C.
     
     
    « Ce moi, c'est-à-dire l'âme, par laquelle je suis ce que je suis, est entièrement distincte du corps, et même qu'elle est plus aisée à connaître que lui, et qu'encore qu'il ne fût point, elle ne laisserait pas d'être tout ce qu'elle est. » Descartes, Discours de la méthode, 1637.
     Par « distincte », il ne faut pas comprendre « disjointe », mais plutôt « d'une nature radicalement différente ».
     
     
    « Pour nous en tenir à l'être vivant, rappelons d'abord qu'il est composé d'une âme et d'un corps, et que de ces deux facteurs le premier est par nature celui qui commande, et l'autre celui qui est commandé. » Aristote, La Politique, ive s. av. J.-C.
     
     
    « Les amis de la science savent que, quand la philosophie a pris la direction de leur âme, celle-ci était véritablement enchaînée et soudée à leur corps et forcée de considérer les réalités au travers des corps comme au travers des barreaux d'un cachot. » Platon, Phédon, Ive s. av. J.-C.
     
     
    « La nature m'enseigne [...] par ces sentiments de douleur, de faim, de soif, etc., que je ne suis pas seulement logé dans mon corps, ainsi qu'un pilote en son navire, mais, outre cela, que je lui suis conjoint très étroitement et tellement confondu et mêlé, que je compose comme un seul tout avec lui. » Descartes, Méditations métaphysiques, 1641.
     
     
    « Notre corps est [...] l'enveloppe de l'âme, qui, de son côté, en est la gardienne et la protectrice. » Lucrèce, De la Nature.

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit