Le rôle de la lecture

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< En vous aidant d'exemples précis, tirés de vo ... L'expérience de la lecture prenante décrite p ... >>
Partager

Le rôle de la lecture

Littérature

Aperçu du corrigé : Le rôle de la lecture



document rémunéré

Document transmis par : ???


Publié le : 24/3/2011 -Format: Document en format FLASH protégé

Le rôle de la lecture
Zoom


 
 Enfant, adolescente, la lecture était non seulement mon divertissement favori mais la clé qui m'ouvrait le monde. Elle m'annonçait mon avenir : m'identifiant à des héroïnes de roman, je pressentais à travers elles mon destin. Dans les moments ingrats de ma jeunesse elle m'a sauvée de la solitude. Plus tard, elle m'a servi à étendre mes connaissances, à multiplier mes expériences, à mieux comprendre ma condition d'être humain et le sens de mon travail d'écrivain. [...]
 
 La joie de lire : elle ne s'est pas émoussée. Je suis toujours émerveillée par la métamorphose des petits signes noirs en un mot qui me jette dans le monde, qui précipite le monde entre mes quatre murs. Le texte le plus ingrat suffit à provoquer ce miracle. « J. F. 30 ans, sténo-dactylo exp. ch. travail trois jours par semaine ». Je suis des yeux cette petite annonce et la France se peuple de machines à écrire et de jeunes chômeuses. Je sais : le thaumaturge, c'est moi. Si devant les lignes imprimées je demeure inerte, elles se taisent; pour qu'elles s'animent, il faut que je leur donne un sens et que ma liberté leur prête sa propre temporalité, retenant le passé et le dépassant vers l'avenir. Mais comme au cours de cette opération je m'escamote, elle me semble magique. Par moments, j'ai conscience que je collabore avec l'auteur pour faire exister la page que je déchiffre : il me plaît de contribuer à créer l'objet dont j'ai la jouissance. Celle-ci se refuse à l'écrivain : même quand il se relit, la phrase née de sa plume se dérobe à lui. Le lecteur est plus favorisé : il est actif et cependant le livre le comble de ses richesses imprévues. La peinture, la musique suscitent en moi, pour la même raison, des joies analogues ; mais les données sensibles y jouent un rôle immédiat plus important. En ces domaines, je n'ai pas à effectuer le surprenant passage du signe au sens qui déconcerte l'enfant quand il commence à épeler des mots et qui n'a pas cessé de m'enchanter.
 
 [...] Cependant, je ne lis pas n'importe quoi. A moins de me situer dans une perspective sociologique ou linguistique, la page des petites annonces ne me retiendra pas. Quelles conditions faut-il pour qu'aujourd'hui un texte me prenne?
 
 Il y en a de bien des espèces et les bénéfices que j'en retire sont très divers. En certains cas, je parcours l'ouvrage sans abandonner ma place au centre de mon propre univers dont je me borne à combler les lacunes. Lorsque je referme le volume, je me trouve avoir acquis certaines connaissances. A cette lecture informative s'oppose la lecture communication. L'auteur ne prétend pas alors me livrer un savoir mais transmettre à travers son œuvre le sens vécu de son être dans le monde. Son expérience existentielle est irréductible à des concepts ou à des notions : elle ne m'instruit pas. Mais le temps d'une lecture, je vis dans la peau d'un autre. Ma vision de la condition humaine, du monde, de la situation que j'y occupe peut en être profondément modifiée. Il y a un critère assez net qui distingue ces deux catégories de livres. Le document informatif, je peux le résumer dans mon propre langage, livrant ainsi à un tiers un savoir universel ; dans une œuvre littéraire, le langage est un jeu, c'est par lui que l'expérience vécue est donnée dans sa singularité : on ne saurait la communiquer avec d'autres mots. C'est pourquoi le texte imprimé sur la jaquette d'un bon roman et qui prétend le résumer le trahit toujours ; c'est pour cela aussi qu'un écrivain est si embarrassé quand on l'interroge sur un travail en cours : il ne peut pas faire connaître ce qui est par définition un non-savoir.
 
 Simone de Beauvoir, Tout compte fait, 1972.
 
 1. Vous résumerez ce texte en 180 mots. Une marge de 10 % en plus ou en moins est admise. Vous indiquerez à la fin de votre résumé le nombre de mots employés.
 
 2. Vous expliquerez le sens, dans le texte, des expressions suivantes :
 
 a) je m'escamote ;
 
 b) le langage est un jeu.
 
 3. L'expérience de la lecture prenante décrite par Simone de Beauvoir correspond-elle à ce que vous attendez d'un texte?




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Le rôle de la lecture Corrigé de 1855 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Le rôle de la lecture" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
Corrigé consulté par :
  • sarahmove-187979 (Hors-ligne), le 01/01/2013 à 01H19.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Les romans de p hilosophie sont particulièrement visés : Les Lettres persanes, les Romans et Contes de Voltaire, Manon Lescaut, Les Liaisons dangereuses, La Religieuse, Jacques le Fataliste ... La Nouvelle Héloïse est tolérée mais ne d oit pas être mise entre toutes les mains. Mais les romans, également condamnés, des auteurs à la mode tels Pigault-Lebrun, Raban, Mme de Choiseul-Meuse font douter de l 'efficacité de ces contrôles, variables, il est vrai, selon les périodes. Intégré au q uartier au même titre que les commerces quotidiens, le cabinet de lecture a ttire une c lientèle probablement aussi diversifiée, même si les documents ne permettent pas en toute rigueur de l'affirmer, puisque les registres de prêt n'ont pas été conservés. Moyenne et petite bourgeoisie, domestique sans aucun doute. Artisans et ouvriers très probablement, malgré le faible taux de scolarisation de l 'époque et la durée excessive du temps de travail.

    Ajouté par PROF

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Ce n'est point une lecture frivole, c'est une lecture poignante et exaltante, c'est une lecture âpre et magnifique., G. DUHAMEL, Refuges de la lecture, II, p. 79.

    Ajouté par webmaster

    C'est «le vin aux sombres feux». Il joue un rôle non petit dans le ravitaillement des voyageurs et des guerriers., G. DUHAMEL, Refuges de la lecture, I.

    Ajouté par webmaster

    C'est une lecture qu'on ne peut se contenter d'opérer à la pointe de l'oeil, à peine qu'elle soit improductive et même fastidieuse., G. DUHAMEL, Refuges de la lecture, p. 25.

    Ajouté par webmaster

    Je traînai quelques jours cette tristesse de rue en rue, de théâtre en théâtre, de lecture en lecture, sans pouvoir la secouer (...), LAMARTINE, Graziella, III, III.

    Ajouté par webmaster

    Car il savait que, pour une période dont il n'apercevait pas le terme, son rôle n'était plus de guérir. Son rôle était de diagnostiquer., CAMUS, la Peste, p. 210.

    Ajouté par webmaster

    Après avoir indiqué les moyens de confectionner un rôle de contributions mobilières plus sincère que ne l'était le rôle actuel (...), BALZAC, les Employés, Pl., t. VI, p. 880.

    Ajouté par webmaster

    La lecture de la -Nouvelle-Héloïse et les scrupules de Saint-Preux me formèrent profondément honnête homme; je pouvais encore, après cette lecture faite avec larmes et dans des transports d'amour pour la vertu, faire des coquineries, mais je me serais senti coquin., STENDHAL, Vie de Henry Brulard, 20.

    Ajouté par webmaster

    L'oeuvre de Robert Pinget (...) exige une lecture active, aventureuse, une lecture qui laboure le texte comme un sol (...) cherchant à découvrir la cohérence occulte sous l'éclatante incohésion de surface., Olivier DE MAGNY, Robert Pinget ou le Palimpseste, -in Robert PINGET, Graal Flibuste, p. 165.

    Ajouté par webmaster

    Maxime finit son indigne rôle dans cette scène par un vers de comédie (...) L'auteur a entièrement sacrifié ce rôle de Maxime : il ne faut le regarder que comme un personnage qui sert à faire valoir les autres., VOLTAIRE, Commentaires sur Corneille, Cinna, III, 2.

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Le rôle de la lecture

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast littérature