NoCopy.net

Serions-nous plus libres sans loi ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Raisonner est-ce cesser de croire ? L'opinion est-elle capable de vérité ? >>
Partager

Serions-nous plus libres sans loi ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Serions-nous plus libres sans loi ?



Publié le : 7/11/2009 -Format: Document en format FLASH protégé

	Serions-nous plus libres sans loi	?
Zoom

Autrement dit, le fait que l'homme ait conscience d'être libre entraîne une nécessité d'établir des lois, des principes d'existence qui soient communs à tous dans une société. Ainsi, l'obéissance aux lois ne rend pas impossible la liberté puisque c'est l'homme qui a choisi librement de se soumettre à certaines lois, pour que sa liberté ait un sens. L'homme a choisi d'orienter sa vie vers le Bien, le bonheur, et d'essayer d'atteindre cet idéal ou plutôt de s'en rapprocher le plus possible. De plus, Epictète disait « la liberté consiste à jouir de ses droits sans entrave », ce qui sous-entend aussi de ne pas bramer les interdits. Enfin, Gide dans les caves du Vatican, rend compte de la liberté de l'homme (bien qu'il y ait des lois), avec son personnage Lafcadio, qui décide de faire un acte gratuit pour prouver qu'il est libre.

En conclusion, l'homme est sans cesse tiraillé entre le sentiment de liberté et le sentiment de dépendance vis-à-vis de l'État, des lois, voire de déterminisme. Par exemple, dans Jacques le fataliste de Diderot, tandis que le maître  « sent qu'(il) pense et qu'il est libre » Jacques dit que « tout ce qui nous arrive de bien ou de mal ici-bas est écrit là-haut »,ainsi les contradictions et les opinions quant à la liberté sont évoquées . Mais bien que la liberté absolue des individus soit rendue impossible par la nécessité d'obéissance aux lois, les libertés individuelles, comme la liberté d'expression, d'opinion, de réunion,inscrites dans la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen montrent que l'on peut être libre tout en obéissant aux lois.

  




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Serions-nous plus libres sans loi	? Corrigé de 1333 mots (soit 2 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " Serions-nous plus libres sans loi ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • Laura31-218754 (Hors-ligne), le 07/01/2014 à 07H23.
  • Cours27Cla-224903 (Hors-ligne), le 19/12/2013 à 19H17.
  • teganandsara-203113 (Hors-ligne), le 15/12/2013 à 15H17.
  • Hugo-218862 (Hors-ligne), le 04/11/2013 à 04H16.
  • Lncas31-208159 (Hors-ligne), le 06/05/2013 à 06H19.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    L'homme perd ainsi sa liberté. La machine envahit jusqu'à l'espace intime de l'homme. A ujourd'hui, nos loisirs dépendent en grande partie des machines : télévision, jeux électroniques, automobiles, avions, etc. Q u'en est-il alors de ce rapport : pas de machines, plus de liberté ? [III. Savoir mieux utiliser les machines pour être libre] N o u s venons de voir que si la machine libère, elle aliène tout autant. Le problème n'est donc pas : plus ou moins de machines , mais : comment être libre ? C ar la technique est une ac tivité spécifiquement humaine. C ependant, devant les dangers que font courir à l'humanité les progrès techniques, on peut se poser le problème de l'application perverse des résultats.

    Ajouté par PROF

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Si nous agissions au travail comme au jeu, nous serions considérés comme des personnes un peu dérangées et nous serions congédiés sur-le-champ. Raynald Beaupré, Rien ne va plus

    Ajouté par webmaster

    Nous n'allons pas au collège pour nous instruire, mais pour nous imprégner des préjugés de notre classe sans lesquels nous serions dangereux et malheureux., A. MAUROIS, les Silences du colonel Bramble, I, p. 14.

    Ajouté par webmaster

    Nous admirions qu'elle se donnât sans réserve à l'instant; cependant; notre premier soin fut d'édifier pour elle, pour nous, un avenir : au lieu d'un couple, nous serions désormais un trio., S. DE BEAUVOIR, la Force de l'âge, p. 250.

    Ajouté par webmaster

    Hommes libres, s'écriait alors le stoïcien, sachez vous maintenir libres! Libres de vos passions en les sacrifiant aux devoirs, libres de vos semblables en leur montrant le fer ou le poison qui vous met hors de leurs atteintes, libres de la destinée en fixant le point au delà duquel vous ne lui laissez aucune prise sur vous, libres des préjugés en ne les confondant pas avec les devoirs, libres de toutes les appréhensions animales en sachant surmonter l'instinct grossier qui enchaîne à la vie tant de malheureux., BALZAC, le Médecin de campagne, Pl., t. VIII, p. 503.

    Ajouté par webmaster

    Si nous étions immortels, nous serions des êtres très misérables. Il est dur de mourir, sans doute; mais il est doux d'espérer qu'on ne vivra pas toujours et qu'une meilleure vie finira les peines de celle-ci., ROUSSEAU, Émile, II.

    Ajouté par webmaster

    La seule chose qui nous console de nos misères est le divertissement, et cependant c'est la plus grande de nos misères; car c'est cela qui nous empêche principalement de songer à nous, et qui nous fait perdre insensiblement. Sans cela, nous serions dans l'ennui, et cet ennui nous pousserait à chercher un moyen plus solide d'en sortir; mais le divertissement nous amuse, et nous fait arriver insensiblement à la mort., PASCAL, Pensées, II, 171.

    Ajouté par webmaster

    à l'aspect de ce quai, de ce bassin, de ces maisons, nous éprouvons une sensation indéfinissable. Il nous semble les connaître déjà. Un souvenir confus s'ébauche au fond de notre mémoire; serions-nous venus à Hambourg sans le savoir? (...) Pendant que nous cherchions la raison philosophique de cette réminiscence de l'inconnu, l'idée de Henri Heine se présenta subitement à nous, et nous comprîmes. Souvent le grand poète nous avait parlé de Hambourg avec ces mots plastiques dont il possédait le secret et qui équivalent à la réalité., Th. GAUTIER, Voyage en Russie, p. 13.

    Ajouté par webmaster

    (...) ce que nous avons obtenu devient une partie de nous-mêmes; nous serions cruellement touchés de le perdre, mais nous ne sommes plus sensibles au plaisir de le conserver (...), LA ROCHEFOUCAULD, Réflexions diverses, 9.

    Ajouté par webmaster

    .2 (...) ce que nous appelons notre âme n'étant peut-être après tout que cette lourdeur, cette masse inerte et pesante que nous traînons comme un lest de peur de chavirer et faute de quoi nous serions sans doute comme ces navires trop peu chargés, ivres et ingouvernables dans la tempêtueuse immensité (...), Claude SIMON, le Vent, p. 64.

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    Serions-nous plus libres sans loi ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo