NoCopy.net

Schopenhauer et les porcs-épics

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Le bonheur n'est-il qu'un rêve ? Nietzsche et les trois métamorphoses de l'ho ... >>
Partager

Schopenhauer et les porcs-épics

Philosophie

Aperçu du corrigé : Schopenhauer et les porcs-épics



Publié le : 24/12/2009 -Format: Document en format FLASH protégé

	Schopenhauer et les porcs-épics
Zoom
  • schopenhauer : La philosophie de Schopenhauer marque un tournant dans l'histoire des idées. Elle annonce Nietzsche (1844-1900) et, dans un certain sens, ouvre des voies que Freud (1856-1939) explorera en profondeur. Pour Schopenhauer, le monde n'est qu'un théâtre et la volonté des individus n'est qu'une illusion.

Les hommes s'attirent et se repoussent. Attraction et répulsion qui rend la sociabilité à la fois nécessaire mais problématique. Est-il possible de trouver la bonne distance avec autrui ? N'est-il pas à la fois un refuge et une prison. Ce texte pose la question de la possible coexistence entre les hommes.



« Par une froide journée d'hiver, un troupeau de porcs-épics s'était mis en groupe serré pour se garantir mutuellement contre la gelée par leur propre chaleur. Mais tout aussitôt ils ressentirent les atteintes de leurs piquants, ce qui les fit s'éloigner les uns des autres. Quand le besoin de se chauffer les eut rapprochés de nouveau, le même inconvénient se renouvela, de façon qu'ils étaient ballottés de çà et de là entre les deux souffrances, jusqu'à ce qu'ils eussent fini par trouver une distance moyenne qui leur rendit la situation supportable. Ainsi, le besoin de société, né du vide et de la monotonie de leur propre intérieur, pousse les hommes les uns vers les autres; mais leurs nombreuses qualités repoussantes et leurs insupportables défauts les dispersent de nouveau. La distance moyenne qu'ils finissent par découvrir et à laquelle la vie en commun devient possible, c'est la politesse et les belles manières. En Angleterre, on crie à celui qui ne se tient pas à distance : Keep your distance! - Par ce moyen, le besoin de chauffage mutuel n'est, à la vérité, satisfait qu'à moitié, mais en revanche on ne ressent pas la blessure des piquants. - Celui-là cependant qui possède beaucoup de calorique propre préfère rester en dehors de la société pour n'éprouver ni ne causer de peine. »

Schopenhauer

 




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Schopenhauer et les porcs-épics	Corrigé de 1518 mots (soit 3 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " Schopenhauer et les porcs-épics " a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé
Corrigé consulté par :
  • corentin-244897 (Hors-ligne), le 22/10/2014 à 22H11.
  • Lildurk-244703 (Hors-ligne), le 17/10/2014 à 17H00.
  • marie41-234021 (Hors-ligne), le 19/03/2014 à 19H15.
  • coco74-188041 (Hors-ligne), le 15/01/2014 à 15H19.
  • mikayil-215526 (Hors-ligne), le 13/10/2013 à 13H14.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Les cinq dernières familles ont en commun une ressemblance superficielle avec le type «rat», d'où leurs noms courants: Octodontidés (octodons ou pseudo-rats), Cténomyidés (tuco-tucos ou rats à peigne), Abrocomidés (ratschinchillas), Echimyidés (rats-porcs-épics), Capromyidés (les hutias, auxquels on ajoute le coypou ou ragondin, Myocastor coypu, placé parfois dans une famille à lui tout seul, les Myocastoridés).

    Ajouté par PROF

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    à Chicago, dit un apophtegme célèbre, on utilise tout, sauf le cri des porcs., G. DUHAMEL, Scènes de la vie future, V.

    Ajouté par webmaster

    Les porcs assoupis enfonçaient en terre leur groin (...), FLAUBERT, MËmËe Bovary, II, VIII.

    Ajouté par webmaster

    à Chicago, dit un apophtegme célèbre, on utilise tout, sauf le cri des porcs., G. DUHAMEL, Scènes de la vie future, VIII.

    Ajouté par webmaster

    Et il eût bien voulu se remplir le ventre des caroubes que mangeaient les porcs (...), BIBLE (CRAMPON), Évangile selon saint Luc, XV, 16.

    Ajouté par webmaster

    (...) il n'entendait que la cloche des vaches éparses dans les taillis et le cri sauvage des porcs qui se disputaient la glandée., G. SAND, la Mare au diable, XIV, p. 118.

    Ajouté par webmaster

    J'aurais voulu crier ça par-dessus la colline pour que l'autre, là-haut, qui engrenait les porcs chez Esménard, laisse tomber son malheur., J. GIONO, Un de Baumugnes, -in OE. roman., t. I, p. 73.

    Ajouté par webmaster

    Ceux qui étaient encore valides rôdaient dans la forêt, se nourrissant de glands comme les porcs, d'herbes, de racines et même de terre. Maryse Rouy, Azalaïs

    Ajouté par webmaster

    Ils tombent tout plats comme porcs devant tout le monde, et apprêtent à rire pour plus de cent francs., RABELAIS, Gargantua, II, 17.

    Ajouté par webmaster

    Le coin des porcs. Quelques-uns se sont couchés parallèlement et, en opposant tête à queue, regardent chacun de son côté. D'autres, comme les rais d'une voiture, tournent les groins vers la jante idéale., M. JOUHANDEAU, Chaminadour, II, III.

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    Schopenhauer et les porcs-épics

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo