NoCopy.net

Selon Bernanos, « on ne comprend rien à la civilisation moderne si on n'admet pas d'abord qu'elle est une conspiration universelle contre toute espèce de vie intérieure ». La littérature contemporaine est-elle le reflet de cette civilisation et encourt-elle la même condamnation ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< En analysant cette page de « Madame Bovary » ... Commentez cette affirmation de Guillaume Apo ... >>
Partager

Selon Bernanos, « on ne comprend rien à la civilisation moderne si on n'admet pas d'abord qu'elle est une conspiration universelle contre toute espèce de vie intérieure ». La littérature contemporaine est-elle le reflet de cette civilisation et encourt-elle la même condamnation ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Selon Bernanos, « on ne comprend rien à la civilisation moderne si on n'admet pas d'abord qu'elle est une conspiration universelle contre toute espèce de vie intérieure ». La littérature contemporaine est-elle le reflet de cette civilisation et encourt-elle la même condamnation ?



Publié le : 18/8/2009 -Format: Document en format FLASH protégé

	Selon Bernanos, « on ne comprend rien à la civilisation moderne si on n'admet pas d'abord qu'elle est une conspiration universelle contre toute espèce de vie intérieure ». La littérature contemporaine est-elle le reflet de cette civilisation et encourt-elle la même condamnation 	?
Zoom
  • Bernanos : Georges Bernanos (1888-1948). Écrivain français. Catholique, auteur du Journal d'un curé de campagne (1936).
  • rien : Le néant, l'absence, la nullité.
  • civilisation : Ce terme, selon Febvre, n'est apparu dans la langue française que vers la moitié du 18e siècle. S'y rattachent nécessairement les notions de progrès et d'évolution.
  • moderne : Qualité de ce qui est récent. Le mot est lexicalisé à partir de la querelle "des Anciens et des Modernes".
  • universel : a) Qui s'étend à l'univers, qui concerne l'univers. b) Qui ne souffre pas d'exception. c) Qui est valable pour tous les hommes, en tous temps et en tous lieux.
  • tout : La totalité sans exception.
  • espèce : Du latin species (de specere, « regarder »), « vue », « aspect ». Le premier sens de ce mot désigne un ensemble d’êtres que l’on peut classer ensemble d’après certains caractères communs. En biologie, l’espèce est une classe d’être vivant qui présentent des similitudes visibles ou non, héréditaires et qui ne peuvent se reproduire qu’entre eux (sauf rares exceptions).
  • littérature : Le mot litteratura en latin signifie "écriture". Aujourd'hui, la littérature ne renvoie pas à une simple pratique de l'écriture, elle se découvre dans le souci d'écrire singulièrement.
  • même : Analogue, aussi, égal, identique, uniforme.

Le monde qui nous entoure sollicite de plus en plus puissamment notre attention. La rapidité des progrès scientifiques, l'évolution des moyens techniques, des divertissements, des moyens d'information, nous imposent une prise de conscience incessante du réel. Cette invasion des contingences indignait profondément Georges Bernanos qui écrivait à ce sujet : « On ne comprend rien à la civilisation moderne si on n'admet pas d'abord qu'elle est un conspiration universelle contre toute espèce de vie intérieure ». Selon son point de vue, la littérature elle-même reflète de nos jours des préoccupations éloignées de toute spiritualité ; un courant de pensée subsiste cependant qui s'inscrit dans la ligne de la tradition chrétienne ; et n'y a-t-il pas en dehors même de ce mouvement une exigence de vie intérieure qui se fait jour chez la plupart des écrivains ?
  




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Selon Bernanos, « on ne comprend rien à la civilisation moderne si on n'admet pas d'abord qu'elle est une conspiration universelle contre toute espèce de vie intérieure ». La littérature contemporaine est-elle le reflet de cette civilisation et encourt-elle la même condamnation 	? Corrigé de 1087 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Selon Bernanos, « on ne comprend rien à la civilisation moderne si on n'admet pas d'abord qu'elle est une conspiration universelle contre toute espèce de vie intérieure ». La littérature contemporaine est-elle le reflet de cette civilisation et encourt-elle la même condamnation ?" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

La révolte n'est pas en elle-même un élément de civilisation. Mais elle est préalable à toute civilisation. Elle seule, dans l'impasse où nous vivons, permet d'espérer l'avenir dont rêvait Nietzsche : «Au lieu du juge et du répresseur, le créateur»., CAMUS, l'Homme révolté, p. 337.

Ajouté par webmaster

Si jamais cette puissance de jugement et de condamnation qu'elle tourne contre autrui devait se retourner contre elle-même, qu'elle souffrirait!, F. MAURIAC, la Pharisienne, IX.

Ajouté par webmaster

-(La civilisation) affole les Européens... elle les rend incapables de paix et même de vie intérieure., R. ROLLAND, Mahatma Gandhi, p. 45.

Ajouté par webmaster

La civilisation de l'époque hellénistique ne s'oppose pas à celle des siècles précédents. Elle lui demeure fidèle, mais elle l'enrichit d'éléments neufs et elle possède son originalité (...) la civilisation hellénistique se distingue par des traits d'apparence contradictoire : par son unité, par son infinie diversité et par son insatiable curiosité (...) Le goût du luxe s'est répandu au contact des civilisations orientales (...), Yves BÉQUIGNON, Évolution du monde hellénistique, -in Encycl. Pl. (Hist. universelle), t. I, p. 792 et 799.

Ajouté par webmaster

Il n'y a pas encore bien longtemps, la linguistique aurait cru déroger en avouant qu'elle pouvait servir à quelque objet pratique. Elle existait, prétendait-elle, pour elle-même, et ne se souciait pas (...) du profit que le commun des hommes en pourrait tirer (...) La linguistique parle à l'homme de lui-même : elle lui montre comment il a construit, comment il a perfectionné, à travers des obstacles de toute nature (...) le plus nécessaire instrument de civilisation. Il lui appartient de dire aussi par quels moyens cet outil qui nous est confié et dont nous sommes responsables, se conserve ou s'altère (...), Michel BRÉAL, Essai de sémantique, p. 2.

Ajouté par webmaster

Y a-t-il donc opposition entre culture et civilisation? Elles sont étroitement liées. Il n'y a pas de culture sans civilisation, car l'effort pour conquérir le monde, l'effort culturel, est lui-même une valeur de civilisation. Il n'y a pas de civilisation sans culture, car, abandonné nu et faible aux forces de la nature, l'homme ne peut s'élever au-dessus des nécessités matérielles; et, par ailleurs, tout progrès d'ordre culturel, en haussant le niveau moyen de la masse humaine, doit (en principe) permettre une progression semblable de la civilisation., DANIEL-ROPS, Ce qui meurt..., II, p. 58 ( Culture, cit. 21).

Ajouté par webmaster

La littérature contribue à faire la langue et la langue est l'instrument premier de toute littérature (...) Il est impossible d'imaginer une grande civilisation sans une grande littérature. Le monde hébraïque a produit la Bible et toute l'humanité vit encore sur ce message., G. DUHAMEL, Refuges de la lecture, VIII, p. 242 et 274.

Ajouté par webmaster

La civilisation antique, après sa destruction, a encore puissamment contribué à la civilisation moderne par les monuments écrits et figurés qui sont restés d'elle, et que la Renaissance étudia., RENAN, Dialogues et Fragments philosophiques, II, OE. compl., t. I, p. 593.

Ajouté par webmaster

Les contraintes imposées aux individus en vertu des principes évidemment si raisonnables de l'hygiène, de la morale, de l'esthétique, de la protection sociale, en un mot de la civilisation, de notre civilisation, soulèvent peu de colère dans le monde moderne., G. DUHAMEL, Scènes de la vie future, IV.

Ajouté par webmaster

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



Ressource suivante

Selon Bernanos, « on ne comprend rien à la civilisation moderne si on n'admet pas d'abord qu'elle est une conspiration universelle contre toute espèce de vie intérieure ». La littérature contemporaine est-elle le reflet de cette civilisation et encourt-elle la même condamnation ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo