Serions-nous plus heureux si nous étions immortels ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Toute querelles de mots est-elle futile? L'homme peut-il être heureux sachant qu'il d ... >>
Partager

Serions-nous plus heureux si nous étions immortels ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Serions-nous plus heureux si nous étions immortels ?



Publié le : 30/1/2005 -Format: Document en format FLASH protégé

	Serions-nous plus heureux si nous étions immortels ?
Zoom

  Transition : L'immortalité de l'âme dans les deux cas présentés est la source du bonheur. Cependant celle-ci n'aurait-elle pas une conséquence sur la manière d'appréhender la vie ?   Troisième partie : de quelle manière notre mortalité influe-t-elle sur notre manière d'envisager notre existence ?   3.1 La primordialité du présent fait que chaque instant possède une valeur particulière.   « Se rendre libre de toutes les préoccupations ; or tu t'en rendras libre, si tu accomplis chaque action de ta vie comme si c'était la dernière. » MARC-AURELE, Pensées pour soi-même, II 5 2.   3.2 La mort donne un sens particulier à la vie. Heidegger dans Etre et temps conçoit la mort comme étant l'ultime possibilité de l'homme.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Serions-nous plus heureux si nous étions immortels ?	Corrigé de 997 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Serions-nous plus heureux si nous étions immortels ? " a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • totemeraude-178753 (Hors-ligne), le 23/01/2013 à 23H10.
  • Audran62806 (Hors-ligne), le 30/03/2010 à 30H16.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    En effet, l'idée de la mort semble être la source de nombreux maux car rares sont ceux qui l'accepte, ainsi l'obsession de la mort entraine l'angoisse et donc l'impossibilité de profiter de la vie. Or l'idée de la mort peut s'avérer libératrice à une condition : celle de l'acceptation. Une fois cette condition remplie, une fois l'idée de la mort acceptée et appréhendée sans crainte, l'homme peut, en partie grâce à la notion de destin, vivre pleinement sa vie. A insi de nombreuses civilisation représentaient la mort et la rappelaient a chacun au quotidien, que ce soit par l'exhibition de squelettes ou par les vanités la mort devient un motif omniprésent de telle sorte que l'homme s'y habitue et ne la craint plus car elle lui semble, évidente et inévitable.

    Ajouté par PROF

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Si nous étions immortels, nous serions des êtres très misérables. Il est dur de mourir, sans doute; mais il est doux d'espérer qu'on ne vivra pas toujours et qu'une meilleure vie finira les peines de celle-ci., ROUSSEAU, Émile, II.

    Ajouté par webmaster

    Nous étions orphelins et vivions ensemble. Que voulez-vous? nous n'étions coureurs ni l'un ni l'autre. La popote, la famille, un bon chez-soi (...) nous étions heureux, et le bonheur engendre toute vertu., APOLLINAIRE, l'Hérésiarque..., p. 187.

    Ajouté par webmaster

    Blaise PASCAL / Pensées / OEuvres complètes / Bibliothèque de la Pléiade / nrf Gallimard 1954 « La nature nous rendant toujours malheureux en tous états, nos désirs nous figurent un état heureux, parce qu’ils joignent à l’état où nous sommes les plaisirs de l’état où nous ne sommes pas ; et, quand nous arriverions à ces plaisirs, nous ne serions pas heureux pour cela, parce que nous aurions d’autres désirs conformes à ce nouvel état. »

    Ajouté par webmaster

    Si nous agissions au travail comme au jeu, nous serions considérés comme des personnes un peu dérangées et nous serions congédiés sur-le-champ. Raynald Beaupré, Rien ne va plus

    Ajouté par webmaster

    Nous craignons toutes choses comme mortels, et nous désirons toutes choses comme si nous étions immortels., LA ROCHEFOUCAULD, Maximes posthumes, 511.

    Ajouté par webmaster

    .1 Nous étions si heureux! Nous nous aimions tant! Ah! vous avez soufflé sur un beau rêve; maintenant, je n'ai plus de mari., E. LABICHE, les Petites Mains, III, 10.

    Ajouté par webmaster

    Enfin! Nous nous sentions Hommes! Nous étions pâles, Sire, nous étions soûls de terribles espoirs (...), RIMBAUD, Poésies, IV.

    Ajouté par webmaster

    Nous étions, Albertine et moi, devant la station Balbec du petit train d'intérêt local. Nous nous étions fait conduire par l'omnibus de l'hôtel, à cause du mauvais temps., PROUST, Sodome et Gomorrhe, Pl., t. II, p. 854.

    Ajouté par webmaster

    Il y avait longtemps que nous ne croyions plus à rien, même pas à rien. Les nihilistes de 1880 étaient une secte mystique, des rêveurs, les routiniers du bonheur universel. Nous, nous étions aux antipodes de ces jobards et de leurs fumeuses théories. Nous étions des hommes (...), B. CENDRARS, Moravagine, -in OE. compl., t. IV, p. 125.

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    Serions-nous plus heureux si nous étions immortels ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo