NoCopy.net

Qui fait les lois ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La religion transforme-t-elle notre conscie ... La croyance religieuse est-elle une croyance ... >>
Partager

Qui fait les lois ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Qui fait les lois ?



Publié le : 27/2/2008 -Format: Document en format FLASH protégé

	Qui fait les lois	?
Zoom
  • fait : Ce qui est ou ce qui arrive, et qui se donne ou même s'impose à nous dans l'expérience. On distingue souvent le fait brut, qui s'offre immédiatement à l'observation dans l'expérience ordinaire, et le fait construit (fait scientifique), qui résulte d'une élaboration théorique et expérimentale (Bachelard appelle «phénoménotechnique» cette construction du fait). Cependant, même le fait brut est imprégné de théorie, même s'il peut s'agir d'une théorie pré-scientifique, c'est-à-dire de préjugés. Le fait (ce qui est) se distingue par principe du droit (ce qui doit être). De même, une question de fait porte sur le pourquoi ou le comment, alors qu'une question de droit porte sur la valeur et la légitimité. On oppose l'état de fait à l'état de droit, c'est-à-dire conforme au droit (légal ou légitime).
  • loi : 1. (Juridique) Prescription promulguée par l'autorité souveraine d'un pays et dont la transgression est poursuivie ; synonyme de loi positive ; par analogie, lois divines : décrets supposés émaner de la volonté divine et gouvernant tant la nature que les actions humaines. 2. Par ext., règle suivie avec une certaine régularité dans une société, et dont la transgression est considérée comme une faute, même si elle n'est pas obligatoirement suivie de sanctions : les lois de l'honneur, les lois morales. 3. Norme à laquelle on ne peut se soustraire : « L'impératif catégorique seul a valeur de loi pratique » (KANT) ; les lois de la pensée. 4. Loi de la nature, loi scientifique : a) Proposition générale constatant une nécessité objective : tout phénomène a une cause. b) Fonction math. permettant, à partir de données initiales, de calculer la valeur de certaines variables, et pouvant servir à la prévision : « La loi nous donne le rapport numérique de l'effet à la cause » (Cl. BERNARD) ; les positivistes opposent l'explication par les causes à celle par les lois dans lesquelles ils voient « des relations constantes qui existent entre des phénomènes observés » (A. COMTE). 5. Loi naturelle : a) Prescription du droit naturel. b) Loi de la nature.

Même si nous pensons directement aux lois juridiques quand nous évoquons le terme  « loi », il faut pourtant reconnaître que ce dernier recouvre différents domaines d’application qui excède celui de la simple justice. Il faut aussi prendre en compte les lois sur lesquelles travaillent les scientifiques. En effet, la science dans son essence, cherche des constantes dans l’univers qui permettent de rendre compte des changements perceptibles. Ces lois seraient présentes dans la nature. Nous pouvons penser aussi à la loi morale qui ne se réduit pas à la loi juridique. Tous trois ont un point commun qui est leur caractère d'obligation, de nécessité. En effet, le loi juridique émane d'autorité et prescrit des règles d'actions en vue de la vie en commun qu'il faut respecter sous peine de sanction, la loi morale selon Kant exige( impératif "agis de telle sorte") et les lois scientifiques sont de l'ordre de la nécessité( une pomme soumise à la loi de gravitation tombe toujours). Ces trois domaines d’application semblent être totalement différents et ne pas pouvoir trouver de réponses communes. Il s’agit ici de comprendre qui est à l’origine de ces lois dans leur acceptation générale. Le terme interrogatif « qui » sous-entend une entité intelligente et supérieure mais il pose surtout la question de l’origine des lois. Mais si les trois domaines d’application semblent différentes, essayons de réfléchir à leur point commun. Il semble logique dans le cas des lois scientifiques que celles-ci soient issues de la nature, nous pouvons nous demander alors si les autres lois ne sont pas elles aussi tirées de la nature. Ne nous comportons-nous pas moralement parce que cela est inscrit dans notre nature humaine ? Ainsi, l’animal ne connaît pas le bien et le mal et est déterminé par son instinct. Mais par sa conscience, l’homme n’est-il pas naturellement moral ? De même, les lois juridiques ne sont-elles pas issues de l’observation de la nature, de ce qui est bon dans la nature même ? Il n’y aurait alors personne à l’origine des lois. Cependant, ne peut-on pas dire que les lois scientifiques comme celle juridiques supposent l’activité des hommes, leur réflexion et leur choix ? Mais qui détermine les lois ? Est-ce simplement une poignée de personnes ou ne faut-il pas que chacun ait son mot à dire ? Si la loi soumet, qui a l’autorité pour nous faire obéir ?

Nous essayerons dans une première partie d’étudier les liens entre la nature et les lois, pour réfléchir ensuite à l’activité consciente nécessaire à leur établissement, pour enfin interroger qu’est-ce qui pourrait justifier l’autorité des lois ?



Qui fait les lois ?


I Les lois sont issues de la nature

II Les lois sont issues de l’activité humaine

III Les lois doivent être l’œuvre de tous, de la volonté générale



Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Qui fait les lois	? Corrigé de 6802 mots (soit 10 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " Qui fait les lois ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • Ludivine40523 (Hors-ligne), le 03/02/2011 à 03H21.
  • Coralie13221 (Hors-ligne), le 20/03/2009 à 20H18.
  • julien23060 (Hors-ligne), le 17/02/2009 à 17H16.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    La liberté s'incarne donc par ex cellence dans l 'autonomi e de l a volonté qui s'obl ige à fa i re le b i en. s. i n Œuvres complèt es, Gal limard, 1964, vol. Ill, Huitième leme, p. 841. 173 Il n e s 'agit pas seulement de liberté individuelle. S i les lois sont l'expression de la volonté collective, le peuple. e n obéissant aux lois. n'obéit en fait qu'à lui-même.

    Ajouté par PROF

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    (...) on a fait dans le siècle passé des lois capitales contre les duels (...), MONTESQUIEU, l'Esprit des lois, XXVIII, 24.

    Ajouté par webmaster

    Il faut éviter les lois pénales en fait de religion. Elles impriment de la crainte, il est vrai; mais comme la religion a ses lois pénales aussi qui inspirent de la crainte, l'une est effacée par l'autre. Entre ces deux craintes différentes, les âmes deviennent atroces., MONTESQUIEU, Esprit des lois, XXV, 12.

    Ajouté par webmaster

    Il n'y a [...] point e liberté sans lois, ni où quelqu'un est au-dessus des lois [ ..]. Un peuple libre obéit, mais il ne sert pas ; il a des chefs e non pas des maîtres ; il obéit aux lois, mais il n'obéit qu'aux lois et c'est par la force des lois qu'il n'obéit pas aux hommes. » Rousseau, Lettres écrites de la Montagne, 1764.

    Ajouté par webmaster

    Dans l'état de nature, les hommes naissent bien dans l'égalité; mais ils n'y sauraient rester. La société la leur fait perdre, et ils ne redeviennent égaux que par les lois., MONTESQUIEU, l'Esprit des lois, VIII, 3.

    Ajouté par webmaster

    Les lois inutiles affaiblissent les lois nécessaires. De l'esprit des lois (1748) Montesquieu, Charles de Secondat, baron de

    Ajouté par webmaster

    Les Gestaltistes ont alors dégagé les lois de ces totalités, telles que les lois de ségrégation entre les figures et les fonds, les lois de frontières, les lois de «bonnes formes» ou de «prégnance» (les bonnes formes sont prégnantes parce que simples, régulières, symétriques, etc.) [...], J. PIAGET, Épistémologie des sciences de l'homme, p. 164.

    Ajouté par webmaster

    Il y a deux genres de corruptions : l'un, lorsque le peuple n'observe point les lois; l'autre, lorsqu'il est corrompu par les lois., MONTESQUIEU, l'Esprit des lois, VI, 12.

    Ajouté par webmaster

    C'est une chose très délicate de bien poser le point auquel les lois de la nature s'arrêtent, et où les lois civiles commencent., MONTESQUIEU, l'Esprit des lois, XXVI, 14.

    Ajouté par webmaster

    Avouons avec MËmËe du Deffand que souvent l'-Esprit des Lois est de l'esprit sur les lois., VOLTAIRE, Commentaires sur l'Esprit des lois, XIX.

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    Qui fait les lois ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo