Le sublime et le grotesque dans le drame romantique.

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Un jugement d'Emile Deschamps. La jeunesse d'« Hernani ». >>
Partager

Le sublime et le grotesque dans le drame romantique.

Anthologie

Aperçu du corrigé : Le sublime et le grotesque dans le drame romantique.



Document transmis par : ???


Publié le : 25/3/2011 -Format: Document en format FLASH protégé

Le sublime et le grotesque dans le drame romantique.
Zoom
  • sublime : Seront jugées sublimes des actions qui suscitent un sentiment d'admiration et d'enthousiasme. Pour Kant, "est sublime ce qui, du fait même qu'on le conçoit, est l'indice d'une faculté de l'âme qui surpasse toute mesure des sens."
  • grotesque : I. n. f. pl. HISTOIRE DE L\'ART, PEINTURE : Peintures antiques découvertes à Rome aux XVe et XVIe siècles dans des ruines. - [Par extension] Peintures d'ornement, comportant des figures humaines plus ou moins fantastiques, faites à l'imitation de l'Antiquité, du XVIe jusqu'au XVIIIe siècle, par les artistes italiens, flamands, français. II. adj. [Vieilli] Caricatural, à la fois sommaire et fantaisiste. [De nos jours] Dont l'étrangeté, l'extravagance produisent un effet comique. - n. m. HISTOIRE LITTÉRAIRE, ESTHÉTIQUE : Catégorie esthétique caractérisée par la bouffonnerie, le comique bizarre et outrancier. [Courant, péjoratif] Extrêmement ridicule, d'un comique pitoyable.
  • dans quelle mesure : Jusqu'à quel degré, jusqu'à quel point.
  • drame : Le drame est un genre qui cherche à se situer entre la comédie et la tragédie. On lui connaît principalement deux formes : le drame bourgeois au XVIlle siècle et le drame romantique au XIXe siècle.
  • romantisme : Mouvement artistique, né en Europe à la fin du XVIIIe siècle. Il privilégie l'exaltation du "moi" et de la nature pour traduire le "mal du siècle" et la révolte de certains esprits.


 
 Matière. — « Le caractère du drame est le réel. Le réel résulte de la combinaison toute naturelle de deux types, le sublime et le grotesque, qui se croisent dans le drame comme ils se croisent dans la vie et dans la création. »
 
 Commentez et appréciez ces quelques lignes de V. Hugo dans la Préface de « Cromwell ». Essayez de montrer par des exemples empruntés à un drame romantique (ou à plusieurs) comment l'auteur a réalisé ce mélange du sublime et du grotesque. Ce mélange vous paraît-il donner une image du réel et dans quelle mesure ?




Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Corrigé : Le sublime et le grotesque dans le drame romantique. Corrigé de 104 mots (soit 1 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Le sublime et le grotesque dans le drame romantique." a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Delécluze, dans son Journal, décrit ainsi l'acteur Kean qui a influencé les acteurs français : « Kean tombe à la renverse et là il débite en se tordant une demi-douzaine de vers qui ne sont pas plus de la pièce que toute la pantomime qui vient d'être décrite. » III. ... peut-il atteindre à l'universel ? Ces ouvrages nés du monde et qui veulent le représenter sur scène peuvent-ils vraiment perdurer et exprimer un théâtre intemporel, échappant aux modes et ayant pour nous quelque valeur ? Dans Racine et Shakespeare, Stendhal reproduit une lettre — qu'il dit authentique — d'un adversaire des romantiques : « Tous ces ouvrages ont fait du bruit en naissant ; tous ont été cités comme modèles dans le genre nouveau ; tous sont ridicules aujourd'hui.

Ajouté par PROF

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

Shakespeare, c'est le Drame; et le drame, qui fond sous un même souffle le grotesque et le sublime, le terrible et le bouffon, la tragédie et la comédie, le drame est le caractère propre de la troisième époque de poésie, de la littérature actuelle (...) L'ode vit de l'idéal, l'épopée du grandiose, le drame du réel (...) le drame, unissant les qualités les plus opposées, peut être tout à la fois plein de profondeur et plein de relief, philosophique et pittoresque (...) (...)le corps y joue son rôle comme l'âme; et les hommes, et les événements, mis en jeu par ce double agent, passent, tour à tour bouffons et terribles, quelquefois terribles et bouffons tout ensemble., HUGO, Préface de Cromwell.

Ajouté par webmaster

Le grotesque antique est timide, et cherche toujours à se cacher (...) Dans la pensée des modernes, au contraire, le grotesque a un rôle immense. Il y est partout; d'une part, il crée le difforme et l'horrible; de l'autre, le comique et le bouffon (...) le grotesque est, selon nous, la plus riche source que la nature puisse ouvrir à l'art., HUGO, Préface de Cromwell ( Drame, cit.5).

Ajouté par webmaster

Il ne faut pas mêler le sublime au grotesque., LITTRÉ, Dict., art. -Grotesques.

Ajouté par webmaster

-(Le grotesque) s'infiltre partout, car de même que les plus vulgaires ont mainte fois leur accès de sublime, les plus élevés payent fréquemment tribut au trivial et au ridicule., HUGO, Cromwell, Préface.

Ajouté par webmaster

Croyez que le drame est votre fait. Je ne dis pas le drame à jouer ou jouable mais le drame pour les gens d'esprit, -the happy few, à lire dans un fauteuil., MÉRIMÉE, Lettre à Tourgueniev, 9 mars 1860, -in M. PARTURIER, Une amitié littéraire, 129 (-in D.D.L., II, 7).

Ajouté par webmaster

Cette femme -(Emma Bovary), en réalité, est très sublime dans son espèce, dans son petit milieu et en face de son petit horizon., BAUDELAIRE, l'Art romantique, MËmËe Bovary, IV.

Ajouté par webmaster

Le comique est, au point de vue artistique, une imitation; le grotesque une création (...) le rire causé par le grotesque a en soi quelque chose de profond, d'axiomatique et de primitif qui se rapproche beaucoup plus de la vie innocente et de la joie absolue que le rire causé par le comique de moeurs (...) J'appellerai désormais le grotesque comique absolu (...), BAUDELAIRE, Curiosités esthétiques, De l'essence du rire, V.

Ajouté par webmaster

Nous crûmes d'abord, pendant deux ans, que le -romantisme, en manière d'écriture, ne s'appliquait qu'au théâtre, et qu'il se distinguait du classique parce qu'il se passait des unités (...) Mais on nous apprend tout à coup (...) qu'il y avait poésie romantique et poésie classique, roman romantique et roman classique (...) Quand nous reçumes cette nouvelle, nous ne pûmes fermer l'oeil de la nuit (...) Heureusement, dans la même année, parut une illustre préface (...) On y disait très nettement que le romantisme n'était autre chose que l'alliance (...) du grotesque et du terrible (...), A. DE MUSSET, Mélanges de littérature et de critique, «Lettres de Dupuis et Cotonet», I (Cf. toute la lettre).

Ajouté par webmaster

Le pathétique participe du sublime autant que le sublime participe du beau et de l'agréable (...), BOILEAU, le Longin, Traité du sublime, 24.

Ajouté par webmaster

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



Le sublime et le grotesque dans le drame romantique.

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo