NoCopy.net

Y a-t-il une servitude volontaire ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La violence est-elle toujours destructrice ? Sans métaphysique, l'homme peut-il comprendre ... >>


Partager

Y a-t-il une servitude volontaire ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Y a-t-il une servitude volontaire ?



Publié le : 6/1/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Y a-t-il une servitude volontaire ?
Zoom

Obéir suppose une soumission à une autorité. Plus exactement, on peut dire que l’obéissance consiste en ce qu’on exécute des commandements par soumission à la seule autorité du chef qui commande au sein de l’Etat, ou à sa propre règle dans le cadre de la morale : ce n’est pas le pouvoir de tous. La liberté quant à elle peut se définir comme l’absence d’obstacle d’une volonté. La servitude est aussi une obéissance, mais non volontaire, obtenue par la contrainte. En ce sens, il semble que l’expression « servitude volontaire « n’ait pas de sens, qu’elle soit une contradiction manifeste dans les termes : un oxymoron. Et c’est bien la le cœur du problème.

De plus, on remarque que la question « y a-t-il une servitude volontaire ? « nous place dès lors au sein d’une interrogation au carrefour du droit, de la morale et de la politique. Nous envisagerons plus particulièrement la question sous l’angle de la politique et du droit dans la mesure où de par ses implications, nous serons à même de saisir les connexions avec les différents aspects de la question. Ainsi, la tension du sujet réside bien dans le couple servitude – volontaire et engage dès lors une certaine représentation de l’individu et du citoyen à travers ses rapports avec l’autorité, c’est-à-dire plus généralement le pouvoir. Autrement dit, la question est de savoir si l’expression « servitude volontaire « a même un sens. Le problème est donc l’inclusion conceptuelle de ces deux termes, ce qui nous amènera à redéfinir et à retravailler nos définitions avec notamment celle de la liberté et de l’obéissance.

            La question de l’existence d’une servitude volontaire et de son rapport à la loi qu’elle soit juridique ou morale, se pose dans la mesure où, de par les définitions que nous venons de produire, lier la liberté ou le volontaire comme absence d’obstacle et l’obéissance comme soumission semble exacerber sinon une contradiction, au moins une incohérence en tant qu’incapacité à appartenir à des champs communs. Et c’est en effet dans le paradigme du politique que se joue la question. En effet, l’obéissance est obéissance au souverain législateur, producteur de la loi. Or dans ce cas, la loi si pour exister doit être respectée et obéie, il n’en reste pas moins que l’accord de ma liberté n’est pas absolument nécessaire. Il y a effectivement des lois auxquelles j’obéis contraint et forcé, donc de manière non libre. En ce sens, il y aurait exclusion conceptuelle entre les deux termes donc une servitude volontaire. Et cela d’autant plus que certaines lois vont à l’encontre de ma liberté. Cependant, il nous faudra voir si notre définition de la liberté est bien adéquate, il n’est pas en effet impossible que la définition de la liberté comme absence d’obstacle ne soit pas adéquate en raison de son incomplétude. De même, quand on parle d’incohérence d’une servitude volontaire, n’est-ce pas ne pas prendre au sérieux le ton ironique en apparence de cette expression rendue célèbre par La Boétie dans son ouvrage De la servitude volontaire ? Mais surtout, établir cette incohérence n’est-ce pas refuser de prendre au sérieux une critique du fondement du politique ?

            En ce sens, il nous appartiendra de voir dans quelle mesure on peut ou non parler d’une incohérence d’une servitude volontaire, ses implications et les limites mêmes que cela pose dans le jeu politique de la citoyenneté, posant en creux par là même la question de la désobéissance civile. Et c’est donc suivant ces trois moments que nous entendons développer cette question.

 



Pour qui entend prononcer aujourd'hui ce terme, utopie, une autre conversion s'impose. Trop d'usages dépréciatifs sont destinés à discréditer les appels à penser et agir en politique. L'utopie, littéralement lieu de nulle part, qui est aussi souvent une uchronie - d'aucun temps - se place sous le signe d'une libération de l'esprit. Ainsi en va-t-il des Solariens qui, vivant sous la dictature de la vertu, couplent leur cité modèle à l'idéal d'une réforme de l'ordre social chrétien existant (Campanella, 1602). CITATIONS: « L'homme est né libre, et partout il est dans les fers. Tel se croit le maître des autres, qui ne laisse pas d'être plus esclave qu'eux. » Rousseau, Du contrat social, 1762. Antérieurement au contrat social, il n'y a point de liberté concevable pour l'homme. Même le maître est esclave, qui ne tient son pouvoir que de sa force. Qu'il tombe sur un homme plus fort que lui, et le voilà sous le joug d'autrui, d'après le même principe que celui qui l'a fait maître.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Y a-t-il une servitude volontaire ? Corrigé de 11556 mots (soit 16 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Y a-t-il une servitude volontaire ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • tancrede-269431 (Hors-ligne), le 03/01/2016 é 03H19.
  • melinebigot-241849 (Hors-ligne), le 19/01/2015 é 19H13.
  • magalii38-247558 (Hors-ligne), le 03/01/2015 é 03H20.
  • Lou1504-236932 (Hors-ligne), le 03/12/2014 é 03H17.
  • lelealey-245284 (Hors-ligne), le 28/10/2014 é 28H11.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    • ETIENNE DE LA BOETIE: "Il est hors de doute que si nous vivons avec les droits que la nature nous a donnés, nous serions sujets à la raison et serfs de personne."

    "Nous ne sommes pas nés seulement en possession de notre liberté, mais aussi avec le devoir de la défendre."

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    Y a-t-il une servitude volontaire ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit