Spinoza affirmait qu'il n'y a d'amour que de Dieu. Que faut-il en penser ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Dieu est amour ? Peut-on aimer sans passion ? >>


Partager

Spinoza affirmait qu'il n'y a d'amour que de Dieu. Que faut-il en penser ?

Echange


Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Corrigé : 	Spinoza affirmait qu'il n'y a d'amour que de Dieu. Que faut-il en penser ?	Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet " Spinoza affirmait qu'il n'y a d'amour que de Dieu. Que faut-il en penser ? " a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

SPINOZA

Philosophe hollandais, de confession juive. Il part de la philosophie de Descartes, pour y ajouter sa pierre. La vérité n'a pas besoin de critère, ele est à soi-même sa propre preuve, car elle se reconnaît à son évidence. Spinoza affirme (Ethique, livre I, définition 1) que Dieu est l'être "dont l'essence enveloppe l'existence", l'être dont l'existence est nécessaire, qui existe par définition; voilà qui rappelle la preuve ontologique de Descartes.
Mais Spinoza critique la théorie cartésienne du libre arbitre: il n'y a pas de raison de penser l'homme comme "un empire dans un empire". Il n'est pas nécessaire de supposer l'homme libre pour expliquer l'erreur. Spinoza distingue trois genres de connaissance: empirique, rationnelle et intuitive. L'erreur provient de la connaissance du premier genre. La liberté est une illusion due à notre ignorance des vraies causes de nos actions. Agir, c'est seulement produire une action qui a sa cause dans notre propre nature.
Il identifie Dieu et la nature ("Deus sive natura" -- Dieu, ou encore la nature, Ethique, IV). Pour lui, il n'y a donc qu'une substance, il n'est pas dualiste comme Descartes. Pensée et étendue ne sont que deux attributs d'une même substance.
Il démonte l'argument par les causes finales (Ethique, appendice du livre I), conteste la notion de miracle, et souligne que les Ecritures recèlent un sens métaphorique, et doivent être interprétées. Il ose soumettre la Bible à une lecture critique. En effet, selon lui, si les Ecritures sont en contradiction avec la raison, il faut renoncer à une lecture littérale. Les textes sacrés eux-mêmes doivent être conformes à la raison. La foi ne peut pas être placée au-dessus de l'évidence rationnelle. Cela lui vaut d'être excommunié par la Synagogue.

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



Ressource précédenteRessource suivante

Spinoza affirmait qu'il n'y a d'amour que de Dieu. Que faut-il en penser ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit