NoCopy.net

Racine, dans sa Préface de Phèdre, écrit que le caractère de son héroïne est peut-être ce qu'il a "mis de plus raisonnable sur le théâtre". Commentez d'après ce que vous savez de Phèdre, de Racine et de l'idéal classique. ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< A la fin de son ouvrage, La Préciosité et le ... Paul Valéry donne à l'écrivain ce conseil : ... >>
Partager

Racine, dans sa Préface de Phèdre, écrit que le caractère de son héroïne est peut-être ce qu'il a "mis de plus raisonnable sur le théâtre". Commentez d'après ce que vous savez de Phèdre, de Racine et de l'idéal classique. ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Racine, dans sa Préface de Phèdre, écrit que le caractère de son héroïne est peut-être ce qu'il a "mis de plus raisonnable sur le théâtre". Commentez d'après ce que vous savez de Phèdre, de Racine et de l'idéal classique. ?



Publié le : 5/4/2009 -Format: Document en format FLASH protégé

	Racine, dans sa Préface de Phèdre, écrit que le caractère de son héroïne est peut-être ce qu'il a
Zoom
  • Racine : Poète dramatique français. Ses contemporains le reçoivent d'abord comme le grand — et jeune — rival de Corneille vieillissant. Les héros de ses tragédies sont aliénés et dégradés par leur passion amoureuse et ils luttent vainement contre une fatalité qui les dépasse et les entraîne. Quelques œuvres à connaître: Andromaque (1667); Britannicus (1669); Phèdre (1677).
  • dans quelle mesure : Jusqu'à quel degré, jusqu'à quel point.
  • Préface : Texte qui précède une oeuvre littéraire. Lorsque l'auteur ou l'éditeur décident de faire suivre l'ouvrage de quelques pages de précisions, celles-ci composent la postface.
  • Phèdre : fabuliste latin (Ier siècle), af-franchi d'Auguste, auteur de fables imitées d'Ésope, découvert par les humaniste français à la fin du XVIe siècle.
  • héroïne : [Courant] Femme remarquable par son courage, par ses exploits guerriers. - Femme supérieure dans un domaine d'activité. [Courant] Principal personnage féminin d'un événement réel. [Courant] Principal personnage d'une oeuvre de fiction.
  • peut : Est-il possible, est-il légitime.
  • être : Du latin esse, « être ». 1) Verbe : exister, se trouver là. En logique, copule exprimant la relation qui unit le prédicat au sujet (exemple : l'homme est mortel). 2) Nom : ce qui est, l'étant. 3) Le fait d'être (par opposition à ce qui est, l'étant). 4) Ce qu'est une chose, son essence (exemple : l'être de l'homme). 5) Avec une majuscule (l'Être), l'être absolu, l'être parfait, Dieu.
  • raisonnable : 1) Doué de raison. 2) Qui est conforme au bon sens, qui n'outrepasse pas la mesure, la morale (une action raisonnable).
  • théâtre : Lieu où des comédiens représentent un spectacle ; le spectacle lui-même. La polysémie du terme est particulièrement intéressante puisqu'elle nous permet d'abolir la séparation entre la scène (où se loue le spectacle) et la salle (le lieu public).
  • idéal : Adjectif désignant ce qui se rapporte à une idée. On l'oppose à empirique. On qualifie aussi d'idéal, quelque chose qui n'existe d'en pensée. Substantif désignant un modèle à suivre (un idéal de vertu par exemple).
  • classique : Qui sert de modèle du genre, qui fait autorité. - Conforme à la tradition, au modèle traditionnel ou à certains modèles traditionnels particuliers. - [Spécialement] ÉPISTÉMOLOGIE, HISTOIRE DES SCIENCES : Se dit d'une doctrine traditionnelle. - [Familier] Habituel, banal, courant. HISTOIRE, ANTIQUITÉ, HISTOIRE DE L\'ART, LINGUISTIQUE, LITTÉRATURE ANTIQUE : Qui appartient à l'Antiquité grecque ou romaine, spécialement à la Grèce du Ve et du IVe siècle avant notre ère ou à la période de l'histoire romaine qui va du Ier siècle avant notre ère au IIe siècle de notre ère. HISTOIRE DE L\'ART, HISTOIRE LITTÉRAIRE : Relatif au classicisme. - [Par extension] Les partisans de la doctrine, de la manière classique. ENSEIGNEMENT : - [Anciennement] Enseignement classique : fondé sur l'étude des langues anciennes (grec et latin). ÉDITION : Qui concerne l'enseignement. - Livres classiques : scolaires.

Poser tout de suite le paradoxe de la formule : le jour où Racine crée l'héroïne la plus« osée » de son théâtre, la plus moderne et la plus troublante (on Ta souvent rapprochée des héroïnes de Mauriac), ce jour-là Racine se défend en disant que cette héroïne est peut-être ce qu'il a mis de plus raisonnable sur le théâtre ». Eliminons naturellement l'interprétation à grossier contresens qui consisterait à croire que Racine justifie son héroïne et trouve « raisonnable » tout ce qu'elle fait! Ce qu'il veut dire, c'est qu'elle agit conformément à ce qu'on pourrait attendre de tout personnage de tragédie placé dans une situation identique, avec un caractère analogue. La « raison » est donc en l'occurrence une sorte de logique interne des sentiments dans un genre déterminé, conformément à certaines traditions d'art.

  •  I La « raison » = lois du genre

 Si nous étudions le contexte de notre citation dans la Préface de Phèdre (cf. XVIIe Siècle, p. 307), il apparaît que Racine pense surtout aux traditions esthétiques et littéraires.
 
 1 L'imitation des Anciens. Racine déclare que Phèdre est raisonnable d'abord parce que c'est un caractère qu'il a emprunté à Euripide (idée qui du reste devrait être fortement nuancée, mais là n'est pas la question). Il doit d'ailleurs aussi en réalité à Sénèque, à Garnier. De toutes façons, et même s'il assimile et transforme ses emprunts, il y a « raison » parce qu'il y a conformité à une tradition d'art.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Racine, dans sa Préface de Phèdre, écrit que le caractère de son héroïne est peut-être ce qu'il a "mis de plus raisonnable sur le théâtre". Commentez d'après ce que vous savez de Phèdre, de Racine et de l'idéal classique.	? Corrigé de 1530 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Racine, dans sa Préface de Phèdre, écrit que le caractère de son héroïne est peut-être ce qu'il a "mis de plus raisonnable sur le théâtre". Commentez d'après ce que vous savez de Phèdre, de Racine et de l'idéal classique. ?" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
Corrigé consulté par :
  • Whitney-203250 (Hors-ligne), le 04/04/2013 à 04H20.
  • laurence (Hors-ligne), le 15/11/2010 à 15H13.
  • Virginie58031 (Hors-ligne), le 20/03/2010 à 20H21.
  • eed33999 (Hors-ligne), le 21/02/2010 à 21H20.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Art «raisonnable» que les tragédies de Voltaire ou de Ducis, mais application souvent formelle des lois du genre, lois vides, lois dont l'ensemble devient le «goût». 2 La raison devient le goût. Poussant en effet un peu trop loin le respect du public qu'impliquait déjà l'idéal de la «vraisemblance», la «raison» devient volontiers refus de choquer, sens des convenances, en un mot «goût» ou «bon goût». Déjà dans la Préface de Phèdre, il y a des traces de ce «bon goût», aux exigences un peu étroites. C'est ainsi qu'une nourrice peut calomnier : «Cette bassesse m'a paru plus convenable à une nourrice, qui pouvait avoir des intentions plus serviles.

    Ajouté par PROF

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Je me tais. Cependant Phèdre sort d'une mère, Phèdre est d'un sang, Seigneur, vous le savez trop bien, De toutes ces horreurs plus rempli que le mien., RACINE, Phèdre, IV, 2.

    Ajouté par webmaster

    Ce serait peut-être un moyen de réconcilier la tragédie avec quantité de personnes (...), RACINE, Phèdre, Préface.

    Ajouté par webmaster

    Élevé dans le sein d'une chaste héroïne, Je n'ai point de son sang démenti l'origine., RACINE, Phèdre, IV, 2.

    Ajouté par webmaster

    Ne verrez-vous point Phèdre avant que de partir?, RACINE, Phèdre, I, 1.

    Ajouté par webmaster

    Sur qui dans son malheur voulez-vous qu'il s'appuie?, RACINE, Phèdre, I, 5.

    Ajouté par webmaster

    Peut-être a-t-il un coeur facile à s'attendrir., RACINE, Phèdre, IV, 5.

    Ajouté par webmaster

    Racine écrit : «Quelques-uns ont pris l'intérêt de Narcisse, et -se sont plaints que j'en eusse fait un très méchant homme» (Britann., 1ËrËe préf.); ce subjonctif nous paraît bien rendre ce que l'écrivain voit d'irréel, de non justifié, dans le reproche en question(...) Quand le verbe de sentiment -(se plaindre) ... a la valeur d'un verbe déclarant, c'est l'indicatif qui convient. Ainsi, Thésée déclare : «Parlez. Phèdre se plaint que je suis outragé» (RAC., Phèdre, III, 5); comme ici il rapporte les paroles de Phèdre (Vous êtes offensé, III, 4) l'indicatif est très juste., G. et R. LE BIDOIS, la Syntaxe du franç. moderne, 1298.

    Ajouté par webmaster

    Et Phèdre au Labyrinthe avec vous descendue Se serait avec vous retrouvée, ou perdue., RACINE, Phèdre, II, 5.

    Ajouté par webmaster

    D'un amour criminel Phèdre accuse Hippolyte!, RACINE, Phèdre, IV, 2.

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    Racine, dans sa Préface de Phèdre, écrit que le caractère de son héroïne est peut-être ce qu'il a "mis de plus raisonnable sur le théâtre". Commentez d'après ce que vous savez de Phèdre, de Racine et de l'idéal classique. ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo