LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< L'amour des autres rend-il l'homme plus digne ... La politique peut-elle conduire au progrès ? >>


Partager

La relation à l'autre est-elle d'emblée éthique ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : La relation à l'autre est-elle d'emblée éthique ?



Publié le : 17/3/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

La relation à l'autre est-elle d'emblée éthique ?
Zoom

Le respect de l'autre est inscrit sur son visage. En effet, son visage me révèle qu'il est mon prochain, mon semblable et que je suis responsable de lui par le seul fait qu'il est en face de moi.

MAIS...

Le regard d'autrui me donne la conscience de mon existence, mais en même temps me chosifie. regarder autrui, c'est nécessairement exercer sa puissance à son encontre. C'est pourquoi l'essence des rapports entre les hommes, c'est le conflit. Hegel et Sartre ont développé cette problématique avec la dialectique du maître et de l'esclave et du regard.



Les occasions de conflit sont donc multiples et créent un état d'insécurité permanent. Mais la lutte à mort peut surgir entre deux êtres sans qu'il y ait matière à se battre : la nature donne à l'individu le droit, pour sauver sa vie, d'employer tous les moyens qu'il jugera bons. Qui me dira que cet homme que je rencontre n'a pas l'intention de me tuer. Je m'en protégerai en attaquant le premier : l'état de nature est un état de guerre généralisée où l'homme est un loup pour l'homme. Quand autrui n'est pas un adversaire, c'est un objet de consommation La communication est toujours bloquée par le besoin de soumettre et de posséder. J'ai spontanément tendance à réduire l'autre à n'être qu'un objet de plaisir ou un catalogue de renseignements à mon usage car, comme le fait remarquer Max Stirner, il n'y a entre nous qu'un rapport d'utilité, de profit, d'intérêt. Freud, de son côté, défendra un rapport d'utilité pulsionne. "L'homme n'est point cet être débonnaire, au coeur assoiffé d'amour, dont on dit qu'il se défend quand on l'attaque, mais un être, au contraire, qui doit porter au compte de ses données instinctives une bonne somme d'agressivité. Pour lui, par conséquent, le prochain n'est pas seulement un auxiliaire et un objet sexuel possibles, mais aussi un objet de tentation. L'homme est, en effet, tenté de satisfaire son besoin d'agression aux dépens de son prochain, d'exploiter son travail sans dédommagements, de l'utiliser sexuellement sans son consentement, de s'approprier ses biens, de l'humilier, de lui infliger des souffrances, de le martyriser et de le tuer.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 4463 mots (soit 7 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "La relation à l'autre est-elle d'emblée éthique ?" a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



Ressource précédente

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit