RAISON (du latin ratio)

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< QUANTIFICATION ( SECONDE) RATIONALISME >>


Partager

RAISON (du latin ratio)

Ressources gratuites

Aperçu du corrigé : RAISON (du latin ratio)



Format: Document en format HTML protégé

RAISON (du latin ratio)
x

Veuillez selectionner une image pour le sujet :
RAISON (du latin ratio)



Source: http://www.peiresc.org/DINER/Lexique.pdf

 

La raison désigne soit l'intelligence en général soit, l'usage de nos facultés intellectuelles pour le discernement du vrai et du faux et l'organisation de notre perception du monde. C'est la capacité de l'homme grâce à son cerveau et à travers l'outil que constitue le langage de donner des situations vécues une description et une interprétation explicites. C'est l'ensemble des manifestations cognitives qui concourent à la connaissance active du monde. Connaissance, compréhension, décision, action. « Human understanding » pour garder la terminologie de Locke reprise plus récemment par Toulmin. Un instrument pour explorer le monde, une norme pour juger les pensées et les actions. On oppose souvent la raison à la connaissance empirique. La raison s'exprime par une construction verbale qui devient autonome et transmissible, tout comme un outil ou une machine. Les instruments de la raison qui sont souvent produits par la science. Ce caractère productif de la raison crée une parenté certaine entre la nature de ses objets et celle de ceux qu'enfante à la même époque l'activité scientifique, artisanale et industrielle. Il y a un rapport certain entre méthodes de la connaissance et contenu des connaissances. Ce n'est pas par hasard si une certaine idée de la raison s'est cristallisée au XVIII ème siècle à l'époque où la Révolution Industrielle affirme avec éclat les facultés opératoires de l'espèce humaine. Conscience simultanée et corrélative du pouvoir d'expression et du cadre où cette expression s'exerce. Prise de pouvoir technique accompagnée d'une prise de pouvoir conceptuel, comme si l'euphorie de l'action créait les conditions d'une exacerbation de l'activité de l'esprit. On a beaucoup discuté sur la nature et les caractères de la raison, sur ses rapports avec les autres facultés. Il y a ceux qui pensent que la raison est une faculté spéciale, comme Platon, Leibniz ou Kant (Critique de la raison pure) et ceux qui lui refusent une existence à part et qui l'expliquent comme l'expérience aidée de l'abstraction, de la généralisation et du langage, comme Locke ou Condillac. Le rationalisme opposé à l'empirisme. Comme l'activité de la raison est souvent tournée vers la définition des causes, le mot raison s'entend aussi comme cause. C'est en ce sens que Leibniz l'emploie dans son Principe de raison suffisante en vertu duquel aucun fait ne peut avoir lieu sans qu'il y ait une raison suffisante pour qu'il soit de telle manière plutôt que de telle autre. Il y a une histoire de la raison au gré des connaissances et des cultures. Dans une première phase de l'évolution de la pensée la raison était essentiellement analytique. On cherchait à identifier les acteurs et les facteurs des phénomènes. Dieu, l'homme, l'esprit, la matière, l'espace, le temps, les forces, l'énergie, les mots, les concepts, les formes, les lois. Un inventaire systématique de l'univers. Donner la raison d'un évènement c'était (et c'est toujours) nommer l'acteur responsable. Une raison atomique et corpusculaire, servie par l'Atomisme et le Mécanisme. Paradoxalement c'est lorsque l'Atomisme triomphe ouvrant la porte à des domaines de complexité insoupçonnés que se met en place une nouvelle raison, une raison fonctionnelle qui s'intéresse plus à la pièce qu'aux acteurs. A la mise en évidence et au recensement des forces et des facteurs d'évolution succède maintenant un intérêt pour l'évolution elle-même. La raison analytique et corpusculaire était une raison rigide et normative. Des idées fixes, des procédures stéréotypées, des concepts immuables. Une raison 269 autoritaire selon un programme préétabli qui donne une réponse à toutes les situations. D'où bien des abus et une mauvaise réputation. Au nom de la raison que de déraisons. La raison fonctionnelle et dynamique est une raison mobile et adaptative. Une faculté à changer de point de vue, d'idées, de procédures et de concepts. Une raison régulatrice adaptative doit faire face à des situations imprévisibles ou difficiles à prévoir de par leur complexité. L'irrationnel était ce qui ne rentrait pas dans le catalogue des acteurs homologués. L'irrationnel devient ce qui n'évolue pas et ne s'adapte pas. L'apparition de cette nouvelle raison se fait d'abord sentir dans les théories physiques obligées d'introduire à leur corps défendant des principes limitatifs fondamentaux. La thermodynamique avec le second et le troisième principe, la relativité avec la vitesse constante et finie de la lumière, la mécanique quantique avec ses limitations de toutes sortes –inégalités de Heisenberg, principe de Pauli, absence de cloning, corrélations avec absence de signal dans l'enchevêtrement. Manifestations d'une raison limitative, énonçant les bornes que l'on ne peut outrepasser. A l'intérieur de ces bornes la raison structurante trouve alors le champ libre pour son action, exploitée par l'axiomatique quantique. Une raison structurante fortement conditionnée par une raison limitative. Le véritable essor de la nouvelle raison ne s'effectue en fait qu'à partir des années 1930 lorsque les travaux discrets des logiciens déplacent les problèmes de la logique de celui de la vérité à celui de la calculabilité. Travaux qui vont par ailleurs influencer le développement des calculateurs électroniques. C'est seulement dans les années 60 que les implications théoriques et pratiques des notions d'algorithme et de calculabilité débouchent sur une élaboration du problème de la complexité. La notion de complexité s'élabore à la fois à l'intérieur de la logique et de la théorie des systèmes dynamiques. La nouvelle raison est une doctrine de la complexité appuyée sur un néo-mécanisme.




Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Corrigé : RAISON (du latin ratio) Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "RAISON (du latin ratio)" a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



Ressource suivante

RAISON (du latin ratio)

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit