NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Peut-on se connaître soi-même ? Conserver le passé, est-ce le seul but de l'h ... >>


Partager

Ce qui est subjectif est-il nécessairement faux ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Ce qui est subjectif est-il nécessairement faux ?



Publié le : 23/3/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Ce qui est subjectif est-il nécessairement faux ?
Zoom

 

  • Analyse du sujet

 

 

-          La vérité semble se définir de prime abord comme la correspondance entre l’idée que l’on a sur une chose et la réalité de cette chose, c’est-à-dire plus précisément comme la conformité du discours à un objet réel. Dès lors la vérité prend appui sur la réalité même et cette réalité, devant faire l’objet d’un discours adéquat, doit avoir elle-même intrinsèquement un critère de vérité. Or, si la réalité doit avoir un tel critère, il semble que la vérité soit alors changeante, au sens où s’appuyant sur un monde sensible en devenir, elle doit nécessairement être elle aussi en devenir. Dès lors, il semble que la vérité soit changeante, au même titre que le monde sensible, dans la mesure où elle prend appui sur lui. Mais se pose alors le problème de la stabilité de cette vérité et de la connaissance qu’elle entraîne.

-          Mais la vérité est aussi celle d’un sujet qui la possède et qui l’énonce. Dès lors, elle semble être subjective et c’est cela que le sujet interroge. En effet, si la vérité est subjective, il semble bien alors que chacun possède sa propre vérité, indépendamment des autres. Chacun aurait une vérité et cela reviendrait alors à dire que la vérité est toute subjective, dépendant des sujets dans lesquels elle s’incarne.

-          Mais dire cela, n’est-ce pas ôter toute valeur à la vérité ? En effet, une vérité toute relative est-elle encore une vérité ? Le propre de la vérité n’est-il pas son objectivité, sa capacité à être reconnue comme telle universellement ? Dès lors, une vérité subjective reviendrait à abolir la vérité comme universelle et objective. La vérité serait alors bien plutôt ce qui est hors du sujet et ce qui s’impose à lui de l’extérieur comme étant ce à quoi il doit nécessairement se soumettre. La vérité est objective et doit alors trouver un critère qui soit autre que celui de la subjectivité et de la relativité à un sujet.

-          Mais si la vérité est extérieure au sujet, comment celui-ci peut-il la reconnaître ? Comment adopter et comprendre  une chose à laquelle on ne participe pas et à laquelle on doit se soumettre néanmoins ? Le mot vérité a-t-il plus de sens pour nous si nous n’en sommes pas les producteurs ? En effet, si la vérité doit être objective, il n’en reste pas moins que toute vérité n’est reconnue comme telle et dite telle que par un sujet : il n’y a pas de vérité sans sujet pour la reconnaître. Se dessine alors une aporie selon laquelle le mot vérité semble dénué de sens à la fois lorsqu’il est tout subjectif et lorsqu’il est si objectif qu’il nous est extérieur.

-          Le problème est alors le suivant : la vérité peut elle reposer sur un fondement universel, stable, tout objectif, extérieur au sujet et menaçant celui-ci de ne pas le reconnaître ou doit elle trouver un critère intérieur au sujet afin que celui-ci s’y reconnaisse ?

 

 

  • Problématique

 

 

            Le subjectif appartient-il au champ d’application de la raison qui marque tout par le sceau du vrai ou du faux ? Ce qui est précisément en jeu ici à travers la question du subjectif comme marque du faux, c’est bien la nature de la vérité elle-même : le subjectif est-il non seulement en dehors de toute vérité mais encore en contradiction avec la vérité elle-même ainsi qu’avec notre désir de connaissance absolue ?

 


 

  • I-                   Seul l’objectif a valeur de vérité : le subjectif comme la croyance et l’opinion infondée et véhicule de l’erreur

 

  • II-                Le subjectif entretient-il seulement un rapport avec le vrai et le faux ?
  • III-             Vérité scientifique : une croyance reconnue de tous et le critère de l’intersubjectivité

 

 



Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 4280 mots (soit 6 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet "Ce qui est subjectif est-il nécessairement faux ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • PL030898-278898 (Hors-ligne), le 03/10/2016 é 03H14.
  • sushi.paradize (Hors-ligne), le 01/02/2011 é 01H17.
  • Fanny59461 (Hors-ligne), le 26/01/2011 é 26H15.
  • fjghdeht (Hors-ligne), le 22/01/2011 é 22H11.
  • bryou (Hors-ligne), le 05/10/2010 é 05H21.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit