NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< L'expérience familière est-elle le commenceme ... La science peut-elle se passer de métaphysiqu ... >>


Partager

Qu'est-ce qui fait obstacle au progrès des sciences ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Qu'est-ce qui fait obstacle au progrès des sciences ?



Publié le : 18/1/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Qu'est-ce qui fait obstacle au progrès des sciences ?
Zoom

Faire obstacle, c’est empêcher un processus de se développer, c’est lui retirer les conditions qui lui permettraient d’avancer, que ce soit consciemment ou non. Les obstacles peuvent être internes au processus lui-même.
Le processus dont le développement est ici en question, c’est celui de la science, c’est-à-dire, en un sens très général, de la constitution systématique d’un savoir rationnel sur le monde. La notion de progrès renvoie justement à ce développement de la science, à cette conception de la science comme processus en mouvement. Le mot science est ici employé au pluriel : il renvoie aux divers domaines de la science, comme les mathématiques, la physique, la biologie, aussi bien qu’à la science en général, en tant que mode rationnel de construction de la connaissance.
La question est alors de définir les éléments qui peuvent entraver la marche de la science, que ces éléments proviennent de la science elle-même ou qu’ils lui soient extérieurs.

L’histoire des sciences montre que le progrès des sciences est parfois difficile, parfois lent. A quoi faut-il imputer cette difficulté ? Deux possibilités : ou bien les obstacles sont internes aux sciences, ou bien ils leur sont externes.
Quels sont les obstacles internes ? Les sciences dans leurs progrès demandent des techniques de plus en plus poussées, et il peut arriver que les avancées théoriques soient plus rapides que les avancées techniques – les obstacles à la science peuvent alors être simplement matériels. Mais les sciences sont aussi un ensemble de discours régis par certaines normes – Michel Foucault dans l’Ordre du discours montre ainsi comment on ne peut pas avancer n’importe quelle vérité à n’importe quel moment, que les époques ont leurs contextes mentaux qui ne leur permettent pas forcément d’accepter une chose qui est pourtant scientifiquement vraie. Les sciences peuvent alors être freinées par des normes qui leur sont internes même si elles ne sont pas liées proprement aux contenus scientifiques.
Cette importance des contextes et des mentalités peut se retrouver dans le domaine des obstacles extérieurs aux sciences : ainsi, des instances qui ne travaillent pas sur les sciences peuvent influer sur les développements scientifiques en les jugeant de telle ou telle manière : l’Eglise a pendant longtemps surveillé et censuré des résultats scientifiques pourtant exacts parce qu’il n’étaient pas en accord avec les Ecritures. On pourra s’interroger de la même manière sur le rôle des instances qui travaillent avec les scientifiques mais qui ne sont pas proprement scientifiques pour établir des règles éthiques de la science.
Ces quelques pistes doivent permettre de mener une réflexion tant sur la simple existence que sur les conséquences, le rôle et l’utilité des obstacles aux sciences.



Nous appelons les esprits à la convergence en annonçant la nouvelle scientifique, en transmettant du même coup une pensée et une expérience, liant la pensée à l'expérience dans une vérification: le monde scientifique est donc notre vérification. Au-dessus du sujet, au delà de l'objet immédiat la science moderne se fonde sur le projet. Dans la pensée scientifique la méditation de l'objet par le sujet prend toujours la forme du projet.[...] Déjà l'observation a besoin d'un corps de précautions qui conduisent à réfléchir avant de regarder, qui réforment du moins la première vision de sorte que ce n'est jamais la première observation qui est la bonne. L'observation scientifique est toujours une observation polémique; elle confirme ou infirme une thèse antérieure.Naturellement dès qu'on passe de l'observation à ExPERIMENTATION : Montage technique visant à la production artificielle de phénomènes dans des conditions déterminées, en vue de contrôler la validité d'une hypothèse. l'expérimentation, le caractère polémique de la connaissance devient plus net encore. Alors il faut que le phénomène soit trié, filtré, épuré, coulé dans le moule des instruments... Or les instruments ne sont que des théories matérialisées. Il en sort des phénomènes qui portent de toute part la marque théorique.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1641 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Qu'est-ce qui fait obstacle au progrès des sciences ?" a obtenu la note de :

5.1 / 10

Corrigé consulté par :
  • maelespagnol-247393 (Hors-ligne), le 06/05/2015 é 06H21.
  • elisou-248485 (Hors-ligne), le 25/11/2014 é 25H19.
  • lauraDum-247903 (Hors-ligne), le 18/11/2014 é 18H21.
  • lollo-204226 (Hors-ligne), le 10/04/2013 é 10H00.
  • corbic.hag@orange.fr (Hors-ligne), le 08/04/2013 é 08H20.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit