Que signifie l'expression: faire de la politique ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Peut-on justifier la violence contre l'Etat ... Suffit-il de se taire pour ne rien dire ? >>
Partager

Que signifie l'expression: faire de la politique ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Que signifie l'expression: faire de la politique ?



Publié le : 27/2/2008 -Format: Document en format FLASH protégé

	Que signifie l'expression: faire de la politique ?
Zoom

Platon formulera l'idée que l'exercice de la politique ne peut être effectué que par le sage, « philosophe-roi » (Cf. La République), seul garant de l'autorité légitime et des vertus requises pour le maintien et l'épanouissement de la cité. Si les hommes politiques s'accordent sur un usage discursif et persuasif de la politique, Platon insiste sur les finalités morales, juridiques et philosophiques de celle-ci. Vérité, sagesse, raison (logos) sont les valeurs de ce modèle idéal de l'activité politique duquel Platon finira par dire qu'il s'avère impossible à établir effectivement. Retenons que la tâche du politicien recouvre deux réalités distinctes : positivement elle s'effectue par le débat oral et publique mais, négativement, elle est sujette à nombres d'abus, de violences et de corruptions faites au nom du désir personnel de pouvoir (la tyrannie, le despotisme). Le principe fondamental de valorisation de l'intérêt collectif reste néanmoins celui auquel notre actualité politique demeure (en théorie) assujettie. Il est nécessaire cependant d'analyser, au-delà de cet aspect similaire, les évolutions et changements qui ont marqué l'émergence d'une nouvelle manière de faire de la politique. II. Faire de la politique moderne et contemporaine Si la France, comme de nombreux pays occidentaux, se réclame de l'idéal « démocratique » (souveraineté du peuple) promulgué dès l'Antiquité, nombreuses et significatives sont cependant les distances et les évolutions qu'a connu cette dernière pour prendre la forme que nous lui connaissons aujourd'hui. Faire de la politique prend un sens nouveau à partir de Machiavel.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Que signifie l'expression: faire de la politique ? Corrigé de 1127 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Que signifie l'expression: faire de la politique ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • cel60 (Hors-ligne), le 05/01/2012 à 05H10.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Aussi faut-il LE MONDE, L 'HOMME, D IEU 279 rejeter l'idée de possession. Je ne possède pas mon corps plus que mon âme. B. Ne faudrait-il pas dire, dès lors, que je suis mon corps e t i dentifier mon corps au m oi ? E ffectivement, je ne dis pas : " mon corps e st malade ou bien portant, disgracieux ou bien proportionné , mais : " je s uis malade, etc. "· T outefois, je ne dis pas davantage : " j e suis mon corps , e t i l s erait absurde de le dire, comme l'observe Gabriel Marcel (2), c ar c ette affirmation ne saurait ê tre le f ait du c orps seul. Il n 'y a donc pas d'identité entre moi e t mon corps. En d isant " moi "• j e songe à autre chose qu'à l'organisme grâce auquel je prononce ce mot, à une r éalité qui le transcende. C. Oui le transcende t out en lui restant immanente, sans cela nous ne pourrions pas employer les a djectifs p ossessifs lorsque nous parlons de n otre corps.

    Ajouté par PROF

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Épouser une veuve, en bon français, signifie faire sa fortune; il n'opère pas toujours ce qu'il signifie., LA BRUYèRE, les Caractères, VI, 61.

    Ajouté par webmaster

    Dire qu'on ne fait pas de politique, c'est encore faire de la politique. Les aspirants dirigeants qui ne préconisent point de modification au régime qui les encadre désirent simplement y faire carrière en paix. Implicitement, ils partagent l'idéologie du régime que leur absence de parti consolide. L'-apolitisme est donc souvent une position politique comme une autre., Gaston BOUTHOUL, Sociologie de la politique, p. 95.

    Ajouté par webmaster

    Le verbe devient objectif en prenant la valeur factitive, ce qui signifie qu'au lieu d'exprimer une action qui a lieu, il signifie : faire qu'une action ait lieu. -Je sonne une cloche signifie : -Je la fais sonner, je fais qu'elle sonne (...) -Le grand air qui dérangeait les cheveux, les envolait -au-dessus du front (A. DAUD., Sapho, ch. VI, 147); - -à peine s'il la sortait -de loin en loin (GONC., G. Lac, 14)., F. BRUNOT, la Pensée et la Langue, p. 311.

    Ajouté par webmaster

    La foi que Mohammed devait à ses visions (...) se nomme -l'islam. Nombreux sont ceux qui ont cherché à interpréter ce mot; aucun n'y a réussi. On a dit : «-Islam signifie : soumission à Dieu». Ceci méconnaît la nature philologique et le sens de l'expression. Islam vient du verbe -salm ou -salama, qui exprime le repos, le temps de relâche après un devoir accompli, l'existence paisible. Le substantif verbal islam signifie : paix, protection, délivrance. Sur les lèvres de Mohammed, il désignait l'aspiration à une paix supérieure, à la piété divine., MARTY, Trad. Moh. ESSAD BEY, Mahomet, p. 80.

    Ajouté par webmaster

    Nous n'avons que faire d'une politique politicienne, faite de demi-mesures et d'arrangements, de petites charités et de subventions éparpillées. La Kabylie réclame le contraire d'une politique politicienne, c'est-à-dire une politique clairvoyante et généreuse., CAMUS, Actuelles III, p. 77.

    Ajouté par webmaster

    -Faire du plat figure dans Larousse, sans exégèse. On peut estimer qu'à l'origine il signifie -courtiser, flatter... Comporte-t-il l'idée de -se montrer plat avec la personne que l'on courtise? Non, car dans les anciens auteurs, en veine de familiarité, on disait -le plat de la langue pour -les beaux discours. L'expression est dans d'Aubigné, Gui Patin et Saint-Simon. On trouve même dans la -«Chronique des ducs de Bourgogne» jouer du plat, dans le sens de -parler doux., A. THÉRIVE, Querelles de langage, t. II, p. 107.

    Ajouté par webmaster

    Et c'est parce qu'il ne parvient pas à décoller le réel politique de son discours général, -répété, que le politique lui est forclos. Cependant, de cette forclusion, il peut au moins faire le sens -politique de ce qu'il écrit : c'est comme s'il était le témoin historique d'une contradiction : celle d'un sujet politique -sensible, avide et silencieux (il ne faut pas séparer ces mots)., Roland BARTHES, Roland Barthes, p. 57.

    Ajouté par webmaster

    Cette locution a, selon le mode du verbe subordonné, et aussi selon que la subordonnée est positive ou négative, des sens tout différents. - 1°) Devant un verbe au -subjonctif, elle signifie «faire en sorte qu'une chose soit» (ou, s'il y a une négation, «ne soit pas») : «-Prenez garde, mon fils, -que vous entendiez tout ce que vous faites» BOSS, Serm. char. frat. (1662, péroraison), faites en sorte de bien comprendre; cf. : «Surtout, -prends garde qu'on ne te voie!» GYP, Bijou, XIII, 231. Que l'on remplace dans ces phrases -prendre garde que par les expressions de même sens -veiller à ce que ou -faire en sorte que, le subjonctif s'y accompagnera ou non (comme dans ces exemples) de -ne, selon le sens. Aussi s'étonne-t-on un peu de la construction suivante, où -ne manque, malgré le sens : -«Prenez garde que le Dieu vous entende» FRANCE, Lys rouge, X, 157 (cependant le contexte indique une intention prohibitive = ne vous entende). - 2°) Devant un -indicatif, l'expression signifie : être attentif à observer, à constater un fait : «Mais -prenez garde que toutes ces histoires de maîtres supposés sont de vieilles finesses» BEAUMARCH ., Barb. de Sév., III, 2..., G. et R. LE BIDOIS, Syntaxe du franç. moderne, t. II, p. 355.

    Ajouté par webmaster

    L'ancienne esthétique donnait d'abord la définition du beau, et disait, par exemple, que le beau est l'expression de l'idéal moral, ou bien que le beau est l'expression de l'invisible, ou bien encore que le beau est l'expression des passions humaines (...), TAINE, Philosophie de l'art, I, p. 12.

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    Que signifie l'expression: faire de la politique ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo