LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Corneille a dit dans son Premier discours sur ... Rôle de la réflexion dans l'acte volontaire - ... >>


Partager

Sens et portée du texte suivant de Bergson : « La conscience est la lumière immanente à la zone d'actions possibles, ou d'activité virtuelle qui entoure l'action effectivement accomplie par l'être vivant. Elle signifie hésitation ou choix. Là où l'action réelle est la seule action possible (comme dans l'activité du genre somnambulique ou plus généralement automatique), la conscience devient nulle. Là où beaucoup d'actions, également possibles, se dessinent sans aucune action réelle (comme dans une délibération qui n'aboutit pas), la conscience est intense ».

Philosophie

Aperçu du corrigé : Sens et portée du texte suivant de Bergson : « La conscience est la lumière immanente à la zone d'actions possibles, ou d'activité virtuelle qui entoure l'action effectivement accomplie par l'être vivant. Elle signifie hésitation ou choix. Là où l'action réelle est la seule action possible (comme dans l'activité du genre somnambulique ou plus généralement automatique), la conscience devient nulle. Là où beaucoup d'actions, également possibles, se dessinent sans aucune action réelle (comme dans une délibération qui n'aboutit pas), la conscience est intense ».



document rémunéré

Document transmis par : ???


Publié le : 12/3/2011 -Format: Document en format FLASH protégé

Sens et portée du texte suivant de Bergson : « La conscience est la lumière immanente à la zone d'actions possibles, ou d'activité virtuelle qui entoure l'action effectivement accomplie par l'être vivant. Elle signifie hésitation ou choix. Là où l'action réelle est la seule action possible (comme dans l'activité du genre somnambulique ou plus généralement automatique), la conscience devient nulle. Là où beaucoup d'actions, également possibles, se dessinent sans aucune action réelle (comme dans une délibération qui n'aboutit pas), la conscience est intense ».
Zoom

Si, de plus, on rappelle le texte bien connu de Descartes, Discours, 3e partie, 2e paragraphe, où l'auteur observe que nous pouvons ignorer nos propres croyances, si bien que le sens exact en est donné par nos actes, on précisera que l'idée cartésienne n'entraîne pas nécessairement l'affirmation de Jouffroy, d'une connaissance totale, de même qu'elle n'exclut pas la thèse bergsonienne d'une limitation de la conscience par l'action ou d'une opposition à l'action. — Par là, on sera en mesure d'évaluer plus exactement la portée des textes proposés.
  




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1101 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Sens et portée du texte suivant de Bergson : « La conscience est la lumière immanente à la zone d'actions possibles, ou d'activité virtuelle qui entoure l'action effectivement accomplie par l'être vivant. Elle signifie hésitation ou choix. Là où l'action réelle est la seule action possible (comme dans l'activité du genre somnambulique ou plus généralement automatique), la conscience devient nulle. Là où beaucoup d'actions, également possibles, se dessinent sans aucune action réelle (comme dans une délibération qui n'aboutit pas), la conscience est intense »." a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

La conscience correspond exactement à la puissance de choix dont le vivant dispose; elle est coextensive à la frange d'action possible qui entoure l'action réelle. » (BeRGs0N, Evolution créatrice.)

Ajouté par webmaster

« La prise de conscience d'un acte consiste toujours à lui superposer une action nouvelle. Ainsi la prise de conscience du succès est une conduite de triomphe qui se greffe sur l'action de réussir. » (JANET, De l'angoisse à l'extase.)

Ajouté par webmaster

D'une autre façon, l'action morale peut être une action qui ne se manifeste pas comme explicitement moralisante, ou qui, en tout cas, ne s'impose pas. Plus qu'être moralisateur, le médecin doit donner lui-même, dans ses relations avec les malades, des exemples de conscience, de justice, de dévouement, et de compréhension., Guy PALMADE, la Psychothérapie, p. 51.

Ajouté par webmaster

"Les hommes ont été considérés comme libres pour pouvoir être jugés et punis -pour pouvoir être coupables: par conséquent toute action devait être regardée comme voulue, l'origine de toute action comme se trouvant dans la conscience." Nietzsche, Le crépuscule des idoles, Idées, page 63.

Ajouté par webmaster

L'esprit peut penser l'action comme n'ayant rapport qu'au sujet, comme renfermée en l'être chez qui ou par qui elle se fait; elle a alors, en tant qu'action, son expression nécessaire et suffisante dans le verbe d'action tout nu. Soit l'action d'-aller, de -dormir, de -mourir (...) le verbe qui énonce la chose suffit à en donner l'idée complète, dans ce qu'elle a d'essentiel (...) Ils -(ces verbes) énoncent d'une manière complète et parfaite la nature propre de l'action; de plus, ils la dénoncent comme rigoureusement adhérente au sujet, comme enfermée en lui et ne passant pas hors de lui. C'est pourquoi d'un commun accord grammairiens et lexicologues dénomment ces verbes «intransitifs»., G. et R. LE BIDOIS, Syntaxe du franç. moderne, t. I, n° 677.

Ajouté par webmaster

.2 L'intelligence doit vivifier l'action; sans elle, l'action est vaine. Mais sans l'action, comme l'intelligence est stérile!, MARTIN DU GARD, Jean Barois, p. 223.

Ajouté par webmaster

LA CONSCIENCE ET L'ACTION "La conscience est originairement non pas un "je pense que", mais un "je peux". Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception, 1945.

Ajouté par webmaster

Le calme dans l'action: Comme une chute d'eau en se précipitant devient plus lente et plus aérienne, ainsi d'ordinaire le grand homme accomplit l'action avec plus de calme que ne le faisait attendre son désir impétueux avant l'action. Humain, trop humain (1878-1879), 488 Nietzsche, Friedrich Wilhelm

Ajouté par webmaster

« Qu'on ne croie pas que la conduite physiologique de la peur passive soit pur désordre... L'évanouissement est un refuge. Faute de pouvoir éviter le danger, je l'ai nié; telles sont les limites de mon action magique sur le monde : je peux le supprimer comme objet de conscience, mais je ne le puis qu'en supprimant la conscience elle-même. » (SARTRE, Esquisse d'une théorie des émotions.)

Ajouté par webmaster

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo