Le refus du travail a-t-il un sens ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Le réel et l'imaginaire se contredisent-ils ... Le règne de la loi fait-il disparaître la vi ... >>


Partager

Le refus du travail a-t-il un sens ?

Philosophie

Aper�u du corrig� : Le refus du travail a-t-il un sens ?



Publi� le : 5/11/2005 -Format: Document en format FLASH prot�g�

	Le refus du travail a-t-il un sens	?
Zoom

Refuser le travail, est-ce forcément décider de ne rien faire ? Est-ce se condamner à l'inaction ? N'est-ce pas un droit dans nos sociétés (le droit de grève) ? Mais a-t-on le droit de refuser du travail par rapport au processus économique ? N'est-ce pas moralement répréhensible ? Refuser du travail veut-il dire vouloir être chômeur ? Ou parle-t-on d'un refus plus large : le refus de tout travail ? Comment refuser de travailler alors que c'est une nécessité pour vivre, pour exister, pour avoir une identité sociale ? Effectivement, ainsi, cette position n'a aucun sens. Si le refus est une manière de se libérer de l'aliénation provoquée par le travail, peut-on considérer que la liberté est dans un refus ? Pourquoi lier refus de travailler et possibilité d'une absurdité ? Refuser de travailler est-il impossible, vain ? Cela présuppose-t-il que le travail a nécessairement un sens ? Il donne du sens, en tant qu'inscription dans une société et une histoire. Références utiles : Kant, Réflexions sur l'éducation ; Marx, Le Capital ; Arendt, Condition de l'homme moderne.



toute notre économie est devenue une économie de gaspillage dans laquelle il faut que les choses soient dévorées ou jetées presque aussi vite qu'elles apparaissent dans le monde pour que le processus lui-même ne subisse pas un arrêt catastrophique H. Arendt, Condition de l'homme moderne   * Refuser le travail, c'est donc refuser ce qui fait de nous des animaux, entièrement pris dans un cycle de production, de consommation et de destruction. Il y a donc un sens au refus du travail, celui d'affirmer une autre idée de l'humanité, qui n'est pas seulement soumise aux besoins et aux désirs. * Ce qui est revendiqué à la place du travail, c'est l'oeuvre ou la production qui n'est pas uniquement une chose que l'on consomme mais également une chose dont on se sert, et qui construit ainsi une culture humaine. Au travail, on peut ainsi opposer les activités artistiques et intellectuelles, ainsi que toute activité librement consentie. * Il y a un sens à ce refus du travail : refuser d'être homo laborans et s'efforcer d'être homo faber, toujours selon la distinction d'Hannah Arendt : l'homo faber est bien seigneur et maître, non seulement parce qu'il est et s'est fait maître de la nature, mais surtout parce qu'il est maître de soi et de ses actes. Cela n'est vrai ni de l'animal laborans, soumis à la nécessité de la vie, ni de l'homme d'action, toujours dépendant de ses semblables. Seul avec son image du futur produit, l'homo faber est libre de produire, et de même confronté seul à l'oeuvre de ses mains, il est libre de détruire. Hannah Arendt, Idem     III - Le travail et la collectivité   * Cependant, le travail est une nécessité collective. Ce n'est pas seulement à l'individu qu'il profite, mais à la société entière : parce que le produit de son travail peut bénéficier à d'autres personnes ; parce que l'argent qu'il en retire sera dépensé et donc fera vivre d'autres personnes etc.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrig� : 	Le refus du travail a-t-il un sens	? Corrig� de 5771 mots (soit 8 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrig� du sujet " Le refus du travail a-t-il un sens ?" a obtenu la note de :

8.5 / 10

Corrig� consult� par :
  • littlepasteque-27807 (Hors-ligne), le 05/06/2016 � 05H14.
  • refusdutravail-26367 (Hors-ligne), le 13/10/2015 � 13H17.
  • philo1998-263669 (Hors-ligne), le 13/10/2015 � 13H15.
  • Nevahgivinup-263436 (Hors-ligne), le 11/10/2015 � 11H09.
  • mc-258713 (Hors-ligne), le 16/04/2015 � 16H21.
  • Cacher les ressources gratuites

    Probl�matique

    Dans notre monde actuel, le travail est l'activité qui rythme et ponctue notre vie, et est considéré comme une valeur essentielle propre à l'homme. Porté par les notions d'épanouissement de l'être et d'accession au bonheur, il nous permet d'apprendre la vie en société et ses règles. Ainsi, dès l'enfance, l'école éduque les futurs citoyens à la vie en communauté et au respect de ses valeurs par le travail. Ce stade complété, le citoyen est en mesure de contribuer à nouveau à la société, idéalement par le travail dans le cadre professionnel. Dans notre monde libéral actuel, le refus du travail s'apparente à un véritable fléau. Les partisans du droit à la paresse constituent un handicap majeur de notre société : décriés comme ne pouvant être productifs, ils sont considérés comme assistés, égoïstes et les créateurs de leur propre déchéance. Cités comme exemples à ne pas suivre, et à défaut de pouvoir être intégrés de manière satisfaisante, ces marginaux remettent alors en cause le principe de notre société, fondée sur "la valeur travail", son sens ainsi que ses objectifs. Ce raisonnement semble universel : l'homme, à travers les différentes cultures et différentes époques, a ressenti le besoin de répondre à cette question. La notion de travail dégradant chez les Grecs dans l'Antiquité et son apologie par les libéraux des Lumières nous amène à notre problématique :  Le refus du travail peut-il être assimilé à un refus de la société ? L'interprétation du travail dans certaines civilisations permet de mieux considérer le statut de travailleur : les esclaves, rétrogradés sur l'échelle humaine de l'Antiquité jusqu'à nos jours (malgré son abolition "officielle" en 1848), montrent l'aversion de certaines sociétés vis-à-vis du travail. Animal fragile, mettant sa survie en jeu à chaque instant, l'homme se sert de la technique pour être à même de fabriquer des outils lui permettant de chasser pour se nourrir ou de construire un abris pour dormir. L'homme qui travaille aspire à la recherche du bonheur et à la satisfaction de ses désirs, et cela depuis son apparition sur la Terre. Cependant, le travail peut-il s'avérer malsain pour l'homme ? Les révolutions industrielles successives et les découvertes scientifiques ont contribué en grande partie à la mécanisation et à une certaine organisation du travail, mettant parfois en danger l'intégrité et (soit) physique et intellectuelle de l'ouvrier. De même, les cadences de travail intensives peuvent-elles être assimilées à une certaine dangerosité ? De nos jours, la mécanique est sécurisée, les machines sont fiables et les horaires régis par des textes juridiques. Mais pouvons-nous encore refuser le travail ?

    Ajouté par alex12776

    Plan d�taill�

    Textes / Ouvrages de r�f�rence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des r�gles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource pr�c�denteRessource suivante

    Le refus du travail a-t-il un sens ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit