Sur quoi le respect de la vie peut-il se fonder ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< L'inégale puissance de travail des hommes est ... Une religion sans dogme est-elle possible ? >>


Partager

Sur quoi le respect de la vie peut-il se fonder ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Sur quoi le respect de la vie peut-il se fonder ?



Publié le : 5/1/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Sur quoi le respect de la vie peut-il se fonder ?
Zoom

La vie représente l'ensemble des organismes biologiques de tous les environnements que ce soit la faune, la flore ou le genre humain. On lui accorde une certaine valeur qui nous interdit moralement de mettre fin à une vie sans avoir de raisons qui le justifient que ce soit la survie ou la justice. Ainsi, on parle de respect de la vie de façon évidente cependant sur quels principes nous fondons nous pour justifier sa protection si particulière?  Le respect de la vie est il de nature purement morale? Respectons nous la vie des autres pour qu'il respecte la notre?



Vie et Sacré ne sont-ils pas liés, comme le postulent certaines religions ? Dans ce cas, le Sacré, voire le Divin pourraient fonder le respect de la vie, qui est sacrée. Conseils pratiques Partez du problème du respect de la vie en général, puis examinez le respect de la vie humaine. Deux problèmes distincts. Enfin, réfléchissez sur l'interdit du meurtre, interdit fondateur de l'humanité en général. Bibliographie Jean BERNARD, De la biologie à l'éthique, Buchet-Chastel. Édouard BoNÈ, Itinéraires bioéthiques, Éditions Ciaco. GUY DURAND, La bioéthique, Cerf.  Pourquoi la question ? Le respect, notion centrale de la réflexion morale, a longtemps été associée à la notion de personne humaine.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Sur quoi le respect de la vie peut-il se fonder ? Corrigé de 3218 mots (soit 5 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Sur quoi le respect de la vie peut-il se fonder ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • paul59628 (Hors-ligne), le 28/02/2010 é 28H17.
  • Christine36882 (Hors-ligne), le 17/02/2010 é 17H20.
  • Leeonard55879 (Hors-ligne), le 30/01/2010 é 30H13.
  • Yohann21451 (Hors-ligne), le 11/11/2009 é 11H21.
  • C038093 (Hors-ligne), le 03/10/2009 é 03H12.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    I Le respect de la vie comme critère subjectif

         La vie n'a pas de valeur en soi. A l'état animal, on ne peut assurer de garantir la vie des autres que si elle ne nous gène pas. Attribuer une valeur est un point de vue que seul l'homme possède. Si je respecte la vie, c'est parce que je considère que la vie est importante pour moi autant que pour les autres. Cependant dans notre choix sur la survie, n'attribue t on pas une valeur particulière à la vie humaine? Le respect de la vie n'est il pas autre chose qu'un concept moral?

    Références utiles

    (Il y a) un certain respect qui nous attache, et un général devoir d'humanité, non aux bêtes seulement qui ont vie et sentiment, mais aux arbres et aux plantes. Montaigne

    Bergson
    La vie morale sera une vie rationnelle. Tout le monde se mettra d'accord sur ce point. Mais de ce qu'on aura constaté le caractère rationnel de la conduite morale, il ne suivra pas que la morale ait son origine ou même son fondement dans la pure raison. La grosse question est de savoir pourquoi nous sommes obligés dans des cas où il ne suffit nullement de se laisser aller pour faire son devoir. Que ce soit alors la raison qui parle, je le veux bien ; mais si elle s'exprimait uniquement en son nom, si elle faisait autre chose que formuler rationnellement l'action de certaines forces qui se tiennent derrière elle, comment lutterait-elle contre la passion ou l'intérêt ? Le philosophe qui pense qu'elle se suffit à elle-même et qui prétend le démontrer, ne réussit dans sa démonstration que s'il réintroduit ces forces sans le dire [...]. La prétention de fonder la morale sur le respect de la logique a pu naître chez des philosophes et des savants habitués à s'incliner devant la logique en matière spéculative et portés ainsi à croire qu'en toute matière, et pour l'humanité tout entière, la logique s'impose avec une autorité souveraine. Mais du fait que la science doit respecter la logique des choses et la logique en général si elle veut aboutir dans ses recherches, de ce que tel est l'intérêt du savant en tant que savant, on ne peut conclure à l'obligation pour nous de mettre toujours de la logique dans notre conduite, comme si tel était l'intérêt de l'homme en général ou même du savant en tant qu'homme. Notre admiration pour la fonction spéculative de l'esprit peut être grande ; mais quand des philosophes avancent qu'elle suffirait à faire taire l'égoïsme et la passion, ils nous montrent - et nous devons les en féliciter - qu'ils n'ont jamais entendu résonner bien fort chez eux la voix de l'un ni de l'autre.

    Bergson, L'évolution créatrice

    II Suprématie de la vie humaine

             L'homme attribue à sa vie une valeur particulière qui est au point culminant de l'écosystème. Je dois faire plier la nature à mon profit, ainsi l'homme peut tuer un animal pour sa survie sans que cela lui pose de problème oral, lorsqu'on s'attriste sur la mort d'un animal, c'est parce qu'on l‘anthropomorphise. L'homme n'attribue t il pas plus de valeur à la vie humaine qu'à toute autre vie? Si je choisis de respecter la vie d'autrui n'est ce pas parce qu'au départ je m'attribue une certaine valeur?

    Références utiles

    « Si la vie humaine n'a pas de prix, nous agissons toujours comme si quelque chose dépassait en valeur la vie humaine... Mais quoi ? » Saint Exupéry

    Le respect que nous souhaitons obtenir de l'homme envers ses pareils n'est qu'un cas particulier du respect qu'il devrait ressentir pour toutes les formes de la vie.  Freud, Sigmund

    MARC AURÈLE
    Ce n'est pas de transpirer comme les plantes qui a du prix, ni de respirer comme les bestiaux et les bêtes sauvages, ni d'être impressionné par l'imagination, ni d'être manoeuvré comme une marionnette par les inclinations, ni de se rassembler en troupeau ni de se nourrir, car c'est même chose que de rejeter les résidus de la nourriture. Alors, qu'est-ce qui a du prix? Soulever des claquements de mains? Non point. Ce n'est pas non plus soulever des claquements de langues, car les acclamations de la foule sont bien des claquements de langues. Tu as donc renoncé aussi à la gloriole. Que reste-t-il qui ait du prix? Pour moi, c'est de se mouvoir et de s'arrêter selon sa constitution propre, ce à quoi mènent aussi les études et les arts. Car tout art se propose que ce que l'on constitue soit bien approprié à l'oeuvre en vue de laquelle on l'a constitué. Le vigneron qui cultive la vigne, le dompteur de chevaux et le dresseur de chiens cherchent ce résultat. Et les méthodes d'éducation comme celles d'enseignement à quoi s'efforcent-elles ? Voilà donc ce qui a du prix. Et si tu réussis à le posséder, tu ne te réserveras pour rien d'autre. Ne cesseras-tu pas d'attacher encore du prix à bien d'autres choses? Tu ne seras donc jamais libre, jamais capable de te suffire, jamais sans passion. Car il est fatal que tu en viennes à envier, à jalouser, à regarder avec défiance ceux qui ont pouvoir de te les ravir, ou à tendre des pièges à ceux qui possèdent ce qui a du prix pour toi. Bref, il est fatal que celui qui en est privé soit troublé et qu'en outre il fasse maints reproches aux dieux. Mais le respect et l'estime pour ta propre pensée feront de toi un homme satisfait de soi-même, en harmonie avec la communauté humaine et en accord avec les dieux, c'est-à-dire approuvant entièrement les parts et les postes qu'ils ont distribués.

    III Respect de la vie pour notre survie

    La vie d'autrui m'est utile. L'homme protège la nature et la conserve pour maintenir un équilibre dans l'écosystème. Cet équilibre est maintenu grâce à un lien qui relie toutes les espèces vivantes, depuis que l'homme l'a compris il prend un soin particulier à protéger des espèces. N'est ce pas pour conserver notre propre vie que nous prenons soin de conserver l'ensemble de la vie organique? La déforestation n'est elle pas un souci face à la destruction de notre ration d'oxygène? Et si je refuse de tuer autrui, et que je le protège par des lois n'est ce pas parce qu'il m'est plus utile vivant que mort? Ainsi, le respect de la vie n'est il pas le soin moyen de conserver la mienne?

    Références utiles

    La valeur de la vie ne saurait être évaluée. Pas par un vivant, car il est partie, et même objet du litige, et non juge; pas davantage par un mort, pour une tout autre raison. » Nietzsche

    Hobbes
    L'accord de ces créatures [dénuées de raison] est naturel, alors que celui des hommes, venant seulement des conventions, est artificiel : aussi n'est-il pas étonnant qu'il faille quelque chose d'autre, en sus de la convention, pour rendre leur accord constant et durable ; cette autre chose est un pouvoir commun qui les tienne en respect et dirige leurs actions en vue de l'avantage commun. La seule façon d'ériger un tel pouvoir commun, apte à défendre les gens de l'attaque des étrangers, et des torts qu'ils pourraient se faire les uns aux autres, et ainsi à les protéger de telle sorte que par leur industrie et par les productions de la terre, ils puissent se nourrir et vivre satisfaits, c'est de confier tout leur pouvoir et toute leur force à un seul homme, ou à une seule assemblée, qui puisse réduire toutes leurs volontés, par la règle de la majorité, en une seule volonté. Cela revient à dire : désigner un homme, ou une assemblée, pour assumer leur personnalité ; et que chacun s'avoue et se reconnaisse comme l'auteur de tout ce qu'aura fait ou fait faire, quant aux choses qui concernent la paix et la sécurité commune, celui qui a ainsi assumé leur personnalité, que chacun par conséquent soumette sa volonté et son jugement à la volonté et au jugement de cet homme ou de cette assemblée. Cela va plus loin que le consensus ou la concorde : il s'agit d'une unité réelle de tous en une seule et même personne, unité réalisée par une convention de chacun avec chacun passée de telle sorte que c'est comme si chacun disait à chacun : j'autorise cet homme ou cette assemblée, et je lui abandonne mon droit de me gouverner moi-même, à cette condition que tu lui abandonnes ton droit et que tu autorises toutes ses actions de la même manière. Cela fait, la multitude ainsi unie en une seule personne est appelée une RÉPUBLIQUE, en latin CIVITAS. Telle est la génération de ce grand LÉVIATHAN, ou plutôt, pour en parler avec plus de révérence, de ce dieu mortel, auquel nous devons, sous le Dieu immortel, notre paix et notre protection. Car en vertu de cette autorité qu'il a reçue de chaque individu de la République, l'emploi lui est conféré d'un tel pouvoir et d'une telle force, que l'effroi qu'ils inspirent lui permet de modeler les volontés de tous, en vue de la paix à l'intérieur et de l'aide mutuelle contre les ennemis de l'extérieur.

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    Sur quoi le respect de la vie peut-il se fonder ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit