NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Y a-t-il des fondements naturels de l'ordre s ... Doit-on voir en l'oubli l'échec de la mémoire ... >>


Partager

Le temps n'est-il, pour l'homme, que le signe de sa dégradation ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Le temps n'est-il, pour l'homme, que le signe de sa dégradation ?



Publié le : 24/3/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Le temps n'est-il, pour l'homme, que le signe de sa dégradation ?
Zoom

 

Le temps paraît à la fois comme une évidence première (comment ne pas percevoir ses effets, le vieillissement, la succession, l'irréversibilité?) et comme une énigme (comment en parler sans le dénaturer?). Cette ambivalence est féconde pour la philosophie, mais aussi pour la littérature ou encore la religion, qui trouve là matière à faire du temps une clé pour comprendre, décrire, interpréter la situation de l'homme, la condition de l'homme dans le monde, dans l'existence. Or, dans ces trois domaines de l'esprit il est frappant de constater que mettre l'accent sur le temps implique souvent de montrer l'homme dans sa finitude, misère de l'homme qui donne lieu au sentiment nostalgique envers un autre que le temps, âge d'or, vie adamique ou état de nature. C'est que le temps est interprété et valorisé négativement, il est le signe de la dégradation.

                On entend par là plusieurs choses, et en premier lieu l'idée générale d'un avilissement, d'une déchéance, que cette dégradation soit donnée une fois pour toutes, qu'elle soit au contraire un phénomène progressif, ou plus souvent les deux à la fois. Il faut souligner d'emblée l'extrême plasticité du terme, qui peut recouvrir beaucoup de nuances présentes dans plusieurs autres termes comme l'usure, la décadence, la perversion, la corruption. Il y a aussi bien une dimension purement matérielle, par exemple au sens de désagrégation moléculaire, que des connotations morales avec l'avilissement ou la perte d'un grade, ou encore la référence à la vie avec l'idée d'affaiblissement progressif. Cette plasticité fait que l'on peut appliquer ce terme de dégradation aux différentes manières de concevoir le temps.

1)       Comme changement continuel par lequel le présent devient le passé, le temps sera signe de la dégradation de l'homme en tant que celui-ci est lui-même soumis à un changement sur lequel il n'a pas prise.

2)       Comme milieu indéfini analogue à l'espace dans lequel se dérouleraient les événements, le temps sera le signe pour l'homme d'une place qu'il n'a pas choisie, où il n'a pas de repères qui lui préexistent.

Toute la difficulté est alors de penser en quoi cette dégradation serait propre à la condition humaine, pour autant qu'il s'agit de sa dégradation et non de la dégradation de toute chose soumise à génération et corruption, comme dans le cadre des physiques grecques. C'est que le temps doit valoir comme signe, et non plus simplement comme donné, mais ce signe ne présume pas de l'usage qu'on doit en faire. Ainsi, le temps pensé comme dégradation pourra être utilisé comme un sens à interpréter ou comme un indice, voire une indication, selon qu'on y cherche plutôt une signification ou une orientation.

 



éléments de réflexion

* Il peut être intéressant d'étudier les différents sens de dégradation : - C'est d'abord la destitution infamante d'un grade, d'une dignité. - En physique, c'est la transformation de l'énergie en forme de moins en moins utilisable (cf. le deuxième principe de la thermodynamique). - C'est plus généralement une détérioration, un délabrement.

* Sur le temps comme signe de dégradation, comme signe de moindre dignité, consulter Platon, Le Timée; en particulier : 28a-39e.

* Réfléchir sur les phénomènes de vieillissement.

* Sur le mythe de l'âge d'or et de sa dégradation, consulter Hésiode, Les travaux et les jours. * Le temps est ici le lieu du devenir. lectures

* Jankélévitch, La mort (Flammarion).

* Hegel, La raison dans l'histoire (10-18), et surtout le 2e tome de La phénoménologie de l'esprit.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 2567 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Le temps n'est-il, pour l'homme, que le signe de sa dégradation ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • margotbav (Hors-ligne), le 23/01/2012 é 23H12.
  • Laura2 (Hors-ligne), le 19/01/2012 é 19H21.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit